Festival de Cannes

Juste la fin du monde obtient le Prix du Jury œcuménique

Cindy Mollaret présente à Xavier Dolan le Prix du Jury œcuménique.
Cindy Mollaret présente à Xavier Dolan le Prix du Jury œcuménique.   (Courtoisie Jury œcuménique 2016)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2016-05-22 13:07 || Monde Monde

Juste la fin du monde, le nouveau film de Xavier Dolan, a obtenu hier le Prix du Jury œcuménique 2016 du Festival de Cannes.

«Ce qui ne peut être prononcé peut s’entendre à travers le visage que filme Xavier Dolan de façon transcendantale», a déclaré la Française Cindy Mollaret, présidente du jury, avant de remettre le prix au cinéaste.

«Dans les non-dits, les clameurs et les regards se loge l’histoire d’une famille où l’on tait l’amour que l’on se porte, où l’on crie pour ne pas révéler l’essentiel», a-t-elle ajouté.

Dans cette production qui prendra l'affiche en septembre, «Louis, le fils prodigue venu annoncer sa disparition prochaine, choisit d’insuffler l’amour et l’espoir à ses proches».

«C'est très inattendu. Je suis très surpris que votre Jury œcuménique se soit attardé à l'histoire de Juste la fin du monde», a lancé Xavier Dolan, fort ému.

«Il n'y a rien de plus fort pour un artiste, un réalisateur ou une personne qui aime raconter des histoires d'êtres humains, que son film soit remarqué pour son humanité, pour ses principes, pour l'amour qu'il prodigue. Je vous remercie d'avoir remarqué cette oeuvre.»

«Je suis vraiment surpris», a-t-il lancé de nouveau.

Membre du Jury œcuménique, Karin Achtelstetter a confié à l'agence de presse Présence, qu'elle appuyait sans réserve ce choix. «Je suis heureuse que le talent de Xavier Dolan soit ainsi reconnu. Je vais surveiller ses prochaines oeuvres avec intérêt», a confié cette pasteure qui vit à Toronto. «Je souhaite qu'il continue de nous surprendre par sa créativité et par sa sensibilité.»

Le Jury œcuménique a aussi remis deux Mentions spéciales aux films britanniques American Honey, de la réalisatrice Andrea Arnold, et Moi, Daniel Blake, du réalisateur Ken Loach.

Ce n'est pas la première fois qu'un film canadien , présenté en compétition officielle à Cannes, gagne le Prix du Jury œcuménique.

Adoration, douzième long métrage du réalisateur Atom Egoyan, a obtenu le Prix du Jury œcuménique en 2008. En 1997, son film De beaux lendemains a aussi obtenu ce prix. Enfin, Jésus de Montréal, de Denys Arcand, avait mérité cet honneur en 1989.

Les associations Signis et InterFilm nomment chaque année les six membres du Jury œcuménique. Un Prix du Jury œcuménique est aussi présenté chaque année au Festival des films du monde de Montréal.

 

du même auteur

Les trois églises patrimoniales de Mahone Bay, en Nouvelle-Écosse.
2019-01-15 15:16 || Canada Canada

Trois églises sur un nouveau timbre

Des partisans de Félix Tshisekedi celèbrent dans les rues de Kinshasa le 10 janvier 2019.
2019-01-11 16:11 || Monde Monde

Les évêques doutent de la victoire de Tshisekedi

Page couverture du livret intitulé Réflexions pour susciter le dialogue parents/enfants sur le programme Éducation à la sexualité du ministère de l'Éducation du Québec de la maternelle à la 3e année du primaire.
2019-01-10 13:30 || Québec Québec

Éducation sexuelle: l'archevêché de Montréal recule

articles récents

Ryan Gosling incarne Neil Armstrong dans First Man (Le Premier homme). Le film sorti en 2018 est coté Très bon (3) par Médiafilm.
2018-12-06 10:35 || Québec Québec

Il y a 50 ans, un prêtre inventait un système pour évaluer les films

Image tirée du film Bonfires de Martin Bureau.
2018-10-29 12:23 || Monde Monde

Un prix Farel pour un court métrage canadien

Le père oblat Alexis Joveneau dans une scène du documentaire de l'ONF 'Le goût de la farine', réalisé par Pierre Perrault en 1977.
2018-04-04 16:30 || Québec Québec

Les cinéphiles avertis par l'Office national du film