Congrès de L'Entraide missionnaire

La guerre faite aux femmes de la RDC

Julienne Lusenge, présidente de l'organisme SOFÉPADI en République démocratique du Congo.
Julienne Lusenge, présidente de l'organisme SOFÉPADI en République démocratique du Congo.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2015-09-21 09:57 || Monde Monde

« Mon pays est en guerre. Une guerre qui n'a pas de nom. Une guerre qui ne se termine toujours pas malgré la présence de 20 000 Casques bleus », lance Julienne Lusenge, de la République démocratique du Congo.
 
Conférencière au congrès annuel de L'Entraide missionnaire qui se tenait à Montréal la fin de semaine dernière, la présidente d'un regroupement de 40 organisations féminines qui viennent en aide aux victimes de violences sexuelles rappelle que «cette guerre est instrumentalisée par des multinationales à cause des richesses de mon pays».
 
Les conséquences de ce conflit sont dramatiques pour les femmes de la RDC. « Une étude a estimé il y a quatre ans que 48 femmes sont violées chaque heure dans mon pays ».
 
La situation s’est-elle améliorée? La présidente de SOFÉPADI (Solidarité féminine pour la paix et le développement intégral) est formelle. « C’est maintenant répandu dans tout le pays. Les violences sexuelles continuent d'être utilisées par certains groupes armés comme arme de guerre. À Kinshasa, chaque jour nous apprenons à la télé, des cas de petites filles, de femmes âgées et de petits garçons qui sont victimes de violences. Il y a beaucoup d’enlèvements, on demande des rançons, on enlève des bébés ».
 
Julienne Lusenge, qui a été décorée de la Légion d’honneur française, encourage depuis 2003 les femmes congolaises à porter plainte contre leurs agresseurs, y compris leurs époux. « Mais ce n’est pas facile. La culture dans notre pays ne voit pas d’un bon œil le fait d’aller dans une cour de justice. La belle-famille peut chasser la femme qui dénonce son propre mari. Il a fallu sensibiliser les femmes, les convaincre, leur expliquer leurs droits. »

Le rôle du Canada

Le travail de SOFÉPADI est reconnu par plusieurs organismes internationaux. « Au Canada, nous avons été beaucoup aidés par Droits et Démocratie.  Je regrette beaucoup que votre gouvernement l’ait fermé », lance la conférencière. L’organisme a été aboli par le gouvernement fédéral en 2012. « Droits et Démocratie a formé les policiers, les juges et nous-mêmes pour bien documenter les cas de violences sexuelles, pour comprendre les textes de loi. »
 
La militante congolaise souhaite que les gens d’ici profitent de la campagne électorale en cours pour demander aux politiciens « comment le Canada va mettre fin à la guerre chez nous? ». Elle a aussi demandé aux participants au congrès de l’Entraide missionnaire de continuer à faire pression sur les compagnies minières du Canada présentes dans son pays afin « qu’elles respectent nos droits comme elles sont tenues de le faire au Canada ».
 
En avril, Julienne Lusenge, une chrétienne évangélique, a rencontré, en compagnie de trois ambassadrices, le pape François à Rome. L'audience a duré 45 minutes.
 
« J'ai dit au pape qu'il est le plus grand des chefs religieux et qu'il est bien écouté. Je lui ai demandé de parler à nos leaders religieux pour qu'ils dénoncent les violences sexuelles et qu'ils s'affichent aux côtés des femmes pour dire non aux violences qu'endurent les femmes à cause de la guerre. » Le pape s’est montré sympathique à cette demande, dit-elle.
 
Quelque 150 personnes ont participé au congrès annuel de l’Entraide missionnaire consacré cette année aux droits des femmes.

Mis à jour le lundi 21 septembre 2015 à 17 h 32.

 

du même auteur

L'ancien président de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, estime que l'organisme a manqué de transparence dans le processus de révision de ses partenaires.
2021-02-26 10:49 || Canada Canada

«Cela ne tient pas la route», disent deux ex-dirigeants de Développement et Paix

Développement et Paix ne conservera des liens de partenariats qu'avec le tiers des organismes qui ont été soupçonnés, depuis mars 2018, de ne pas respecter l'enseignement social et moral de l'Église catholique, ont annoncé l'organisme et les évêques canadiens le 25 février.
2021-02-25 18:18 || Canada Canada

Développement et Paix expurge près de 40% des partenaires examinés

Alors que débute sa campagne de financement annuelle, Développement et Paix refuse de rendre public le rapport final de l'enquête qu'il a menée, durant trois années, sur le quart de ses partenaires.
2021-02-23 16:11 || Canada Canada

Révision des partenaires de Développement et Paix: le rapport restera confidentiel

articles récents

Paroles fortes et témoignages poignants étaient au cœur de la 4e commémoration citoyenne de l’attentat contre la grande mosquée de Québec. Aymen Derbali et Sébastien Bouchard se tiennent devant les micros le soir du 29 janvier 2021.
2021-01-29 19:34 || Québec Québec

Témoignages poignants et rejet du racisme marquent la commémoration virtuelle

Le cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah, salue la création d'une journée nationale d'action contre l'islamophobie et appelle le gouvernement du Québec à en faire plus pour reconnaître le racisme systémique et l'islamophobie.
2021-01-29 16:56 || Québec Québec

La lutte à l'islamophobie en filigrane des commémorations

L’évêque anglican de Québec et l’évêque catholique de Gaspé unissent leurs voix pour demander aux gouvernements fédéral et provincial d’agir pour faciliter le maintien des services d’autocar d’Orléans Express desservant la Gaspésie.
2021-01-26 13:14 || Québec Québec

Gaspésie: inquiétude conjointe des évêques catholique et anglican pour les services d’autocar