Capacité d'accueil

Lieux de culte: la Cour bloque les limites dans l'État de New York

Le 9 février, un juge fédéral de Brooklyn a bloqué définitivement les limites de capacité de l'État de New York pour le culte dans les synagogues orthodoxes dans les zones où le taux de propagation de la COVID-19 est élevé.
Le 9 février, un juge fédéral de Brooklyn a bloqué définitivement les limites de capacité de l'État de New York pour le culte dans les synagogues orthodoxes dans les zones où le taux de propagation de la COVID-19 est élevé.   (CNS photo/Amir Cohen, Reuters)
2021-02-12 16:06 || Monde Monde

Le 9 février, un juge fédéral de Brooklyn a bloqué définitivement les limites de capacité de l'État de New York pour le culte dans les synagogues orthodoxes dans les zones où le taux de propagation de la COVID-19 est élevé.

L'injonction permanente s'applique à tous les lieux de culte de ces zones dans l'État et est l'une des premières du pays à mettre fin aux limites de pourcentage d'occupation pour la fréquentation des lieux de culte.

L'année dernière, le gouvernement de New York, Andrew Cuomo, a imposé des restrictions sur les services religieux en salle dans les zones présentant des taux élevés de COVID-19. Elles étaient de 10 personnes dans les zones les plus touchées et de 25 personnes dans les zones légèrement moins touchées.

Dans son ordonnance de cinq pages, la juge américaine de district Kiyo Matsumoto a annulé une décision qu'elle avait prise en octobre dernier lorsqu'elle avait rejeté le procès intenté par les dirigeants juifs qui prétendaient que les limites de taille des congrégations étaient inconstitutionnelles. Dans son jugement, elle a cité une décision de la Cour suprême du 5 février qui ordonnait à la Californie d'autoriser la reprise des cultes en salle pendant la pandémie.

Eric Rassbach, vice-président et avocat principal de Becket, un cabinet d'avocats spécialisé dans la liberté religieuse, a déclaré dans un communiqué du 9 février que l'ordonnance de Matsumoto était «une bonne nouvelle pour les synagogues, églises et autres lieux de culte de New York».

Dans le procès initial, les dirigeants juifs ont fait valoir que les restrictions du gouverneur touchaient spécifiquement les membres de leur foi pendant leurs fêtes religieuses. Dans une autre affaire, le diocèse de Brooklyn a déclaré que les limites de capacité des congrégations violaient la liberté religieuse des catholiques puisque l'État autorisait les entreprises des mêmes régions à poursuivre leurs activités comme d'habitude.

Les deux affaires ont été portées devant la Cour suprême des États-Unis en novembre, où les juges, dans un jugement à 5 contre 4, ont déclaré que les restrictions de Cuomo désignaient les «lieux de culte comme particulièrement dangereux». La haute cour a accédé à la demande des responsables de synagogues et d'églises d'obtenir une ordonnance de la cour contre l'application des restrictions en attendant l'issue d'une décision de la cour d'appel fédérale de Manhattan, qui a renvoyé l'affaire à Matsumoto le 28 décembre.

L'évêque de Brooklyn, Nicholas DiMarzio, a déclaré dans une déclaration après la décision de la Cour suprême qu'il était satisfait de l'arrêt et «fier de diriger le diocèse de Brooklyn et de lutter pour notre droit sacré et constitutionnel au culte».

À l'époque, Cuomo a déclaré que la décision n'avait pas d'impact pratique puisque les restrictions de culte avaient déjà été supprimées étant donné que les lieux de culte des deux groupes se trouvaient dans une zone où les taux de COVID-19 avaient diminué et où il y avait donc moins de restrictions.

***

 

 

du même auteur

Beate Gilles, une théologienne de 50 ans, devient la première femme à diriger le secrétariat des évêques. Son mandat débutera le 1er juillet 2021. Son élection survient alors que l'Église allemande est à nouveau plongée dans la tourmente sur la question des abus sexuels.
2021-02-26 16:33 || Monde Monde

Une femme élue secrétaire générale des évêques allemands

L'organisation caritative internationale catholique Aide à l'Église en détresse (AED) a déclaré qu'elle trouvait «très plausible» l'affirmation d'une ancienne employée selon laquelle le père Werenfried van Straaten, son fondateur, l'avait agressée sexuellement dans les années 1970.
2021-02-13 09:00 || Monde Monde

Le fondateur de l'Aide à l'Église en détresse accusé d'agression sexuelle

Le plaignant, Darren Liptrot, dit avoir été abusé sexuellement alors qu'il fréquentait le Vancouver College de 1980 à 1985. L'autre école était celle de St. Thomas More. Les allégations n'ont pas été prouvées devant les tribunaux.
2021-02-09 12:02 || Canada Canada

Demande de recours collectif contre les Christian Brothers à Vancouver

articles récents

Le cardinal Kevin Farrell en poste au Vatican a invité en octobre 2019 les ex-membres de la Famille Marie-Jeunesse (FMJ) qui se «considéraient victimes d'abus» à «porter plainte aux autorités concernées».
2021-02-16 16:56 || Québec Québec

Marie-Jeunesse: un préfet de dicastère invitait les victimes à porter plainte

La requête en vue d'autoriser l'exercice d'un recours collectif contre la Famille Marie-Jeunesse (FMJ), contre son fondateur l'abbé Réal Lavoie et contre l'archidiocèse de Sherbrooke a été présentée les 8 et 9 février au palais de justice de Québec.
2021-02-09 19:54 || Québec Québec

Requête contre la Famille Marie-Jeunesse: audiences à Québec

Le plaignant, Darren Liptrot, dit avoir été abusé sexuellement alors qu'il fréquentait le Vancouver College de 1980 à 1985. L'autre école était celle de St. Thomas More. Les allégations n'ont pas été prouvées devant les tribunaux.
2021-02-09 12:02 || Canada Canada

Demande de recours collectif contre les Christian Brothers à Vancouver