À Rome, via della Scrofa

La chambre du cardinal Bergoglio

Le porte-clef en laiton indique le numéro de la chambre occupée par le cardinal Jorge Mario Bergoglio lors du conclave de 2013.
Le porte-clef en laiton indique le numéro de la chambre occupée par le cardinal Jorge Mario Bergoglio lors du conclave de 2013.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-08-21 16:12 || Vatican Vatican

C'est le 11 février 2013 que le pape Benoît XVI a surpris le monde entier et a annoncé sa démission, effective à la fin du mois, le 28 février.

Comme tous ses collègues cardinaux, l'archevêque de Buenos Aires, le cardinal Jorge Bergoglio s'est empressé de réserver un vol pour Rome afin de participer aux congrégations générales qui gèrent le Saint-Siège durant la vacance papale puis au conclave qui doit élire le successeur de Benoît XVI.

Le 27 février 2013, arrivé de Buenos Aires à bord du vol d'Alitalia AZ681, le cardinal Bergoglio s'est aussitôt rendu, non pas au Vatican, mais dans un grand immeuble romain, au 70 via della Scrofa, à deux pas de l'église Saint-Louis-des-Français et de la piazza Navona. C'est là, à la Domus Internationalis Paulus VI, que le cardinal d'Argentine réside lorsqu'il se trouve à Rome.

La chambre qu'on lui octroie est grande mais modeste, ce qui lui convient parfaitement. Située au deuxième étage, jouxtant l'ascenseur - lent mais très silencieux -, la chambre 203 compte trois pièces, dont une petite salle d'eau.

La porte d'entrée donne accès à une première pièce où se trouve un bureau, un divan, un petit téléviseur et un lit simple. Au mur, il y a un crucifix de Saint-Damien qui rappelle cette croix de la chapelle d’Assise où saint François a entendu une voix lui demander de «rebâtir sa maison en ruines».

En ouvrant les deux grandes portes au milieu de cet espace de travail, le visiteur découvre alors la chambre principale, tout aussi modestement meublée. À côté du grand lit, on trouve un prie-Dieu.

Jusqu'au début du conclave fixé au 12 mars 2013, le cardinal Bergoglio quitte sa chambre et la Domus pour se rendre au Vatican, un trajet qui lui prend quelque trente minutes. «Tous les matins, il enfile ses chaussures noires usées et marche dans les rues de Rome afin de se rendre aux réunions des cardinaux», raconte Beatrice Gormley dans son livre Pope Francis: The People's Pope, paru en 2017.

«Il souffre en ce moment d'une douleur aiguë dans une jambe, mais il aime être dans la rue et se mêler aux gens ordinaires, comme il le faisait à la maison», ajoute l'auteure, rappelant que la chambre qu'il occupait à ce moment-là à la Domus était bien la 203.

Le 12 mars, le cardinal Bergoglio, comme tous les autres cardinaux de l'Église catholique, entre en conclave et prend place dans la chapelle Sixtine. Le lendemain, il sera élu pape et prendra le nom de François, le saint d'Assise.

Ayant dorénavant ses appartements au Vatican, le nouveau pape retournera néanmoins rapidement à la Domus Internationalis Paulus VI, révèle le journaliste suisse Arnaud Bédat dans son bouquin François, seul contre tous: enquête sur un pape en danger.

Il raconte que «le matin du 14 mars, lendemain de son élection, il prend son petit-déjeuner au rez-de-chaussée de la Maison Sainte-Marthe et distribue les croissants et petits pains au chocolat aux hôtesses de la réception».

«Peu après, il va payer lui-même sa note d'hôtel à la Maison internationale, au numéro 70 de la via della Scrofa à Rome, où il logeait avant le conclave, et en profite pour reprendre sa petite valise laissée dans sa chambre, la 203. Il saisit l'occasion pour saluer tout le personnel de la Domus Internationalis Paulus VI, qu'il connaît depuis plus de dix ans.»

Note de la rédaction - En visite à Rome au mois de juin, l'auteur de cet article a séjourné durant sept jours à la Domus Internationalis Paulus VI. Habituellement réservé, contraint à l'objectivité journalistique, il s'anime en racontant que la clé qu'on lui a tendue, à son arrivée à cette maison d'accueil, portait le numéro 203.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Le gouvernement du Québec permet dorénavant que 10 personnes puissent se réunir dans les différents lieux de culte du Québec.
2021-01-22 16:13 || Québec Québec

Québec autorise à nouveau jusqu'à 10 personnes dans les lieux de culte

Les archives privées, et plus spécifiquement les archives religieuses, sont «les grandes oubliées de la réflexion sur le patrimoine culturel québécois», déplore la Société canadienne d’histoire de l’Église catholique (SCHEC).
2021-01-21 12:11 || Québec Québec

Archives religieuses, «grandes oubliées de la réflexion sur le patrimoine culturel québécois»

La basilique Notre-Dame de Montréal recevra une somme de 1 M$ du gouvernement canadien.
2021-01-19 13:34 || Québec Québec

La basilique Notre-Dame de Montréal obtient 1 M$ d'Ottawa

articles récents

Un homme déguisé en saint Nicolas sur la place Saint-Pierre, au Vatican, le 2 décembre 2015. Même si saint Nicolas a conquis le monde chrétien, peu de traces restent de lui sur son lieu d’origine.
2020-12-20 12:04 || Monde Monde

Sur les traces turques de saint Nicolas

«Aujourd’hui, l’Église ne raconte plus d’histoires, ou si peu. C’est davantage à son sujet qu’on se raconte des histoires, des histoires à faire peur. C’est à ce niveau qu’un changement doit intervenir», note Jocelyn Girard dans une réflexion née de l'engouement pour les échecs suscité par The Queen
2020-12-07 15:58 || Québec Québec

Storytelling d’échecs, entre Netflix et l’Église

Une partie des archives des ursulines, dans le Vieux-Québec. Plusieurs experts croient qu'il est temps d'agir pour protéger les archives religieuses de la province.
2020-10-31 11:32 || Québec Québec

Avenir des archives religieuses: le temps presse