«Prévisibilité raisonnable de la mort naturelle»

Aide médicale à mourir: Ottawa demande un délai de quatre mois

Le gouvernement fédéral demande un délai supplémentaire de quatre mois afin de répondre adéquatement à une décision de la Cour supérieure du Québec sur l’aide médicale à mourir.
Le gouvernement fédéral demande un délai supplémentaire de quatre mois afin de répondre adéquatement à une décision de la Cour supérieure du Québec sur l’aide médicale à mourir.   (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-02-18 10:09 || Canada Canada

Le gouvernement fédéral demande un délai supplémentaire de quatre mois afin de répondre adéquatement à une décision de la Cour supérieure du Québec sur l’aide médicale à mourir.

«Après avoir mené à bien ses consultations sur cette importante question, le gouvernement a pleinement l'intention de présenter une nouvelle loi sur l'aide médicale à mourir dans un avenir rapproché», ont indiqué le 17 février les ministres David Lametti (Justice) et Patty Hajdu (Santé).

Toutefois, «une prorogation [de quatre mois] donnerait au Parlement le temps d'examiner et d'adopter les modifications proposées».

En juin 2016, le parlement du Canada a adopté une loi qui permet aux adultes canadiens admissibles de demander une aide médicale à mourir. La loi adoptée prévoyait des mesures dites de sauvegarde que les médecins doivent respecter lorsqu’ils décident si un patient est admissible à ce service.

Le 11 septembre 2019, la Cour supérieure du Québec a toutefois conclu qu’il était inconstitutionnel de limiter l’accès à l’aide médicale à mourir aux seules personnes en fin de vie. Présent dans la loi fédérale, le critère de «prévisibilité raisonnable de la mort naturelle» a été invalidé par ce jugement.

La décision de la Cour doit entrer en vigueur six mois plus tard, soit le 11 mars 2020. «Bien que cette décision ne s’applique qu’au Québec, le gouvernement du Canada l’a acceptée et s’est engagé à modifier la loi pour l’ensemble du pays», ont rappelé hier les deux ministres fédéraux.

La Fédération des médecins spécialistes du Québec a réagi le 18 février en saluant la «sage décision» prise par le gouvernement fédéral. Il faut «donner du temps au temps», indique la Fédération qui souhaite «un débat serein» sur l'aide médicale à mourir.

Au moment de publier ces lignes, aucun leader religieux canadien n'avait encore réagi à cette demande de prorogation.

Le 31 janvier 2020, le président de la Conférence des évêques catholiques du Canada avait mis au défi le premier ministre Justin Trudeau, avant toute révision de la loi fédérale, d'«entreprendre une étude plus rigoureuse, impartiale et approfondie des problèmes inhérents à l’euthanasie et au suicide assisté en impliquant des personnes dont  l’expérience offre une perspective différente et présente même des vérités dérangeantes».  

Dans un lettre signée par Mgr Richard Gagnon, archevêque de Winnipeg et président de la CECC, les évêques se disaient «déçus et profondément inquiets que le gouvernement fédéral ait récemment refusé de faire appel de la décision de la Cour supérieure du Québec d’élargir la pratique de l’euthanasie et le suicide assisté aux personnes dont la mort n’est pas imminente».

***

 

 

du même auteur

Désavoué par les évêques d'Amos et de Hearst-Moosonee au début du mois de septembre 2020, l'abbé Michel Rodrigue rompt le silence.
2020-09-29 19:16 || Québec Québec

L'abbé Michel Rodrigue rompt le silence

Les lieux de culte pourront demeurer ouverts en zone rouge. Églises, synagogues et mosquées pourront accueillir un maximum de 25 personnes à la fois et devront tenir un registre des participants, a déclaré le premier ministre du Québec lundi.
2020-09-28 19:09 || Québec Québec

Lieux de culte ouverts même en zone rouge

Le ministre de la Santé et des Services sociaux se dit «très sensible aux arguments» qu'il a entendus depuis qu'il a édicté, dimanche, que le nombre de personnes que peuvent dorénavant accueillir les lieux de culte du Québec étaient de 50 et même 25.
2020-09-24 18:13 || Québec Québec

Lieux de culte: le gouvernement prend note de la grogne

articles récents

L’ancien directeur général de la Mutuelle d'assurance en Église, Sylvain Beaulieu, conteste son congédiement et souhaite que le Tribunal administratif du travail lui accorde le droit de réintégrer ses fonctions.
2020-08-31 17:13 || Québec Québec

La bisbille à la Mutuelle d’assurance en Église devant le Tribunal administratif du travail

Les négociations pour en arriver à un règlement dans le dossier des personnes abusées par des oblats seraient terminées, indique l'avocat des victimes. Le supérieur provincial de la congrégation religieuse réplique que les oblats sont «toujours déterminés» à trouver une entente.
2020-08-24 21:02 || Québec Québec

Abus sexuels: encore loin d'un règlement hors cour pour les oblats

Au tour de l'archidiocèse de Québec d'être visé par une demande d'action collective déposée le vendredi 21 août au palais de justice de Québec.
2020-08-21 14:33 || Québec Québec

Demande d'action collective contre l'archidiocèse de Québec