COVID-19

Fermeture des lieux de culte: «nécessaire», dit le cardinal Lacroix

«La fermeture des lieux de culte est le prix fort à payer pour protéger la vie de tous et de toutes, la nôtre et celles des autres», estime le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec.
«La fermeture des lieux de culte est le prix fort à payer pour protéger la vie de tous et de toutes, la nôtre et celles des autres», estime le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec.   (Archives Présence/P. Vaillancourt)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2021-01-08 14:27 || Québec Québec

«La fermeture des lieux de culte est le prix fort à payer pour protéger la vie de tous et de toutes, la nôtre et celles des autres», estime le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec.

Dans un bref message qu’il vient de transmettre aux fidèles de l’archidiocèse, le primat du Canada dit comprendre «la déception de nombreux croyants et croyantes assidus de nos assemblées» devant l’annonce faite le mercredi 6 janvier par le premier ministre François Legault de fermer tous les lieux de culte du Québec jusqu’au 8 février 2021.

Bien que «ne plus pouvoir nous rassembler pour célébrer notre foi dans nos lieux de culte» soit «une décision difficile à accepter», elle est toutefois «nécessaire en ce moment particulier de la crise de santé publique que nous traversons».

«La situation est sérieuse», estime encore le cardinal Lacroix qui demande à tous les catholiques de collaborer avec les autorités sanitaires et de respecter les consignes gouvernementales édictées depuis mercredi. Ce «qui nous est demandé en ce moment paraît justifié», écrit-il.

Si «le Québec se trouve à nouveau confiné», pas question toutefois pour l’Église d'être en pause puisque «de nombreuses personnes ont besoin de soutien, d’accompagnement et d’espérance».

Le cardinal Lacroix ajoute, au terme de son message pastoral publié dans le site Web de l’archidiocèse de Québec, que les membres du personnel des différentes paroisses de l’archidiocèse de Québec «sont déterminés à prendre tous les moyens à leur disposition» afin de poursuivre leur mission et «de maintenir le contact avec la population qui [leur] est confiée».

Un peu plus tôt vendredi matin, l’évêque du diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, Mgr Pierre Goudreault a soutenu que les nouvelles mesures de confinements énoncées par les autorités sanitaires sont «importantes pour freiner la croissance de la pandémie».

«Pour ceux et celles qui trouvent sens à leur vie en accueillant la présence de Dieu, j'aime vous redire que le Seigneur marche avec nous pour nous réconforter et nous donner force. Il ne nous abandonne pas», a écrit Mgr Goudreault dans sa page Facebook.

Il invite tout particulièrement les catholiques à se «faire proche des personnes plus pauvres ou vulnérables».

«Plusieurs baptisés sont conscients que la mission n'est pas confinée. Elle continue même en temps de pandémie», a-t-il ajouté.

L’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ) n’a toujours pas réagi aux mesures annoncées mercredi soir par François Legault. Le 15 mars 2020, lorsque le premier ministre avait ordonné la «fermeture de tous les lieux de rassemblement» au Québec, l’AECQ avait aussitôt encouragé, «compte tenu de l’importance du danger, de l’urgence de la situation et de la solidarité nécessaire en pareil cas, l’annulation de toutes les célébrations et de toutes les activités publiques dans les églises du Québec».

***

 

 

du même auteur

L'ancien président de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, estime que l'organisme a manqué de transparence dans le processus de révision de ses partenaires.
2021-02-26 10:49 || Canada Canada

«Cela ne tient pas la route», disent deux ex-dirigeants de Développement et Paix

Développement et Paix ne conservera des liens de partenariats qu'avec le tiers des organismes qui ont été soupçonnés, depuis mars 2018, de ne pas respecter l'enseignement social et moral de l'Église catholique, ont annoncé l'organisme et les évêques canadiens le 25 février.
2021-02-25 18:18 || Canada Canada

Développement et Paix expurge près de 40% des partenaires examinés

Alors que débute sa campagne de financement annuelle, Développement et Paix refuse de rendre public le rapport final de l'enquête qu'il a menée, durant trois années, sur le quart de ses partenaires.
2021-02-23 16:11 || Canada Canada

Révision des partenaires de Développement et Paix: le rapport restera confidentiel

articles récents

Beate Gilles, une théologienne de 50 ans, devient la première femme à diriger le secrétariat des évêques. Son mandat débutera le 1er juillet 2021. Son élection survient alors que l'Église allemande est à nouveau plongée dans la tourmente sur la question des abus sexuels.
2021-02-26 16:33 || Monde Monde

Une femme élue secrétaire générale des évêques allemands

L'ancien président de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, estime que l'organisme a manqué de transparence dans le processus de révision de ses partenaires.
2021-02-26 10:49 || Canada Canada

«Cela ne tient pas la route», disent deux ex-dirigeants de Développement et Paix

Développement et Paix ne conservera des liens de partenariats qu'avec le tiers des organismes qui ont été soupçonnés, depuis mars 2018, de ne pas respecter l'enseignement social et moral de l'Église catholique, ont annoncé l'organisme et les évêques canadiens le 25 février.
2021-02-25 18:18 || Canada Canada

Développement et Paix expurge près de 40% des partenaires examinés