Demande de recours collectif

Requête contre la Famille Marie-Jeunesse: audiences à Québec

La requête en vue d'autoriser l'exercice d'un recours collectif contre la Famille Marie-Jeunesse (FMJ), contre son fondateur l'abbé Réal Lavoie et contre l'archidiocèse de Sherbrooke a été présentée les 8 et 9 février au palais de justice de Québec.
La requête en vue d'autoriser l'exercice d'un recours collectif contre la Famille Marie-Jeunesse (FMJ), contre son fondateur l'abbé Réal Lavoie et contre l'archidiocèse de Sherbrooke a été présentée les 8 et 9 février au palais de justice de Québec.   (Archives Présence/P. Vaillancourt)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2021-02-09 19:54 || Québec Québec

La requête en vue d'autoriser l'exercice d'un recours collectif contre la Famille Marie-Jeunesse (FMJ), contre son fondateur l'abbé Réal Lavoie et contre l'archidiocèse de Sherbrooke vient d'être présentée au palais de justice de Québec.

C'est la juge Alicia Soldevila qui devra décider si les allégations d'abus qu'avance Pascal Perron, un homme qui a vécu durant 17 ans au sein de la (FMJ), pourront faire l'objet d'une action collective et d'un règlement. Ce recours, s'il est accepté, sera déposé au nom «de toutes les personnes qui ont été victimes d'abus physiques, spirituels et psychologiques» au sein de la FMJ «entre 1982 et aujourd'hui».

Lundi, dans sa plaidoirie, l'avocat de la victime, Me Jean-Daniel Quessy, a constamment qualifié de «secte» la Famille Marie-Jeunesse, une communauté reconnue comme association privée de fidèles par l'archidiocèse de Sherbrooke en 2002. Dans les documents remis au tribunal, on indique que «le gourou Lavoie et sa secte Marie-Jeunesse ont sciemment abusé» des victimes et leur ont causé de «graves dommages».

Le mardi 9 février, les avocats de l'archidiocèse de Sherbrooke, de la Famille Marie-Jeunesse et de l'abbé Réal Lavoie ont expliqué pour quelles raisons ce recours collectif ne devrait pas être autorisé. Dans cette cause, a déploré Me Sandra Desjardins, l'avocate de l'archidiocèse de Sherbrooke, «on cherche à faire le procès de la religion» ainsi qu'à «sanctionner les règles de vie d'une communauté». De tels motifs ne peuvent justifier l'instauration d'une action collective.

Me Maud Rivard, l'avocate de la Famille Marie-Jeunesse, a noté que les préjudices qu'évoque la victime sont en fait des exigences de la vie communautaire ou des conséquences des vœux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance que prononcent les membres définitifs. La victime allègue, par exemple, que les membres de la FMJ sont tenus de remettre tous leurs biens à la communauté ou qu'ils ont l'obligation d'être célibataires et de demeurer chastes. Ce ne sont pas là des abus mais bien des applications des vœux librement prononcés.

Vocabulaire spécialisé

Les avocats qui ont pris la parole durant les deux journées de cette audience peinaient parfois à naviguer dans le vocabulaire spécialisé du monde religieux. Un verset de l'Évangile de Jean a été qualifié de «psaume», le terme «communauté nouvelle» n'a jamais été prononcé et, a-t-on expliqué, l'Église catholique serait une religion. Si la juge Soldevila autorise le recours collectif, les deux parties pourront sans doute corriger ces erreurs.

Ces dernières années, plusieurs recours collectifs ont été déposés ou autorisés contre des congrégations religieuses présentes au Québec. Des victimes allèguent avoir subi des abus sexuels alors qu'ils étaient étudiants ou pensionnaires dans des institutions religieuses. C'est la première fois qu'un recours collectif est intenté contre une communauté en raison d'abus spirituels.

***

 

 

du même auteur

Deux jours après sa nomination à titre d'ombudsman, Me Marie Christine Kirouack répond aux questions de Présence.
2021-05-14 16:18 || Québec Québec

Victimes d'abus: «Je crois beaucoup à l'approche personnelle, à l'approche humaine»

«L'Église Unie du Canada présente ses plus sincères excuses pour avoir joué un rôle, qu'elle considère comme déplorable et dommageable, dans les pratiques d'adoption sous pression, sous coercition», a déclaré le modérateur de cette Église le dimanche 9 mai 2021.
2021-05-11 13:35 || Canada Canada

L'Église Unie du Canada présente ses excuses

La Librairie Paulines de Trois-Rivières fermera ses portes le 30 juin 2021, vient d'annoncer sa gérante Gisèle Lafontaine.
2021-05-11 10:36 || Québec Québec

Fermeture de la Librairie Paulines de Trois-Rivières

articles récents

Deux jours après sa nomination à titre d'ombudsman, Me Marie Christine Kirouack répond aux questions de Présence.
2021-05-14 16:18 || Québec Québec

Victimes d'abus: «Je crois beaucoup à l'approche personnelle, à l'approche humaine»

Le Conseil national des musulmans canadiens et l’Association canadienne des libertés civile annoncent leur intention de porter en appel la décision de la Cour supérieure du Québec sur la validité de la Loi sur la laïcité de l'État.
2021-05-07 07:19 || Canada Canada

Loi 21: deux groupes font appel du jugement

Le Patro de Charlesbourg fait partie des douze lieux nommés dans la demande de recours collectif visant les Religieux de Saint-Vincent de Paul.
2021-04-27 09:00 || Québec Québec

Demande de recours collectif contre les Religieux de Saint-Vincent de Paul