Rapport final du Synode sur la famille

Divorcés-remariés: un désaccord subsiste entre les pères synodaux

Les opinions des pères synodaux divergent sur les passages du rapport final concernant les divorcé-remariés.
Les opinions des pères synodaux divergent sur les passages du rapport final concernant les divorcé-remariés.   (CNS Photo/Paul Haring)
2015-10-27 11:46 || Vatican Vatican

Aux yeux du cardinal australien George Pell, le rapport final du Synode des évêques sur la famille n’ouvre pas la porte à l’accès de divorcés-remariés à l’Eucharistie.

Cette interprétation est cependant loin de faire l’unanimité. Certains membres du synode jettent un regard différent sur le paragraphe du rapport consacré à cette question.

«Ce texte a certainement été très mal compris», croit le cardinal Pell, qui est aussi le préfet du Secrétariat pour l’Économie, l’un des dicastères de la Curie.

«Je n’ai pas vu la moindre trace d’une allusion directe à la communion, que ce soit dans ce paragraphe ou ailleurs dans le rapport», ajoute-t-il.

Cette interprétation est remise en question par certains membres du synode qui affirment que le texte ouvre la porte au discernement et au cas par cas, rendant ainsi possible l’absolution éventuelle des divorcés-remariés et leur accès à l’Eucharistie.

Selon le cardinal Reinhard Marx, président de la conférence épiscopale allemande, le rapport final du synode est un «pas en avant» pour tous ceux qui sont préoccupés par l’accompagnement spirituel des divorcés-remariés.

Aux yeux de Mgr André Vingt-Trois, cardinal archevêque de Paris, le document défend sans équivoque l’idée voulant «qu’aucune règle générale ne puisse être appliquée en tout temps et en tout lieu» quant à l’attitude à adopter à l’égard des divorcés-remariés. Pour la simple et bonne raison que les situations personnelles de ces couples sont toutes uniques.

Pour Mgr Christoph Schonbörn, cardinal archevêque de Vienne, le rapport final ne répond ni par oui, ni pas non à cette question. L’attitude pastorale à adopter à l’égard des divorcés-remariés suppose qu’on se livre à un exercice de discernement. En effet, il faut pouvoir jauger avec délicatesse le degré de responsabilité morale de ces couples, de même que les situations qui les ont amenés à se divorcer, puis à se remarier civilement. Voilà pourquoi les voies d’accès à l’absolution et à la communion peuvent êtres très diverses.

Selon le cardinal Pell, il s’agit là d’interprétations fantaisistes. Le 85e paragraphe du rapport final, dit-il, fait certes allusion au discernement. Or, ce discernement, ajoute-t-il, doit s’appuyer «sur la totalité de l’enseignement du pape Jean-Paul II», de même que sur celui du magistère.

Le cardinal Pell reconnaît que le document fait çà et là allusion à la «délibération interne» entre la conscience individuelle et la volonté divine. L’issue de cette délibération peut déterminer s’il est souhaitable qu’une personne ait accès (ou non) aux sacrements. Or, selon le prélat australien, cette délibération «ne saurait être utilisée pour contredire une vérité objective».

Après qu’on lui eut fait remarquer que le texte synodal ne ferme pas complètement la porte à l’accès des divorcés-remariés à la communion, le cardinal Pell a affirmé qu’il s’agissait-là d’une «bonne question», tout en ajoutant du même souffle que le «document répond justement à cette interrogation, bien que de manière implicite».

Le refus d’admettre les divorcés-remariés à l’Eucharistie est «implicite, quoique réellement présent dans le document», dit-il. Le cardinal Pell déplore toutefois que la «terminologie utilisée dans le texte ne soit pas aussi précise que l’auraient souhaité certains pères synodaux».

Les paragraphes du rapport final du synode consacrés à l’enjeu pastoral des divorcés-remariés sont ceux qui ont reçu l’appui le plus tiède de la part des pères synodaux: les votes défavorables y étaient à ce point prépondérants que c’est à l’arraché que ces propositions ont obtenu la majorité des deux tiers.

Aux yeux du cardinal Pell, les pères synodaux seraient sans doute parvenus à dégager «un consensus plus profond encore, si la terminologie avait été plus claire».

Les membres du synode s’entendent cependant pour dire que ce fameux rapport donne lieu à des interprétations très diversifiées. Selon Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille en France, aucune proposition n’a été rejetée au moment du vote final. Cela dit, il reconnaît que des «divergences» subsistent autour de certains enjeux.

Dans une entrevue qu’il accordait à Catholic Voices, le 25 octobre, le cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster en Angleterre, affirmait que le «parcours de discernement» proposé aux divorcés-remariés sert justement à prémunir les pasteurs contre la tentation «d’appliquer trop rapidement un pansement sur cette plaie» qu’est l’échec d’un mariage, alors que pour les ex-époux, la douleur et le ressentiment sont encore très vifs.

«Ce parcours de discernement doit aider les époux à jeter un regard neuf sur l’échec de leur mariage, cette fois-ci avec les yeux de la foi et avec ceux de Dieu». Ce parcours de discernement doit nous amener à analyser ces situations uniques «sans préjugés ni idées préconçues».

Le Synode des évêques n’est pas une instance décisionnelle: ses délibérations et son rapport final servent à conseiller le pape François et à nourrir sa réflexion. Pour l’instant, nul ne sait si le pape imitera ses prédécesseurs et publiera une exhortation apostolique au terme de ce synode.

Lorsqu’on lui a demandé si le pape serait amené à trancher la délicate question de l’accès des divorcés-remariés à l’Eucharistie, le cardinal Pell a affirmé que la décision de Francois «dépendra, je suppose, de la façon dont il interprète ce document». Cette décision dépendra aussi, dit-il, de la «capacité de ce texte à refléter avec clarté l’état d’esprit de l’Église sur cette question».

Aux yeux du prélat australien, ce qu’on veut éviter par-dessus tout, c’est de faire en sorte que «l’Église commette le même genre d’erreur certaines Églises chrétiennes, c’est-à-dire s’entredéchirer sur la place publique pendant des années, autour d’un ou deux enjeux sensibles».

Robert Duncan et Cindy Wooden, Catholic News Service
Trad. et adap. Présence - information religieuse

 

du même auteur

Des gens se reposent sur une maison endommagée par le passage de l'ouragan Maria à Yabucoa, Puerto Rico, le 22 septembre 2017.
2017-09-25 14:33 || Monde Monde

Photo du jour - 25 septembre 2017

Un réfugié rohingya pleure en tenant son garçon âgé de 5 semaines qui est décédé lorsqu'un bateau traversant la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh a chaviré le 14 septembre.
2017-09-18 10:17 || Monde Monde

Photo du jour - 18 septembre 2017

Des réfugiés rhingyas se reposent après leur arrivée dans un camp à Cox's Bazar, au Bangladesh, le 14 septembre 2017.
2017-09-15 15:27 || Monde Monde

Photo du jour - 15 septembre 2017

articles récents

2017-01-16 11:12 || Monde Monde

À Malte, certains divorcés remariés auront accès aux sacrements

Le sacristain Nathan Leonhardt est photographié près de l’endroit où le nourrisson a été trouvé.
2017-01-12 11:57 || Monde Monde

Un bébé est abandonné dans une cathédrale

Le cardinal Gerhard Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.
2017-01-11 15:19 || Vatican Vatican

Le pape n'a pas besoin de «correction fraternelle», dit le cardinal Gerhard Müller