Participer à un synode

Une riche expérience, disent deux évêques

Mgr Paul-André Durocher arrivant à la messe d'ouverture du Synode sur la famille le 4 octobre 2015.
Mgr Paul-André Durocher arrivant à la messe d'ouverture du Synode sur la famille le 4 octobre 2015.   (CNS Photo/Paul Haring)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2015-11-02 09:56 || Vatican Vatican

Mgr Paul-André Durocher a déjà trois synodes à son actif. Mais le Synode sur la famille, qui s’est terminé dimanche, est certainement «le plus riche» auquel il ait participé.

«Ce fut un bon exercice de partage et de confrontations d’idées», reconnaît l’archevêque de Gatineau et l’ex-président de la Conférence des évêques catholiques du Canada qui a apprécié la procédure mise en place. «Des interventions en grande salle, du travail en petits groupes et la rédaction de rapports. Cela a permis un cheminement plus vrai dans le travail.»

Il se rappelle que l’an dernier, lors du premier synode sur la famille, le pape avait demandé aux évêques «de parler avec ouverture et d’écouter avec humilité».

C’est ce qu’il a vu tout au long des trois semaines de délibérations. «On a été témoins d'une liberté dans la prise de parole. Des points de vue très différents se sont exprimés et tous s'écoutaient. Les  échanges étaient francs et ouverts».

Cinq évêques canadiens ont participé au Synode sur la famille. Quatre avaient été choisis par la Conférence des évêques catholique du Canada. Le 15 septembre, le pape François avait invité personnellement une quarantaine de cardinaux, d’archevêques et de religieux à cette rencontre. Le cardinal Gérald Lacroix, archevêque de Québec, faisait partie de ce groupe.

Quant à l’évêque de Valleyfield, Mgr Noël Simard, c’était son premier synode.

«Toute une expérience, très riche et, en même temps, interpellante. J'ai pu toucher du doigt ce qu'est la synodalité. Il faut marcher ensemble, comme dit le pape. Et dans cette marche, il y a des points de vue divergents, et aussi des attitudes et des comportements qui ne correspondent pas à ce que nous aimerions voir», a-t-il confié à l’agence de presse Présence.

Conscient de participer à un événement unique, l’évêque de Valleyfield a consigné, dans sa page Facebook, quelques réflexions sur le déroulement de cette rencontre à laquelle 270 évêques ont participé du 4 au 25 octobre. Au début de la troisième semaine de délibérations, il écrivait que le moment était crucial «car nous allons voter les propositions et il y a de la résistance de la part des conservateurs qui ont peur du changement».

Ces évêques, expliquait alors Mgr Noël Simard, sont très attachés à la doctrine. «Mais ils oublient que le message de l'Évangile n'est pas d'abord une question de dogmes et de principes mais une proclamation d'une Bonne Nouvelle [qui] s'adresse à des gens en chemin et en quête de bonheur».

Le texte final, adopté à la fin du synode, reprend précisément cette idée de gens en marche. Et cela a réjoui l’évêque de Valleyfield. «On ne peut pas s'attacher uniquement à la doctrine. Il faut aussi tenir compte de la réalité des personnes de qui nous devons nous faire proches.»

Cette conclusion, il la partage depuis son retour dans son diocèse.

 

du même auteur

Détail du livret souvenir.
2017-09-25 09:52 || Canada Canada

Émission de timbres conjointe sur Diwali par le Canada et l'Inde

Une Québécoise de 45 ans, née au sein d'une famille de Témoins de Jéhovah, demande à la Cour supérieure du Québec d'autoriser une action collective contre ce mouvement.
2017-09-21 12:38 || Québec Québec

Demande de recours collectif contre les Témoins de Jéhovah

Monique Dumais.
2017-09-20 12:17 || Québec Québec

Décès de la théologienne Monique Dumais

articles récents

2017-01-16 11:12 || Monde Monde

À Malte, certains divorcés remariés auront accès aux sacrements

Le sacristain Nathan Leonhardt est photographié près de l’endroit où le nourrisson a été trouvé.
2017-01-12 11:57 || Monde Monde

Un bébé est abandonné dans une cathédrale

Le cardinal Gerhard Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.
2017-01-11 15:19 || Vatican Vatican

Le pape n'a pas besoin de «correction fraternelle», dit le cardinal Gerhard Müller