Selon l'archevêque de Vancouver

L'aide à mourir dans les foyers de soins, une «grave erreur»

L'archevêque de Vancouver, J. Michael Miller, propose plutôt d'offrir une «véritable compassion» aux personnes souffrantes.
L'archevêque de Vancouver, J. Michael Miller, propose plutôt d'offrir une «véritable compassion» aux personnes souffrantes.   (CNS photo/Ben Nelms)
2018-02-27 21:45 || Canada Canada

L’archevêque de Vancouver, Mgr J. Michael Miller, somme le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique de cesser de tenter d’obliger les résidences et les maisons de soins à fournir l’aide médicale à mourir.

Les autorités sanitaires provinciales «commettent une grave erreur» en essayant de contraindre les soignants – «engagés à rendre les dernières étapes de la vie des personnes âgées, malades et souffrantes pleines de sens et de dignité» - à soutenir le suicide assisté, a déclaré l'archevêque le 22 février.

Il a laissé entendre que l’aide médicale à mourir contrevient à la raison d’être de ces résidences et des soins qu’elles offrent.

Plus de 2 000 Canadiens sont morts du suicide assisté depuis que la pratique a été légalisée au niveau fédéral en juin 2016. L'archevêque Miller a déclaré que cela signifiait un besoin criant de meilleurs soins de fin de vie et non un accès accru à l’aide médicale à mourir.

«Si les personnes âgées, malades et souffrantes dans notre population estiment que l'euthanasie est leur meilleure option, cela signifie que nous, en tant que société et en tant qu'individus, les laissons tomber», a-t-il écrit.

«Dans presque tous les cas, nous pouvons offrir une gestion adéquate à la douleur pour réconforter les patients, mais qu'en est-il des personnes seules ou abandonnées et de celles qui se considèrent comme un fardeau pour les autres ou la société?» Il a répondu à sa propre question en proposant plutôt d’offrir une «véritable compassion». «Nous sommes appelés à souffrir avec le patient, pas à mettre fin à sa vie.»

Mgr Miller appuie ainsi de nombreux professionnels de la santé, bénévoles, dirigeants communautaires et citoyens préoccupés par l'annonce récente de la Fraser Health Authority – l’une des «régions» du système public de santé britanno-colombien – que les résidences sous son autorité seraient tenues de prodiguer l’aide médicale à mourir sur place si un patient rencontre les critères. Actuellement, les institutions peuvent choisir de transférer les patients qui veulent mourir à un endroit différent pour la procédure létale.

 

du même auteur

Selon le pape émérite Benoît XVI, la crise des abus sexuels ne doit pas mener à vouloir redéfinir l'Église.
2019-04-11 16:25 || Vatican Vatican

La crise des abus ne doit pas mener à redéfinir l'Église, dit Benoît XVI

Le pape François et le cardinal Sean P. O'Malley, président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, ont discuté ensemble au Vatican le 4 avril 2019.
2019-04-08 11:11 || Vatican Vatican

Protection des mineurs: la commission précise la suite

À Mumbai, de jeunes Indiens visionnent un film sur leur cellulaire.
2019-04-03 10:41 || Vatican Vatican

Les aléas des mondes numériques abordés dans le nouveau document papal

articles récents

À Mumbai, de jeunes Indiens visionnent un film sur leur cellulaire.
2019-04-03 10:41 || Vatican Vatican

Les aléas des mondes numériques abordés dans le nouveau document papal

Docteure en sexologie clinique, sœur Marie-Paul Ross s'intéresse aux dynamiques sexuelles mises en lumière par la crise qui frappe l'Église catholique.
2019-03-28 16:57 || Canada Canada

Une crise qui carbure à l'immaturité sexuelle, dit une sœur sexologue

Dans l'embarras pour des affaires de plagiat, le père Thomas Rosica, vu ici aux côtés du pape François en 2014, s'accorde «un temps d’arrêt pour réfléchir et se reposer».
2019-03-05 08:17 || Canada Canada

Le père Rosica au repos