Colombie-Britannique

Demande de recours collectif contre les Christian Brothers à Vancouver

Le plaignant, Darren Liptrot, dit avoir été abusé sexuellement alors qu'il fréquentait le Vancouver College de 1980 à 1985. L'autre école était celle de St. Thomas More. Les allégations n'ont pas été prouvées devant les tribunaux.
Le plaignant, Darren Liptrot, dit avoir été abusé sexuellement alors qu'il fréquentait le Vancouver College de 1980 à 1985. L'autre école était celle de St. Thomas More. Les allégations n'ont pas été prouvées devant les tribunaux.   (CNS photo/David Ryder, Reuters)
2021-02-09 12:02 || Canada Canada

L'archidiocèse de Vancouver a répondu à un projet de recours collectif concernant des allégations d'abus sexuels dans deux lycées catholiques gérés par les Christian Brothers.

La plainte, déposée devant la Cour suprême de Colombie-Britannique le 8 février, allègue qu'entre 1976 et 1983, six hommes qui ont abusé d'enfants à l'orphelinat Mount Cashel à St. John's, Terre-Neuve – géré par les Frères des Écoles chrétiennes – ont été transférés dans les deux écoles de Vancouver, rapporte le journal catholique de l'archidiocèse de Colombie-Britannique.

Le plaignant, Darren Liptrot, dit avoir été abusé sexuellement alors qu'il fréquentait le Vancouver College de 1980 à 1985. L'autre école était celle de St. Thomas More. Les allégations n'ont pas été prouvées devant les tribunaux.

«L'archidiocèse de Vancouver ressent une grande tristesse et un grand regret pour toute personne ayant subi des abus sexuels de la part d'une personne au pouvoir», a déclaré l'archidiocèse le 8 février.

Il a déclaré que l'archevêché et les écoles catholiques indépendantes de l'archevêché de Vancouver, tous deux cités dans le procès proposé, ne possèdent pas et ne gèrent pas les écoles en question.

«Ces deux écoles sont toutes deux gérées par des fondations indépendantes. Elles ont leur propre terrain et leurs propres bâtiments, ont leur propre programme d'études et prennent toutes leurs propres décisions en matière d'embauche. Par conséquent, nous ne pouvons pas faire d'autres commentaires sur cette affaire.»

Il a ajouté que les recours collectifs «commencent souvent par la désignation d'une multitude de défendeurs, dont certains ont peu de liens avec l'affaire».

Le Vancouver College a également réagi à la nouvelle. Dans un message aux anciens étudiants, le président Johnny Bevacqua et Sue Dvorak, présidente du conseil d'administration, ont écrit que «ce sont des allégations profondément troublantes et nous prenons ces revendications très au sérieux». Ils ont déclaré qu'ils examinaient le dossier et qu'ils «répondraient en conséquence» dès qu’ils auront «une meilleure compréhension et des informations supplémentaires».

Ils ont ajouté que «les crimes d'abus sont tragiques et ont des répercussions à vie sur les personnes impliquées. Le Vancouver College exprime sa profonde inquiétude et sa sympathie à toute personne qui a été touchée de quelque manière que ce soit par un abus [...] c'est notre première priorité que tous les élèves viennent à l'école en se sentant en sécurité et respectés.»

En janvier, la Cour suprême du Canada a rejeté d’entendre l'appel d'une décision qui avait jugé l'archidiocèse catholique romain de St. John's responsable d'abus à l'orphelinat de Mount Cashel. L'archevêché a été condamné à payer 2 millions de dollars de dommages et intérêts.

L'archidiocèse de St. John's avait nié sa responsabilité dans les abus commis à Mount Cashel et révélés par l'enquête Hughes de 1989. L'archidiocèse a déclaré qu'il n'était pas impliqué dans les opérations quotidiennes de l'orphelinat et que les Christian Brothers qui le dirigeaient étaient une organisation laïque dont les membres n'étaient pas des prêtres ordonnés.

Les Frères Chrétiens d'Irlande ont déclaré faillite en 2012 tout en réglant des procès pour abus. L'orphelinat a été démoli en 1992.

Cette proposition de recours collectif n'est pas liée à celle déposée contre l'archidiocèse de Vancouver en 2020, qui affirmait que l'archidiocèse était «systématiquement négligent» dans la protection des paroissiens contre les abus du clergé. La plaignante, une femme identifiée comme K.S. dans les documents du tribunal, a allégué avoir été maltraitée par un prêtre de la paroisse Saint-François d'Assise dans les années 1980.

Avec l’apport du B.C. Catholic et du Catholic Register

***

 

 

du même auteur

Le pape François a nommé le père jésuite Stephen Chow Sau-yan, originaire de Hong Kong et provincial de la province chinoise des jésuites, nouvel évêque de Hong Kong.
2021-05-17 16:37 || Monde Monde

Un jésuite nommé évêque de Hong Kong

Le pape François a accepté la démission de Mgr Jan Tyrawa de Bydgoszcz, accusé d'avoir couvert des abus sexuels commis par le clergé.
2021-05-13 14:02 || Monde Monde

Épinglé en vertu de 'Vos estis', un évêque polonais démissionne

«L'eucharistie ne doit jamais être instrumentalisée à des fins politiques, quelle que soit son importance», a déclaré Mgr Robert W. McElroy, évêque de San Diego, réagissant notamment aux appels à interdire la communion au président Joe Biden pour ses positions en faveur de l'avortement.
2021-05-10 10:59 || Monde Monde

N'instrumentalisez pas l'eucharistie, rétorque l'évêque de San Diego

articles récents

Deux jours après sa nomination à titre d'ombudsman, Me Marie Christine Kirouack répond aux questions de Présence.
2021-05-14 16:18 || Québec Québec

Victimes d'abus: «Je crois beaucoup à l'approche personnelle, à l'approche humaine»

Le Conseil national des musulmans canadiens et l’Association canadienne des libertés civile annoncent leur intention de porter en appel la décision de la Cour supérieure du Québec sur la validité de la Loi sur la laïcité de l'État.
2021-05-07 07:19 || Canada Canada

Loi 21: deux groupes font appel du jugement

Le Patro de Charlesbourg fait partie des douze lieux nommés dans la demande de recours collectif visant les Religieux de Saint-Vincent de Paul.
2021-04-27 09:00 || Québec Québec

Demande de recours collectif contre les Religieux de Saint-Vincent de Paul