Agressions sexuelles

Délai de prescription: l'Église du Québec dit n'avoir jamais fait de lobbyisme

Le prêtre catholique américain Thomas Doyle.
Le prêtre catholique américain Thomas Doyle.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2015-11-27 14:31 || Québec Québec

L’Église catholique du Québec soutient qu’elle n’a jamais fait de lobbyisme pour préserver le délai de prescription en matière d’agressions sexuelles.

Cette affirmation survient après la conférence du père Thomas Doyle, un Américain spécialiste des abus sexuels commis par des membres du clergé souvent appelé à témoigner contre l’Église devant divers tribunaux. Il a laissé entendre lors de sa conférence donnée à Québec lundi dernier que l’Église faisait du lobbyisme ou exercait des pressions partout dans le monde pour s’opposer à l’élargissement ou à l’abolition du droit de prescription pour les causes concernant des abus sexuels. Ce faisant, il a estimé qu’elle cherche ainsi à priver des milliers de victimes d’une juste rétribution pour le mal qui leur a été fait.

L’archidiocèse de Québec a d’abord réagi sur Twitter en milieu de semaine en référence à cette affirmation du père Doyle.

 

 

L’auteur du gazouilli, le directeur des communications de l’archidiocèse, Jasmin Lemieux-Lefebvre, est catégorique en ce qui concerne le Québec: «Il n’y en a pas, il n’y en a jamais eu et il n’y a aucun désir d’en avoir».

M. Lemieux-Lefebvre faisait partie de la quarantaine de personnes présentes à la conférence du prêtre américain consacrée à la question du délai de prescription en matière d’agressions sexuelles. Il n’est pas intervenu lors de la conférence, indiquant qu’il y était «à titre personnel».

Le vicaire général de l’archidiocèse de Québec, l’abbé Marc Pelchat, confirme lui aussi que l’Église au Québec n’a jamais fait de lobbyisme sur cette question. «J’ai questionné plusieurs personnes, y compris des évêques, et je peux dire qu’il n’y a aucun lobbyisme en ce sens, ni direct, ni indirect. C’est une question qui n’est pas abordée par les autorités ecclésiales auprès des femmes et des hommes politiques», dit-il.

Le Québec est la dernière province canadienne à avoir encore un délai de prescription pour les poursuites civiles en ce qui concerne les abus sexuels. Le père Doyle était à Québec lundi à l’invitation de l’avocat Marc Bellemare qui, en compagnie de plusieurs citoyens, y compris des victimes, espère faire bouger le gouvernement du Québec sur cette question.

Le vicaire général précise que si le délai de prescription devait être élargi ou aboli, l’Église «fera face à la situation» et «respectera la loi».

L’abbé Pelchat affirme par ailleurs que l’archidiocèse est toujours prêt à rencontrer des victimes et à offrir une thérapie au besoin. Il rappelle que le diocèse a une politique de tolérance zéro lorsqu’il y a allégation d’abus de la part d’un membre du clergé ou d’un laïc mandaté.

Du côté de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ), l’adjoint au secrétaire général et responsable des communications, Germain Tremblay, maintient que l’assemblée n’a jamais exercé de pression dans ce dossier.

«On respecte la loi. La prescription est là pour tout le monde, pas seulement pour les victimes d’agression en Église», dit-il.

Si la loi devait changer, il croit qu’il n’y aurait pas d’opposition de la part des évêques québécois, «sauf si on s’aperçoit qu’il peut y avoir des injustices pour les présumées victimes ou que ça nuirait à la présomption d’innocence».

Plus tôt cet automne, il y a eu une réunion de toutes les personnes répondantes dans les diocèses pour les cas d’allégation d’abus sexuels commis par des prêtres ou des personnes mandatées. La question du délai de prescription n’est toutefois pas à l’ordre du jour de l’AECQ. M. Tremblay laisse entendre que l’actualité pourrait cependant inciter les évêques à l’aborder lors d’une prochaine réunion plénière.

 

du même auteur

Bibliste féru de musique rock et heavy metal, Francis Daoust est directeur général de la Société catholique de la Bible (SOCABI). Il prépare un livre qui portera sur la figure du diable dans l’Ancien Testament.
2020-10-27 09:57 || Monde Monde

Diable! Ce que ses représentations populaires doivent à la Bible

Le mandat du recteur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Pierre-Olivier Tremblay, a pris fin le 7 octobre 2020. Son successeur sera connu ultérieurement.
2020-10-07 12:58 || Québec Québec

Le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap aura un nouveau recteur

Les autorités publiques québécoises ont entièrement raison de limiter le nombre de personnes à l’intérieur des lieux de culte, affirme la Dre Valérie Julie Brousseau.
2020-09-24 17:48 || Québec Québec

Lieux de culte: une médecin catholique donne raison au gouvernement

articles récents

L'enquête qu'a menée la juge retraitée Pepita G. Capriolo à la demande de Mgr Christian Lépine sur la réception des plaintes des jeunes victimes de l'abbé Brian Boucher est complétée depuis le début du mois de septembre, vient de révéler l'archidiocèse de Montréal.
2020-10-23 07:24 || Québec Québec

Prêtre agresseur: nouvelles révélations de l'archidiocèse de Montréal

Arrêté en 2019 par le Service de police de Laval pour des gestes à caractère sexuel, le père Henri Paradis, a reconnu, au mois de septembre, sa culpabilité à deux chefs d’agression sexuelle et d’attentat à la pudeur.
2020-10-20 15:26 || Québec Québec

Le père Henri Paradis condamné à huit mois de détention à domicile

L’ancien directeur général de la Mutuelle d'assurance en Église, Sylvain Beaulieu, conteste son congédiement et souhaite que le Tribunal administratif du travail lui accorde le droit de réintégrer ses fonctions.
2020-08-31 17:13 || Québec Québec

La bisbille à la Mutuelle d’assurance en Église devant le Tribunal administratif du travail