Abus sexuels

20 millions $ pour les victimes des Clercs de Saint-Viateur

  (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2015-11-19 10:59 || Québec Québec

Abusées alors qu'elles vivaient à l'Institution des sourds de Montréal entre les années 1940 et 1982, des victimes se partageront une somme de 20 millions de dollars.

Le Centre de la communauté sourde du Montréal métropolitain a récemment conclu une entente dans le cadre du recours collectif intenté contre la congrégation des Clercs de Saint-Viateur du Canada au nom des enfants sourds agressés sexuellement alors qu'ils fréquentaient l'institution située au 7400, boulevard Saint-Laurent, à Montréal. L'entente de règlement signée le 5 novembre doit encore être approuvée par la Cour supérieure du Québec.

Il s'agit du «montant le plus élevé jamais payé par une congrégation religieuse dans le cadre d’un recours collectif au Québec visant des agressions sexuelles contre des mineurs», indique le cabinet Kugler Kandestin, procureur du recours collectif.

«La Congrégation devra faire d'importants sacrifices financiers afin de verser les sommes convenues», a indiqué dans un communiqué conjoint le père Nestor Fils-Aimé, supérieur provincial des Clercs de St-Viateur du Canada depuis avril 2014.

«Nous sommes cependant satisfaits de l'entente de principe, qui met fin à un litige difficile pour toutes les parties impliquées. Les Clercs de Saint-Viateur espèrent que le processus convenu facilitera l'indemnisation des membres du groupe et leur évitera des souffrances supplémentaires. Nous prions pour elles et leurs familles et tenons à exprimer notre réprobation de tout abus sexuel, incluant ceux commis sur des personnes mineures», a-t-il ajouté.

Présenté en 2012, le recours collectif a été intenté contre la congrégation religieuse et l'Institut Raymond Dewar. Cette dernière institution ne fait pas partie de l'entente conclue il y a deux semaines. Le recours collectif se poursuivra contre l'Institut Raymond Dewar, autrefois appelé l'Institut des sourds de Montréal. Le procès est prévu pour le mois de septembre 2016.

Le recours collectif de 2012 mentionne explicitement les abus sexuels qu'auraient commis des religieux et des employés laïcs sur des enfants de 8 à 16 ans qui fréquentaient l'institution du boulevard Saint-Laurent.

Le document contient un tableau de sept pages où sont nommés tous les abuseurs et où leurs victimes sont identifiées par des lettres de l'alphabet. Les noms de 26 religieux sont inscrits dans ce tableau.

 

du même auteur

Boufeldja Benabdallah, président du Centre culturel islamique de Québec, était présent à la conférence de presse.
2020-01-23 19:50 || Québec Québec

La Semaine de la sensibilisation musulmane est de retour

Catholiques et anglicans sont invités à participer à la consultation publique sur l'aide médicale à mourir lancée le 13 janvier 2020.
2020-01-22 15:44 || Canada Canada

Aide médicale à mourir: des chrétiens se mobilisent autour de la consultation nationale

Leonard Cohen lors d'un concert au Danemark en 2013.
2020-01-22 07:00 || Québec Québec

Revisiter le testament spirituel de Leonard Cohen

articles récents

Dans un an, en janvier 2021, ou même plus tôt, «si le travail va plus vite que prévu», les jésuites du Canada vont publier une liste de tous leurs membres qui ont été accusés de façon crédible d'abus sexuels sur des mineurs depuis 1950.
2019-12-19 16:55 || Canada Canada

Les jésuites vont rendre publics les noms des religieux accusés d'abus sexuels

Revenu Québec a déposé huit chefs d'accusation contre le pasteur et la trésorière d'une Église évangélique de Québec, le Centre évangélique Parole de vie.
2019-12-19 12:02 || Québec Québec

Accusations contre le Centre évangélique Parole de vie de Québec

Un homme qui a vécu durant 17 ans au sein de la Famille Marie-Jeunesse (FMJ) vient de demander l’autorisation d’exercer un recours collectif contre cette communauté nouvelle et contre l'archidiocèse de Sherbrooke.
2019-12-18 16:01 || Québec Québec

Une demande de recours collectif contre la Famille Marie-Jeunesse