États-Unis

LGBTQ et Église: l'impact de la décision de la Cour suprême reste à voir

Une décision de la Cour suprême des États-Unis rendue le 15 juin 2020 confirme que les personnes LGBTQ ne peuvent être discriminées sur le lieu de travail.
Une décision de la Cour suprême des États-Unis rendue le 15 juin 2020 confirme que les personnes LGBTQ ne peuvent être discriminées sur le lieu de travail.   (CNS photo/Tom Brenner, Reuters)
2020-06-23 09:58 || Monde Monde

Après la décision à 6 contre 3 de la Cour suprême des États-Unis interdisant la discrimination à l'encontre des personnes s'identifiant comme LGBTQ sur le lieu de travail, l'Église catholique étatsunienne vit un nouveau moment de réflexion.

Mais il est peut-être trop tôt pour savoir quel sera l'impact total de cette décision rendue le 15 juin.

En réponse à l'arrêt de la Cour, qui a conclu que la discrimination fondée sur le sexe inclut également l'identité sexuelle, l'archevêque de Los Angeles Jose H. Gomez, président de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, a déclaré: «Toute personne humaine est faite à l'image et à la ressemblance de Dieu et, sans exception, doit être traitée avec dignité, compassion et respect. Protéger nos voisins d'une discrimination injuste ne nécessite pas de redéfinir la nature humaine.»

L’expression n’est pas sans rappeler un document de 1992 de la Congrégation pour la doctrine de la foi qui avance qu'il n'est «pas injuste» de tenir compte l'orientation sexuelle dans les domaines de l'adoption ou du placement familial, de l'emploi d'enseignants ou d'entraîneurs et du recrutement militaire.

L'adoption et l'emploi des enseignants sont précisément les deux questions sur lesquelles la Cour suprême doit encore se prononcer au cours de son mandat actuel, qui devrait se terminer au début de l'été.

Conjugués à l'affaire de discrimination fondée sur l'orientation sexuelle, les arrêts des juges pourraient contraindre l'Église, en tant qu'employeur, à adopter un nouveau modèle d'entreprise. Mais cela reste à voir.

«Les parties qui s'en remettent à la Cour suprême doivent être prudentes, et il y a toujours des risques à aller en justice», a déclaré Alexander Dushku, membre de la section du Premier amendement et des organisations religieuses, des litiges et des appels du cabinet d'avocats Kirton McConkie de Salt Lake City.

«La Cour suprême a cherché à assurer aux employeurs religieux qu'il existe de nombreux outils dont dispose la cour pour protéger leurs intérêts légitimes, mais elle n'a pas vraiment tranché ces questions parce qu'elles n'étaient pas en cause devant la cour», a déclaré M. Dushku. «Je pense personnellement que la cour va être au moins modérément généreuse envers les organisations religieuses sérieuses.»

Une note d'orientation distribuée le 18 juin par le bureau du conseiller juridique de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis aux directeurs des conférences catholiques des États et aux avocats diocésains semble être en accord avec l'évaluation de M. Dushku. «Le tribunal, dit-elle, renvoie les conflits de liberté religieuse à un autre jour.»

Une exception établie

L'impact sur les pratiques institutionnelles catholiques en tant qu'employeurs «reste à voir», a déclaré Michael Moreland, professeur de droit et de religion à l'Université Villanova de Philadelphie et directeur du Centre Eleanor H. McCullen pour le droit, la religion et la politique publique de l'université.

Moreland a déclaré qu'il est convaincu que l'exception pour les employés des institutions catholiques est bien établie. De nombreuses écoles primaires et secondaires catholiques et de nombreuses paroisses ont une clause dans les contrats de travail déclarant que l'employé est un ministre. Cependant, a-t-il ajouté, cela est beaucoup moins susceptible de se produire «dans les grands établissements – universités catholiques, hôpitaux, agences de services sociaux – où il serait difficile de dire que tout le monde compte comme ministre entre guillemets».

Moreland a également mis en garde contre le fait de penser que la décision de la Cour suprême ne concernera que les employeurs laïques. «Le funérarium [défendeur dans l'affaire LGBTQ] a en fait soulevé une défense de liberté religieuse en vertu de la loi sur la restauration de la liberté religieuse, mais n'a pas poursuivi cela en appel devant la Cour suprême parce que cela a été rejeté par la cour de circuit inférieure», a-t-il déclaré.

Une grande portée

Mary Hunt, une théologienne catholique lesbienne qui dirige l'Alliance des femmes pour la théologie, l'éthique et le rituel (WATER) à Silver Spring, dans la banlieue de Washington (Maryland), suit les questions LGBTQ dans l'église depuis avant la fondation de WATER en 1984.

Elle a déclaré qu'un de ses amis, ancien juge, a déclaré que beaucoup dans les milieux juridiques «n'anticipaient pas l'ampleur, la portée et la simplicité de la décision», ajoutant qu'elle pourrait avoir une plus grande portée que la décision de la haute cour de 2015 confirmant le mariage homosexuel car dans ce dernier cas, «elle n'implique que les personnes qui veulent se marier».

De nombreuses universités et systèmes de soins de santé catholiques ont déjà des politiques de non-discrimination, a déclaré M. Hunt à l’agence Catholic News Service le 17 juin.

«Là où je pense que beaucoup d'institutions et de diocèses catholiques ont été aux prises avec certaines de ces questions», a-t-elle dit, c'est avec une «réticence généralisée à renvoyer quelqu'un simplement parce qu'il est gai ou lesbienne». Mais dans les cas où vous avez vu les institutions agir, par exemple, c'est lorsqu'un professeur d'éducation religieuse se marie avec une personne du même sexe et que l'institution estime qu'elle compromet sa capacité à témoigner de la foi dans ce contexte», citant des cas récents dans les archidiocèses d'Indianapolis et de Philadelphie.

Lisa Fullam, qui enseigne la théologie morale à la Jesuit School of Theology de l'université de Santa Clara en Californie, a suggéré dans un essai publié le 19 juin par New Ways Ministry, une organisation catholique non officielle qui s'occupe des catholiques LGBTQ, que l'Église doit réformer sa position.

Le Catéchisme de l'Église catholique, citant le document du Concile Vatican II Gaudium et Spes, affirme que «toute forme de discrimination sociale ou culturelle dans les droits fondamentaux de la personne, fondée sur le sexe, la race, la couleur, les conditions sociales, la langue ou la religion, doit être jugée incompatible avec le dessein de Dieu et être éradiquée». Le catéchisme enseigne également que les personnes homosexuelles doivent être acceptées avec «respect, compassion et sensibilité».

Mais pour les gais et les lesbiennes, a noté Fullam, le catéchisme dit seulement que «tout signe de discrimination injuste à leur égard doit être évité».

«La 'discrimination juste' qui a été soutenue par les dirigeants de l'Église est étendue», a-t-elle dit, faisant écho à certains des domaines mentionnés dans le document de la Doctrine de la Foi: «le service militaire, l'adoption, l'emploi, le logement et le mariage, juste pour commencer.»

En ce qui concerne le mariage, l'Église catholique soutient qu'il est entre un homme et une femme, et sur la base de son maintien du mariage traditionnel, elle est contre l’adoption d'enfants par des couples de même sexe.

Plutôt que de porter chaque conflit du travail devant la Cour suprême, Fullam a soutenu que «l'enseignement social catholique devrait inspirer les dirigeants de l'Église à se ranger du côté des employés, du côté de la dignité humaine, et du côté de la décision historique de cette semaine».

Mark Pattison

***

 

 

du même auteur

Le cardinal canadien Michael Czerny, sous-secrétaire de la Section des migrants et des réfugiés du Vatican, appelle à rejeter les excès de la théorie de la guerre juste.
2020-11-19 14:49 || Monde Monde

Un cardinal canadien appelle à rejeter les excès de la théorie de la «guerre juste»

L'archevêque Carlo Maria Vigano photographié à Baltimore en 2012. Le rapport détaillé du Vatican sur l’ancien cardinal de Washington, Theodore McCarrick, a révélé plusieurs détails cruciaux qui remettent en question le témoignage de 2018 de Mgr Vigano.
2020-11-17 16:05 || Vatican Vatican

Rapport McCarrick: Vigano dément malgré des omissions

Préparatifs pour l'Avent dans une résidence à Berlin, en Allemagne. En raison de la pandémie de COVID-19, les Églises luthérienne et catholique en Suisse et en Allemagne prévoient la célébration de services religieux de Noël à la maison.
2020-11-17 15:13 || Monde Monde

Des Églises se préparent pour un Noël à la maison

articles récents

Trois personnes ont été tuées avant le début de la messe à la basilique Notre-Dame de Nice, en France, le 29 octobre 2020.
2020-10-29 17:12 || Monde Monde

Attaque meurtrière à la basilique Notre-Dame de Nice

L'enquête qu'a menée la juge retraitée Pepita G. Capriolo à la demande de Mgr Christian Lépine sur la réception des plaintes des jeunes victimes de l'abbé Brian Boucher est complétée depuis le début du mois de septembre, vient de révéler l'archidiocèse de Montréal.
2020-10-23 07:24 || Québec Québec

Prêtre agresseur: nouvelles révélations de l'archidiocèse de Montréal

Arrêté en 2019 par le Service de police de Laval pour des gestes à caractère sexuel, le père Henri Paradis, a reconnu, au mois de septembre, sa culpabilité à deux chefs d’agression sexuelle et d’attentat à la pudeur.
2020-10-20 15:26 || Québec Québec

Le père Henri Paradis condamné à huit mois de détention à domicile