Document

Intervention de Boufeldja Benabdallah à la messe du 31 janvier

Boufeldja Benabdallah, le 31 janvier 2017, à l'église Notre-Dame-de-Foy, à Québec.
Boufeldja Benabdallah, le 31 janvier 2017, à l'église Notre-Dame-de-Foy, à Québec.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
2017-02-01 01:51 || Québec Québec

Présence propose une retranscription de l'intervention de Boufeldja Benabdallah, cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, prononcée le 31 janvier 2017 lors de la messe en solidarité avec les victimes de l'attentat à la grande mosquée de Québec.

«Vous êtes tous mes amis. Et on dit dans notre religion: vous aimez quelqu’un, il faut le lui dire. Alors je vous aime.

(applaudissements).

Monsieur Denis Brière [ndlr: le recteur de l’Université Laval] m’a connu quand je suis arrivé ici au Québec, en 1969, ça fait déjà […] un bail (rires). Ça fait donc presque 48 ans que je suis ici. 48 ans que le Québec m’a tendu la main. Mais aussi des dizaines d’années que le Québec a tendu la main à ceux qui sont, qui ont vécu et qui sont partis avant-hier. C’est vers eux que mes sentiments d’aujourd’hui doivent être dirigés. C’est vers ces gens qui sont venus vivre dans cette belle ville de Québec, dans ce beau pays, le Québec, dans cet immense pays le Canada. Ils ont voulu faire leur vie, ils ont voulu faire grandir leurs enfants, ils ont voulu leur donner ce que vous avez de bien, vous êtes un peuple de bien, sachez-le! Prenez-le avec bonheur! Vous êtes un peuple de bien, je vous assure. Nous, en tant que musulmans, on pense connaître beaucoup de choses, mais on a appris énormément de choses du peuple québécois: la résilience, le recul devant l’adversité, le pardon à l’autre, respecter l’autre tout doucement. Je ne vais pas continuer, […] Je ne fais de morale à personne, sauf à moi-même, donc, que je vous dise que je suis reconnaissant pour tout ceci.

Mais si on est là aujourd’hui c’est pour se remémorer ces personnes qui aujourd’hui, certains qui n’ont pas reçu le boulet de feu dans le corps, qui sont avec leurs enfants encore aujourd’hui, Dieu merci, qui sont blessés au fond d’eux-mêmes. Il faut qu’on pense à eux pour que ces blessures guérissent le plus vite possible. À ceux qui sont encore dans les hôpitaux, qui sont encore en pansements, nous prions […] afin qu’ils puissent obtenir la guérison le plus vite possible.

À leurs enfants, on souhaite qu’ils reprennent le sourire qu’ils avaient quand ils voyaient leur papa. «Papa, papa.» (sanglots) Mais ils vont voir leur papa chagriné, et ils vont se demander… Imaginez ce qu’il va leur dire. Est-ce que c’est le Québec qui l’a frappé? Non, ce n’est pas le Québec, c’est un être humain. Qui s’est trompé. Qui ne devait pas faire ça. Je peux vous assurer, et je le sais, je connais la bonté de nos cœurs, de l’humain, ils vont dire à leurs enfants: cette personne nous a tués, mais il s’est trompé. Pour ne pas laisser de traces de rancœur dans le cœur de leurs enfants. Et alors aujourd’hui que pensons-nous de ceux qui sont partis, dont les enfants vont se lever demain. Ils vont appeler «Papa, Papa». Mais quand ils ne vont pas voir leur papa (sanglots)... Ils ne vont plus le voir. Ils vont appeler «Papa, Papa, viens nous lire une petite histoire». Et ils ne vont pas voir leur papa leur lire l’histoire.

Et la maman, et si elle travaille, elle rentre à la maison elle voit son mari, elle est toute contente que son mari soit là. Ou si elle ne travaille pas et tout d’un coup, ça frappe à la porte. Elle entend les bottes. «Ah j’entends le bruit des bottes, c’est mon mari qui rentre». Ça va être très très dur. C’est la douleur que je ressens pour eux et je vous exprime. Alors permettez-moi de ne pas oublier.

J’en appelle à mon frère, Azzeddine Soufiane, l’épicier. On l’appelait l'épicier de «salam», l’épicier de la paix. Hier, il marchait avec sa longue robe toujours souriant, je vous assure, toujours souriant avec une barbe de patriarche. Il est parti.

Khaled Belkacemi (sanglots). Excusez-moi. Un chercheur émérite de chez nous, à l’Université Laval, d’une éthique et d’une probité extraordinaires. Partout, il a donné des conférences ailleurs, les gens parlent de lui en bien. Et dans notre milieu, vous ne le voyez pas faire du bruit, mais vous voyez toujours son sourire. Khaled Belkacemi (soupir).

Aboubaker Thabti. Un jeune homme dans le début de la vie, qui est venu faire sa vie ici, faire grandir ses enfants. Il n’est plus là.

Abdelkrim Hassane. Vous avez vu son épouse parler de lui en bien, en amour. Il n’est plus là demain quand elle va se lever, elle ne le trouve pas à côté d’elle.

Ibrahima Barry, fils de la Guinée, fils du Fouta-Djalon, pour ceux qui connaissent l’Afrique. Cette Afrique, source primaire de notre existence quasiment, d’où part toute la vie. Questionnez les archéologues. Ces gens de la Guinée, porteurs d’une joie toujours en eux-mêmes. Et je le voyais Ibrahima, toujours tranquille, tout sourire. Si on s’assoit à côté de lui, il va étendre sur nous cette gentillesse. Il n’est plus là et je ne le verrai plus demain quand je vais aller à la mosquée (sanglots).

Mamadou Tanou Barry. Ils ne sont pas de la même famille, mais ils portent le même nom. Barry, c’est la bonté en personne.

Si vous cherchez en fin de compte. Qu’est-ce qu’il y a dans l’homme? Il y a du meilleur dans l’homme. Ne cherchons pas les petites bibittes dans l’homme, cherchons toujours le meilleur. Et quand ils partent, on trouve ce meilleur qu’on n’a pas vu de nos propres yeux. Et on le constate aujourd’hui.

J’ai terminé de vous citer les noms de ces gens qui, j’espère, vont être au fond de vous-mêmes. Une petite pensée tous les jours jusqu’à ce que cette plaie soit guérie, parce que nous sommes tous blessés.

Aujourd’hui, par votre présence, je serai le porteur et l’ambassadeur de vos paroles et de vos prières à toutes ces familles qui n’ont plus leur parent. À toutes ces familles dont les parents sont encore blessés et à toute la communauté musulmane qui est encore secouée par la situation que nous connaissons tous. Et au fond de tout ça, j’en ressors personnellement grandi et je pense que notre communauté musulmane, elle en sort grandie, parce qu’on a senti un souci collectif, on a senti une gentillesse extraordinaire naître. Et hier les doutes que j’avais sur la xénophobie, l’islamophobie, bien aujourd’hui, je sais par votre présence et par tout ce qu’on a fait depuis quelques jours: on peut effacer cette islamophobie, on peut effacer cette xénophobie, on peut effacer ce sémitisme, on peut effacer ce racisme de couleur, cette aliénation des gens qui n’ont pas les moyens. On peut tout effacer par quoi? Par ce que vous avez chanté tout à l’heure: l’amour que Dieu a mis en nous-même.

Je terminerai ceci, chers frères et chères sœurs, en demandant à ma sœur de venir et en demandant à mon frère de venir, pour vous lire une sourate du Coran.

M. le premier ministre [ndlr: Philippe Couillard] m’a dit qu'il aime entendre des psalmodies du Coran qui sont belles. Je lui ai dit : j’aimerais ça avoir cette voix qui lit si bien, comme celle d’hier [ndlr: lors de la vigile], mais je ne l’ai pas, je le sais en toute humilité. Mais on va faire une lecture et vous allez apprécier nos voix à la mesure de ce qui sort de notre cœur.»

(Lecture de la sourate)

*Une première version de ce texte indiquait 1963. Or il s'agit bien de 1969. Mis à jour le 4 février 2017 à 10h10.


1 Commentaire(s)

jraby@fondationbeati.org || 2017-02-01 10:08:49

Merci de cette retranscription.

 

du même auteur

Un groupe de pèlerins de la région d'Ottawa souligne le 145e anniversaire de son pèlerinage annuel à Sainte-Anne-de-Beaupré lors d'un pique-nique dans les jardins de la Fraternité Saint-Alphonse, à Beauport.
2019-08-13 12:01 || Canada Canada

Photo du jour - 13 août 2019

Photo prise sur le USS Abraham Lincoln dans la mer d'Arabie le 3 juin 2019.
2019-06-21 11:40 || Monde Monde

Photo du jour - 21 juin 2019

Lettre ouverte de l'auteur Jacques Gauthier en réaction à l'adoption de la loi 21 sur la laïcité.
2019-06-19 10:38 || Québec Québec || 8 Commentaire(s)

Laïcité au Québec, et après?

articles récents

Le Cyclorama vers 1900, à l'époque des pèlerinages en bateau à Sainte-Anne-de-Beaupré.
2019-08-09 15:09 || Québec Québec || 2 Commentaire(s)

Cyclorama, mesure et démesure

Un F/A-18E Super Hornet survole le porte-avion USS Abraham Lincoln le 18 mai 2019 dans la mer d'Arabie.
2019-07-29 12:36 || Monde Monde || Aucun commentaire

Qu'implique une escalade des tensions avec l'Iran?

«C’est justement ce qui fait l’originalité et la force du christianisme: quand il parle de sa vie à son Dieu, le chrétien sait qu’il ne s’adresse pas à un Père Fouettard évanescent, mais à un ami qui est passé par là», écrit Louis Cornellier.
2019-06-19 10:00 || Monde Monde || 1 Commentaire(s)

Parler au Jésus de l'histoire