Washington

Trump, premier président à la Marche pour la vie

Donald Trump a été le premier président à s'exprimer en personne au cours des 47 ans d'histoire de la Marche pour la vie. Il a parlé pendant environ 10 minutes au début du rassemblement et avant que les participants n'entament leur marche vers la Cour suprême le 24 janvier 2020 à Washington.
Donald Trump a été le premier président à s'exprimer en personne au cours des 47 ans d'histoire de la Marche pour la vie. Il a parlé pendant environ 10 minutes au début du rassemblement et avant que les participants n'entament leur marche vers la Cour suprême le 24 janvier 2020 à Washington.   (CNS photo/Leah Millis, Reuters)
2020-01-24 16:05 || Monde Monde

Le président étatsunien Donald Trump a remercié les participants à la 47e édition annuelle de la Marche pour la vie pour leur engagement à protéger la vie des enfants à naître.

«Ensemble, nous sommes la voix des sans-voix», a déclaré Donald Trump aux dizaines de milliers de personnes rassemblées lors d'un rassemblement le 24 janvier à Washington.

«Vous défendez la vie chaque jour. Vous fournissez un logement, une éducation, un emploi et des soins médicaux aux femmes que vous servez», a déclaré le président.

Trump a été le premier président à s'exprimer en personne au cours des 47 ans d'histoire de la Marche pour la vie. Il a parlé pendant environ 10 minutes au début du rassemblement et avant que les participants n'entament leur marche vers la Cour suprême.

«Aujourd'hui, en tant que président des États-Unis, je suis vraiment fier de me tenir à vos côtés. Nous sommes ici pour une raison très simple: défendre le droit de chaque enfant, né ou à naître, à réaliser le potentiel que Dieu lui a donné», a déclaré le président.

Il a également félicité les jeunes qui constituaient une grande partie de la foule pour leur engagement en faveur de la vie, affirmant qu'ils étaient «le cœur de la Marche pour la vie».

«C'est votre génération qui fait de ce pays une nation pro-vie», a déclaré le président, ajoutant: «Vous êtes animés par la prière et motivés par un pur amour désintéressé.»

«Le président le plus pro-vie de l'histoire américaine»

Le discours de Trump devant une foule largement favorable a été ponctué d'applaudissements et d'acclamations. Les appels de «quatre ans de plus» l'ont accueilli sur le podium.

Le mouvement pro-vie a été soutenu par la nomination par Trump de deux juges conservateurs à la Cour suprême. Leur objectif est de faire annuler la décision de la Cour de 1973 dans l'affaire Roe c. Wade, qui a légalisé l'avortement.

Le vice-président Mike Pence et son épouse Karen ont pris la parole lors du rassemblement dans une vidéo enregistrée à Rome avant l'arrivée de Trump. Pence a rencontré le pape François plus tôt dans la journée.

Il a déclaré dans la vidéo qu'il remerciait le pape «pour tout ce que lui et les Américains catholiques ont fait pour défendre le caractère sacré de la vie humaine dans l'histoire de ce mouvement».

Karen Pence a remercié les participants pour leur témoignage et leur compassion envers les enfants à naître. «Merci d'avoir défendu la vie», a-t-elle dit. «Nous ne pouvons être plus fiers de faire ce voyage avec vous.»

Le vice-président a qualifié Trump de «président le plus pro-vie de l'histoire américaine» et de «champion du mouvement».

«Alors, restez forts et restez avec cet amour et cette compassion qui ont toujours défini le mouvement pour la vie», a déclaré Pence.

Pour une vision élargie

Tous les participants au rassemblement n'étaient pas d'accord avec la position unidimensionnelle de Trump et Pence. Un groupe de frères franciscains et leurs partisans ont placé des pancartes en hauteur à l'extérieur de la barrière de sécurité avec des messages disant «Je suis 100% pro-life»; «Prenez soin des enfants à naître»; «Protégez la terre» et «Cherchez la justice pour les pauvres».

Le père franciscain Jud Weiksnar, pasteur de la paroisse de Saint Columba Brigid à Buffalo, a déclaré qu'il avait participé à la Marche pour la vie pour encourager les gens à embrasser un appel plus large en faveur de la vie, y compris le soin de l'environnement et de la paix.

«Je suis profondément convaincu que ma vocation religieuse m'appelle à quelque chose comme la Marche pour la vie», a-t-il déclaré à l’agence Catholic News Service.

Son groupe comprenait une vingtaine de personnes, parmi lesquelles des prêtres, des hommes en formation et des laïcs.

Son ami, le père franciscain Jacek Orzechowski, du Maryland, a déclaré qu'il s'était joint à la marche et s'était rallié «pour rappeler aux autres ce que signifie être authentiquement pro-vie».

«Il ne suffit pas de dire qu'une personne est contre l'avortement, mais surtout contre d'autres préoccupations en ce moment où l'humanité est au bord d'une catastrophe écologique», a-t-il expliqué. «Je ne suis pas prêt à faire un faux choix en m'occupant de notre maison commune ou en m'occupant des enfants à naître.»

Un rassemblement aux accents politiques

Les participants au rassemblement ont également entendu des membres du Congrès et plusieurs autres orateurs, dont des femmes ayant survécu à des tentatives d'avortement, au cours de l'heure qui a suivi l'intervention du président.

Un représentant louisianais, Steve Scalise, a exhorté le public à soutenir la loi sur la protection des survivantes d'avortement nées vivantes qui a été présentée au Congrès. Ce projet de loi garantirait que tout enfant né vivant après un avortement reçoive des soins médicaux. Il instituerait également des sanctions pour les médecins qui laissent mourir ces enfants ou qui tuent intentionnellement un nouveau-né.

Il a déclaré qu'il s'efforçait de faire voter le projet de loi à la Chambre des représentants en déposant une pétition de décharge, ce qui signifie qu'il serait adopté en commission et transmis directement à l'ensemble de la Chambre. Il a déclaré que 204 membres de la Chambre ont signé la pétition –197 républicains et sept démocrates – et qu'il s'efforce de gagner 14 démocrates supplémentaires pour obtenir une majorité qui obligerait à voter sur le projet de loi. Il a encouragé les participants au rassemblement à contacter leur membre du Congrès pour exprimer leur soutien à la pétition et au projet de loi.

Le rassemblement s'est parfois tourné vers la politique, les orateurs ayant appelé les participants à voter pour des candidats pro-vie lors de la prochaine élection présidentielle. Ils ont également félicité Trump pour sa nomination de 187 juges fédéraux conservateurs qui sont plus susceptibles de soutenir les restrictions sur l'avortement.

«Nous sommes à un moment charnière pour le mouvement pro-vie et pour cette grande nation», a déclaré Marjorie Dannenfelser, présidente de Susan B. Anthony List, une organisation d'éducation pro-vie, en saluant les efforts législatifs déployés à l'échelle nationale pour limiter l'avortement.

Elle a encouragé la foule à «aller vers la victoire» et à «mettre la volonté du peuple dans la loi» dans un effort pour renverser l'arrêt Roe c. Wade à la Cour suprême lors des élections de novembre. «C'est la plus conséquente pour la cause des enfants à naître», a-t-elle déclaré.

Dans de brèves remarques, le représentant Chris Smith, du New Jersey, a souligné les mesures progressives prises pour mettre fin à l'avortement dans tout le pays.

«Nous faisons des progrès», a déclaré Smith. «Soyez très encouragé. Avec l'aide de l'imagerie par ultrasons, nous allons lutter sans relâche pour que les enfants à naître ne soient plus invisibles, banalisés, moqués, déshumanisés et tués.»

Smith, qui copréside le groupe parlementaire pro-vie, a attribué à la foule le mérite de son activisme qui a permis à «d'innombrables» femmes et bébés d'être épargnés «de la violence de l'avortement et de vivre, d'aimer et de s'épanouir aujourd'hui».

Elisa Martinez, fondatrice de New Mexico Alliance for Life et coprésidente de Native Americans for Life, et la députée démocrate de l'État de Louisiane Katrina Jackson ont également pris la parole.

Dennis Sadowski

***

 

 

du même auteur

S'adressant aux membres de la Banque pharmaceutique italienne, une organisation caritative qui fournit des médicaments aux pauvres, le pape a déclaré le 19 septembre que la crise économique générée par la pandémie a jeté une lumière sur la pauvreté dans le monde, y compris la «pauvreté pharmaceutiqu
2020-09-22 10:44 || Monde Monde

Le pape appelle à une distribution éthique du futur vaccin

Le cardinal Antonio Cañizares Llovera (photo) de Valence a déclaré que le gouvernement était devenu l'ennemi de la société au lieu d'être son protecteur.
2020-09-17 15:01 || Monde Monde

Les évêques espagnols fustigent le projet de loi sur l'aide à mourir

Des jeunes manifestent contre la brutalité policière à Bogota, en Colombie, le 13 septembre 2020.
2020-09-14 16:00 || Monde Monde

Violences policières en Colombie: calme et justice souhaités

articles récents

Le ministre de la Santé et des Services sociaux se dit «très sensible aux arguments» qu'il a entendus depuis qu'il a édicté, dimanche, que le nombre de personnes que peuvent dorénavant accueillir les lieux de culte du Québec étaient de 50 et même 25.
2020-09-24 18:13 || Québec Québec

Lieux de culte: le gouvernement prend note de la grogne

C’est surtout la littérature scientifique et les rassemblements complémentaires aux cérémonies religieuses qui auraient poussé le gouvernement à diminuer la limite de personnes autorisées à l’intérieur des lieux de culte.
2020-09-22 15:50 || Québec Québec

Lieux de culte: le Dr Arruda évoque la science et la socialisation périphérique

La cathédrale anglicane Christ Church de Montréal ne rouvrira que le dimanche 27 septembre. Elle ne pourra accueillir que 25 personnes, regrette l'évêque Mary Irwin-Gibson.
2020-09-22 11:24 || Québec Québec

Lieux de culte: une décision «décevante» et «illogique», disent des responsables