Pensionnats autochtones

Excuses du pape : les députés débattront d'une nouvelle motion

Un homme pleure lors du début des travaux de la Commission de vérité et réconciliation à Inuvik (TNO) en 2011.
Un homme pleure lors du début des travaux de la Commission de vérité et réconciliation à Inuvik (TNO) en 2011.   (CNS photo/ Michael Swan, The Catholic Register)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2018-04-24 10:50 || Canada Canada

«Il est essentiel que le pape François réponde aux recommandations de la Commission de vérité et réconciliation», a déclaré le député néodémocrate Charlie Angus (Timmins-Baie James) dès le début du point de presse qu'il a tenu lundi à Ottawa.

Le député a annoncé que le Nouveau Parti démocratique va soumettre, le jeudi 26 avril, une motion qui demandera directement au chef de l'Église catholique de «présenter des excuses papales officielles pour le rôle qu'a joué l'Église catholique canadienne dans la mise en place, les opérations et les sévices des pensionnats autochtones».

Cette motion sera débattue à la Chambre des communes et chaque député sera appelé à voter sur la proposition.

La semaine dernière, une motion semblable, présentée aussi par le député Angus, n'avait pas obtenu l'assentiment de la Chambre, le député conservateur Garnett Genuis (Sherwood Park-Fort Saskatchewan) ayant fait connaître son opposition à son adoption à l'unanimité.

La nouvelle motion soumise aux députés reprend l'ensemble des éléments présentés la semaine dernière mais on y a enlevé toute référence à la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC).

La Chambre des communes ne demande donc plus à la CECC d'inviter le pape au Canada. Elle souhaite plutôt que le gouvernement demande directement au pape François de cheminer sur la route de la réconciliation avec les peuples autochtones «en répondant à l’appel à l’action numéro 58 du rapport de la Commission de vérité et réconciliation et de présenter des excuses papales officielles».

En désaccord avec la CECC

Le jour même où le député Charlie Angus a présenté sa première motion, deux dirigeants de la CECC ont répété, en conférence de presse, que l’organisme «n’a jamais été impliqué dans le fonctionnement des pensionnats autochtones». Par ailleurs, «les évêques du Canada, par le biais de la CECC, ont plusieurs fois exprimé leurs regrets et leur remords pour la participation de divers catholiques aux anciens pensionnats», a déclaré Mgr Lionel Gendron, le président de la conférence épiscopale.

«Les évêques sont venus au Parlement pour faire dérailler nos efforts. Les conservateurs ont utilisé des tactiques pour retarder cette motion. Mais la justice prévaudra pour les survivants des pensionnats», avait déclaré Charlie Angus après le rejet de la motion.

«J'ai grandi dans cette Église. J'y ai appris l’importance de la justice. Mais ces dirigeants étaient seulement intéressés à réduire leurs responsabilités et à réécrire l'histoire de ces abus institutionnels horribles», a-t-il ajouté.

 

du même auteur

Une série de vidéos entend dénoncer les problèmes de l'Église catholique au Québec et proposer des solutions.
2019-01-22 22:00 || Québec Québec

Le retour de l'insolent frère Untel

Le journaliste français Jean-Claude Guillebaud propose que la France s'inspire du Québec pour sortir de la crise des gilets jaunes.
2019-01-22 10:53 || Québec Québec

Gilets jaunes: un journaliste français propose de s'inspirer de Bouchard-Taylor

Reconnu coupable d'agression sexuelle le 8 janvier, le prêtre Brian Boucher a plaidé coupable le 21 janvier 2019 à l'ouverture d'un second procès pour agressions sexuelles.
2019-01-21 15:04 || Québec Québec

Second procès pour abus sexuels: Brian Boucher plaide coupable

articles récents

Le cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah, lors d'une soirée interreligieuse de commémoration à Québec le 28 janvier 2018.
2019-01-21 14:57 || Québec Québec

Le Centre culturel islamique de Québec réclame l’interdiction des armes de poing et d’assaut

La première ministre britannique Theresa May a survécu à une motion de censure le 16 janvier 2019 après avoir échoué dans sa tentative de faire adopter son plan de retrait de l'Union européenne.
2019-01-17 11:38 || Monde Monde

Brexit: «un désordre politique incroyable», dit un évêque anglais

Des partisans de Félix Tshisekedi celèbrent dans les rues de Kinshasa le 10 janvier 2019.
2019-01-11 16:11 || Monde Monde

Les évêques doutent de la victoire de Tshisekedi