Déclaration de la conférence épiscopale canadienne

Le suicide assisté absent de la campagne électorale, déplorent les évêques

  (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2015-09-19 11:34 || Canada Canada

Les évêques catholiques du Canada estiment que le délai d’un an qu’accorde la Cour suprême au gouvernement fédéral pour élaborer une nouvelle loi qui reconnaîtra le droit des adultes souffrants et en fin de vie d'avoir recours à une aide médicale à mourir est irréaliste. En pleine campagne électorale, ils demandent que le futur gouvernement se prévale de la clause nonobstant pour repousser ce délai à cinq ans.

«Ce délai est beaucoup trop court pour que ce changement fondamental dans nos lois entre en vigueur». D’autant plus que «contrairement à ce que disent des associations et des leaders politiques, il n’y a pas de consensus dans notre société» sur le suicide assisté, a déclaré le président sortant de la Conférence des évêques catholiques du Canada, Mgr Paul-André Durocher.

«Nous exhortons le gouvernement qui sera élu le 19 octobre à invoquer la clause nonobstant et de [sic] prolonger ce délai à cinq ans.»

En février 2015, la Cour suprême du Canada a invalidé l'article du Code criminel qui interdit à un médecin d'aider quelqu'un à s'enlever la vie.

«Nous devons nous donner le temps de réfléchir avant d’agir, de considérer sérieusement les conséquences de nos gestes avant de traiter de cette question cruciale et morale», écrivent les évêques dans une déclaration votée à la toute fin de leur assemblée annuelle tenue cette semaine à Cornwall.

Selon les évêques du Canada, la Cour suprême, dans son jugement unanime du 6 février 2015, a carrément créé «un nouveau ‘droit constitutionnel’ au Canada, le prétendu ‘droit’ au suicide. Ce jugement légaliserait un geste qui, depuis les temps immémoriaux, a été jugé immoral : celui d’enlever une vie innocente».

Ils estiment que le jugement «met à risque la vie des personnes vulnérables, déprimées, celles souffrant de maladie physique ou mentale, et celles ayant un handicap».

«Devant la terrible souffrance que peut engendrer la maladie ou la dépression, la vraie réponse humaine devrait être de soigner, et non de tuer», écrivent les évêques.

Les évêques s'étonnent que la question du suicide assisté ne soit pas discutée durant la campagne électorale. «C’est une question si fondamentale pour notre société et son avenir. Avons-nous perdu la capacité de débattre des questions profondes de la vie qui nous touchent tous? Nos politiciens ont-ils peur d’un mot mal placé, d’un message mal interprété ou de la fluctuation d’un sondage public?»

L’archevêque de Gatineau espère que la déclaration épiscopale lancera des discussions sur les soins de fin de vie. «On veut entendre les candidats là-dessus.»

 

du même auteur

Dans son rapport annuel qui détaille les nombreuses violations des droits humains dans le monde, Amnistie internationale évoque la loi québécoise sur la laïcité qui interdit des signes religieux dans certains contextes.
2021-04-15 16:39 || Monde Monde

Amnistie internationale critique la Loi sur la laïcité de l'État

Le vicaire général du diocèse de Saint-Jean-Longueuil connaît quelques-uns des sept religieux qui ont été enlevés le dimanche 11 avril à la Croix-des-Bouquets, en périphérie de Port-au-Prince, alors qu’ils se rendaient à l’installation du nouveau curé de la paroisse de Galette-Chambon dans la commun
2021-04-15 11:29 || Monde Monde

«C'est tous les jours que l'on kidnappe des gens en Haïti»

Simon Lepage-Fournier, en 2019, lors de la manifestation pour le climat à laquelle participait la militante Greta Thunberg.
2021-04-13 15:57 || Canada Canada

Après la crise, à nous de faire les bons choix, dit Simon Lepage-Fournier

articles récents

Une scientifique travaille sur un vaccin contre la COVID-19 dans un laboratoire de Johnson & Johnson.
2021-03-11 11:38 || Monde Monde

Vaccins et lignées cellulaires: les bémols d’une bioéthicienne

Le diocèse de Saint-Jean-Longueuil a réagi officiellement jeudi matin à une note de la conférence épiscopale canadienne invitant les Canadiens à éviter les vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson. Le diocèse a affirmé rejeter toute remise en doute de la moralité de la vaccination.
2021-03-11 09:48 || Canada Canada

Vaccins: le diocèse de Saint-Jean-Longueuil se distancie de la conférence épiscopale

Lorsqu’ils en ont la possibilité, les catholiques du Canada devraient éviter d’avoir recours aux vaccins produits par AstraZeneca et Johnson & Johnson, indique la Conférence des évêques catholiques du Canada dans une note datée du 9 mars 2021.
2021-03-10 16:46 || Canada Canada

Si possible, évitez les vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson, dit la conférence épiscopale