Allégation d’abus sexuel

La Clarté-Dieu retire les références au frère Jérôme

La Clarté-Dieu a remplacé l'exposition Tenir bon consacrée au frère Jérôme par l'exposition Autant donc continuer.
La Clarté-Dieu a remplacé l'exposition Tenir bon consacrée au frère Jérôme par l'exposition Autant donc continuer.   (Capture d'écran.)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2016-03-10 23:46 || Québec Québec

Une allégation d’abus sexuel visant le frère Jérôme pousse le centre d’art La Clarté-Dieu de Québec à retirer complètement le nom du célèbre peintre de ses locaux. Le nom «frère Jérôme» est enlevé de l’espace galerie de La Clarté-Dieu, tandis qu’une exposition qui devait lui être consacrée jusqu’au 26 mars a été annulée.

L’organisme réagit ainsi aux propos tenus par l’avocat Alain Arsenault dans l’émission 24/60 diffusée à l’antenne de RDI le 19 février. Appelé à commenter l’affaire Claude Jutra dans la foulée des révélations de son attirance envers les jeunes garçons, l’avocat a réagi à la présence d’un tableau du frère Jérôme dans les couloirs de Radio-Canada.

«J’ai mémoire – ça fait trois ans – d’un dossier où la personne portait plainte contre le frère Jérôme», a-t-il dit, évoquant le recours collectif contre la Congrégation de Sainte-Croix pour les abus sexuels commis au Collège Notre-Dame, à Montréal. «[La personne] a témoigné devant l’adjudicateur, et l’adjudicateur est arrivé à la conclusion que le frère Jérôme l’avait agressé sexuellement. Il a reçu une indemnisation», a-t-il poursuivi.

«J’enlève rien à ses talents artistiques, mais c’est un prédateur!», a encore ajouté l’avocat.

Le centre réagit

Dans un courriel, le président du Conseil d’administration de La Clarté-Dieu, Hugues Noël de Tilly, explique que le centre a «pris connaissance avec consternation d’une allégation d’abus sexuel sur un mineur» et «fait de nombreuses démarches pour comprendre et voir clair».

«En raison du caractère confidentiel de l’entente entérinée par les parties à un recours collectif contre certains membres de la Congrégation de Sainte-Croix, entente sanctionnée par la Cour en 2011, il nous a fallu tout de même chercher et trouver une issue qui soit juste et raisonnable», écrit-il

C’est ainsi que la décision de retirer le nom «frère Jérôme» de l’espace galerie de La Clarté-Dieu et d’annuler l’exposition Tenir bon, qui devait présenter des œuvres du frère Jérôme jusqu’au 26 mars 2016, a été prise. Une nouvelle exposition intitulée Autant donc continuer a rapidement été montée afin de remplacer celle qui était prévue.

«Compte tenu que cette divulgation s’est présentée au moment même où s’ouvrait l’exposition, il nous est apparu approprié de prendre ces mesures. Nous rappelons toutefois notre conviction que malgré les gestes présumés commis par le frère Jérôme, la valeur de son œuvre demeure. Les nombreux témoignages d’experts, d’anciens étudiants et du public entendus au fil des ans nous en assurent», maintient le président.

Joint par téléphone, le directeur du centre, l’abbé Roger Chabot, a indiqué que La Clarté-Dieu a préféré être prudent dans ce dossier. «On a voulu se donner le temps de prendre du recul», explique-t-il.

Il rappelle que l’organisme accueille des artistes, mais aussi des gens en counseling blessés par la vie. «On veut être compatissant», fait-il valoir, confirmant que la décision a été dure à prendre mais qu’elle est tout de même appuyée à l’unanimité par le Conseil d’administration.

L'espace qui portait le nom du frère Jérôme sert aussi à célébrer des messes.

L’abbé Chabot assure que la récente affaire Claude Jutra n’a pas influencé leur décision. Pour lui, le frère Jérôme demeure une personne d’exception. «Il a aidé des gens à grandir. C’est un homme qui est resté fidèle à sa vocation de religieux, d’artiste et d’enseignant. Ça a été un précurseur, un phare pour plusieurs personnes», estime-t-il.

Le directeur de La Clarté-Dieu trouve par ailleurs que l’avocat est allé «très loin» dans ses propos. Un avis que partage le père Jean-Pierre Aumont qui était supérieur provincial de la Congrégation de Sainte-Croix au moment du recours collectif visant sa communauté. La congrégation s’est engagée en 2011 à payer 18 millions $ à d’anciens élèves du Collège Notre-Dame victimes d’abus sexuels.

«Nous on pense que l’accusation n’est pas fondée et qu’elle est injustifiée. On fait les démarches présentement pour clarifier ça», a-t-il commenté.

Le père Aumont confirme que des allégations mentionnaient l’artiste religieux dans le processus, mais que je juge n’a pas retenu le nom du frère Jérôme dans son jugement. Il soutient par ailleurs que l’avocat Alain Arsenault n’a pas respecté la confidentialité de l’entente.

L’ancien supérieur provincial indique que la congrégation pourrait prendre des mesures supplémentaires sous peu dans ce dossier, sans encore préciser lesquelles.

Né en 1902 et mort en 1994, Joseph Ulric-Aimé Paradis – frère Jérôme en religion – est une figure marquante de l’art contemporain québécois. Il a fréquenté plusieurs grands artistes, dont Paul-Émile Borduas, et a enseigné pendant sept décennies à des milliers d’élèves.

 

du même auteur

Sans le dire explicitement, cette sortie publique de Mgr Lépine est une réaction au texte de La Presse intitulé «Dieu guérira ton cancer» publié le samedi 17 août.
2019-08-19 16:34 || Québec Québec

L’Église de Montréal se dissocie des pressions spirituelles exercées sur des personnes vulnérables

Construite entre 1882 et 1887 d’après les plans de David Ouellet, Notre-Dame-des-Neiges est emblématique par ses cinq clochers, un aménagement particulier pour une église québécoise.
2019-08-16 14:32 || Québec Québec

L'église emblématique de Trois-Pistoles classée patrimoniale

Le Cyclorama vers 1900, à l'époque des pèlerinages en bateau à Sainte-Anne-de-Beaupré.
2019-08-09 15:09 || Québec Québec || 3 Commentaire(s)

Cyclorama, mesure et démesure

articles récents

Le porte-clef en laiton indique le numéro de la chambre occupée par le cardinal Jorge Mario Bergoglio lors du conclave de 2013.
2019-08-21 16:12 || Vatican Vatican

La chambre du cardinal Bergoglio

L'endroit, connu aujourd'hui sous le nom de la Maison Saint-Gabriel, musée et site historique, est toujours administré par les membres de la congrégation que Marguerite Bourgeoys a fondée.
2019-08-20 09:34 || Québec Québec

445 000 $ pour le 400e de Marguerite Bourgeoys

Masque haïda réalisé par un artiste inconnu réalisé 1800 et 1850. Il a été recueilli par George Mercer Dawson en 1878.
2019-08-02 10:29 || Canada Canada

Les Haïdas, peuple du ciel et de la terre