Abus sexuels

Frères du Sacré-Cœur: le recours collectif est autorisé

  (Photo Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2017-11-27 15:33 || Québec Québec

La Cour supérieure du Québec vient d'autoriser la demande de recours collectif contre la congrégation religieuse des Frères du Sacré-Cœur.

Cette action collective est intentée au nom de «toutes les personnes qui ont été abusées sexuellement par un religieux membre de la congrégation religieuse des Frères du Sacré-Cœur, alors qu’elles étaient étudiantes, pensionnaires ou candidates à l’admission au Mont-Sacré-Cœur de Granby (dont le Collège Mont-Sacré-Cœur, les pensionnats et le juvénat) entre 1932 et 2008», a statué le juge Sylvain Provencher, le jeudi 23 novembre 2017.

Présentée il y a un peu plus d'un an par le cabinet d'avocats Kugler Kandestin, la demande en recours collectif alléguait que des agressions sexuelles auraient été commises par un ex-religieux, Claude Lebeau, surveillant de dortoir et directeur au Collège Mont-Sacré-Cœur de Granby dans les années 1970.

Deux semaines plus tard, les avocats modifiaient la requête et indiquaient qu'une dizaine de frères ou d'ex-religieux auraient aussi commis des abus. «Les agressions sexuelles rapportées [...] auraient eu lieu dans les années 1940, 1950, 1960, 1970 et 1980 et consisteraient en des attouchements aux parties génitales, des masturbations et des fellations», indiquait-on alors. Dans cette liste figurait le nom de Jean-Guy Roy, un frère du Sacré-Cœur bien connu dans le monde des médias religieux puisqu’il a longtemps dirigé Radio Ville-Marie et la société Auvidec, aujourd'hui défunte.

L'homme à l'origine de ce recours, aujourd'hui âgé de 57 ans, allègue avoir été agressé sexuellement de manière systématique par le frère Claude Lebeau, entre l’âge de 13 et 15 ans, alors qu’il était pensionnaire au Collège Mont-Sacré-Cœur de Granby.

«Il aurait été agressé au-delà de 300 fois, pendant une période de deux ans, à une fréquence de trois à six fois par semaine», précise la requête qui a été autorisée jeudi.

Outre la congrégation religieuse, deux autres institutions sont aussi visées par ce recours collectif. Ce sont le Collège Mont-Sacré-Cœur de Granby et l'organisme de charité des frères du Sacré-Cœur, les Œuvres Josaphat-Vanier.  

Le juge a exclu de la liste des institutions ciblées la Corporation Maurice-Ratté, un groupe qui gère les résidences et les services hospitaliers offerts aux religieux âgés.

L'avocat Éric Simard, qui représente la congrégation religieuse, s'est dit «satisfait du jugement qui vient mieux baliser le recours de manière à ce qu’il puisse se poursuivre avec célérité aux bénéfices de toutes les parties».

«Le juge est notamment venu préciser la définition du groupe visée, il a rejeté la demande à l’endroit d’une intimée qui n’avait aucun lien avec les gestes allégués et il a confirmé la période visée, c’est-à-dire de l’ouverture de l’institution d’enseignement en 1932 jusqu’à la relève institutionnelle laïque en 2008», a ajouté le représentant du cabinet Fasken Martineau.

 

du même auteur

Le père Claude Grou, recteur de l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, a été poignardé lors d'une célébration le 22 mars.
2019-03-22 09:53 || Québec Québec

Le recteur de l'Oratoire Saint-Joseph poignardé en pleine messe

2019-03-22 08:38 || Québec Québec

«Je n'ai pas envie d'être réduit au silence. J'ai choisi de chanter» - Yves Duteil

Le cinéaste Daniel Bertolino a présenté son documentaire sur les Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph, 'Oser un nouveau monde', le 17 mars 2019.
2019-03-18 20:15 || Québec Québec

Un documentaire comme dernier événement public chez les hospitalières

articles récents

Le pape François n'a pas accepté la démission du cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, a annoncé ce dernier le 19 mars 2019.
2019-03-19 10:53 || Monde Monde

Le pape refuse la démission du cardinal Barbarin

Le cardinal George Pell, âgé de 77 ans, a été condamné à six ans de prison le 13 mars 2019.
2019-03-13 11:39 || Monde Monde

Abus sexuels: 6 ans de prison pour le cardinal Pell

Le 12 décembre 2017, un reportage diffusé par TVA affirmait qu'un entrepreneur en construction aurait subi des pressions et reçu des menaces pour que trois femmes qui travaillent sur le chantier qu'il dirige en soient exclues.
2019-03-01 11:06 || Québec Québec

Le Conseil de presse blâme sévèrement TVA et une journaliste