Recours collectif pour abus sexuels

14 M$ pour 111 victimes des rédemptoristes

Les victimes ont fréquenté le Séminaire Saint-Alphonse à Sainte-Anne-de-Beaupré entre 1960 et 1987.
Les victimes ont fréquenté le Séminaire Saint-Alphonse à Sainte-Anne-de-Beaupré entre 1960 et 1987.   (Philippe Vaillancourt/Présence - information religieuse)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2015-08-28 15:54 || Québec Québec

Chacune des 111 victimes d'agressions sexuelles commises par des pères rédemptoristes de Sainte-Anne-de-Beaupré ont reçu la semaine dernière, sous pli recommandé, des chèques de 100 000 $, de 150 000 $ ou encore de 200 000 $.

En tout, près de 14 millions $ ont été versés aux victimes, des anciens élèves au Séminaire Saint-Alphonse entre 1960 et 1987, indique le rapport de l'adjudicateur, Me André Forget. Ex-juge de la Cour d'appel, cet arbitre avait été nommé l'automne dernier, au lendemain du règlement qui prévoyait le versement d'une somme forfaitaire de 20 millions $ par la congrégation religieuse. Il était responsable de «rencontrer chacun des réclamants, de déterminer leur droit à une indemnité et, le cas échéant, de fixer le montant de cette indemnité».

Pas moins de 114 réclamations ont été reçues avant la date butoir du 17 avril 2015. Trois réclamations ont été rejetées, indique l'arbitre, car «ces personnes n’avaient pas fréquenté le Séminaire Saint-Alphonse entre 1960 et 1987».

Dans le rapport de l'adjudicateur, on ne trouve aucun nom.

«Presque toutes les victimes m’ont demandé avec insistance et persistance de protéger leur identité. Plusieurs des victimes m’ont d’ailleurs déclaré que s’il y avait une possibilité que leur nom soit dévoilé, elles auraient renoncé à présenter une réclamation. Je me suis engagé à leur égard à préserver la plus grande confidentialité», note Me Forget.

Le procès en recours collectif contre les rédemptoristes s'est amorcé en septembre 2013. En juillet 2014, le juge Claude Bouchard, a donné raison aux victimes, blâmé la communauté religieuse et exigé qu’elle verse des dédommagements importants.

Des constats amers
Un avocat des victimes, Me Pierre Boivin, dit qu’avec le rapport de l’adjudicateur, le dossier est maintenant clos. Mais on continuera de mentionner ce jugement lors de prochains procès. «Ce dossier va faire jurisprudence. C'est la première décision au Québec qui accorde un recours collectif dans le cadre d'agressions sexuelles commises par un ordre religieux».

«Ceux qui ont subi des agressions sexuelles au Québec, alors qu'ils étaient pensionnaires, ont des recours. Et ils n'ont pas à avoir honte», ajoute Me Boivin. «J’ai rencontré tellement de victimes, dans ce dossier et dans d'autres, des hommes qui se sentent encore aujourd’hui coupables, qui se sentent responsables de ce qui leur est arrivé.»

Le cabinet Kugler Kandestin, dont fait partie Me Boivin, mène deux autres dossiers en recours collectif contre des communautés religieuses. Les avocats ont été autorisés à poursuivre les Clercs de Saint-Viateur, au nom de plusieurs enfants handicapés qui ont été abusés sexuellement. Ils ont aussi déposé, plus tôt cette année, une requête pour demander l'autorisation d'intenter un recours collectif contre la Congrégation Notre-Dame de la Miséricorde, responsable du Collège Saint-Hilaire.

Quels constats fait-il devant toutes ces affaires qui impliquent des communautés religieuses?

«Des ordres religieux n'ont pas agi afin de protéger les victimes. Ils ont plutôt cherché à protéger leur réputation et leurs actifs. C'est triste, c’est répréhensible. Des religieux ont fait passer leur sécurité et leur réputation avant celle de jeunes enfants.»

Il ne doute pas que «ces ordre religieux ont fait beaucoup de bien au niveau de la collectivité. Mais ce qu'on voit, c'est une tache noire sur leur réputation. Au lieu de prendre leurs responsabilités, ils ont pris de mauvaises décisions. Ils ont défendu l'indéfendable», regrette Me Pierre Boivin.

 

du même auteur

Il y a six mois, lorsque que le pape François a accepté, en raison de son âge, la démission de Paul Lortie comme évêque de Mont-Laurier, il a nommé Paul-André Durocher (photo) à titre d'administrateur apostolique. Il lui a aussi confié un mandat, celui de faire une étude sur l’avenir du diocèse.
2020-01-17 12:45 || Québec Québec

Mont-Laurier: fusionner ou maintenir le diocèse?

Le chant 'Hâtons-nous en chemin', composé par Robert Lebel à l'occasion du 400e de Marguerite Bourgeoys, a été présenté le 12 janvier pour la toute première fois. C'est Violaine Paradis, religieuse de la Congrégation de Notre-Dame,qui l'a interprété à la fin de la célébration.
2020-01-17 09:05 || Québec Québec

Lancement d'une année en hommage à Marguerite Bourgeoys

Le nonce apostolique, Mgr Luigi Bonazzi (à gauche) salue le nouvel évêque de Saint-Jean-Longueuil, Mgr Claude Hamelin, le 10 janvier 2020.
2020-01-14 16:36 || Québec Québec

Claude Hamelin, un évêque «en amour» avec son diocèse

articles récents

Dans un an, en janvier 2021, ou même plus tôt, «si le travail va plus vite que prévu», les jésuites du Canada vont publier une liste de tous leurs membres qui ont été accusés de façon crédible d'abus sexuels sur des mineurs depuis 1950.
2019-12-19 16:55 || Canada Canada

Les jésuites vont rendre publics les noms des religieux accusés d'abus sexuels

Revenu Québec a déposé huit chefs d'accusation contre le pasteur et la trésorière d'une Église évangélique de Québec, le Centre évangélique Parole de vie.
2019-12-19 12:02 || Québec Québec

Accusations contre le Centre évangélique Parole de vie de Québec

Un homme qui a vécu durant 17 ans au sein de la Famille Marie-Jeunesse (FMJ) vient de demander l’autorisation d’exercer un recours collectif contre cette communauté nouvelle et contre l'archidiocèse de Sherbrooke.
2019-12-18 16:01 || Québec Québec

Une demande de recours collectif contre la Famille Marie-Jeunesse