Le livre 'Les héritières du Bouddha'

Le bouddhisme féminin à travers la lentille de Martine Michaud

Nonnes rieuses.
Nonnes rieuses.   (Courtoisie Martine Michaud)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2017-04-10 11:42 || Monde Monde

Le récit photographique Les héritières du Bouddha. À la rencontre des nonnes Shéchèn du Bhoutan, édité par Martine Michaud, nous plonge dans l’intimité de femmes qui consacrent leur vie à rechercher la paix et l’harmonie par la méditation et l'étude.

Sociologue de formation et professeure de littérature à la retraite, Martine Michaud, globetrotteuse, a visité plusieurs pays. Adepte de la pratique du yoga, elle est attirée par le Bhoutan et son fameux indice de bonheur national. Féministe, elle a voulu comprendre comment les femmes sont perçues et traitées dans ce pays où la méditation est valorisée.

Accompagnée de son fidèle appareil-photo, elle y a séjourné à deux reprises, en 2012 et en 2013. En 2015, un premier reportage photographique sur ce pays, intitulé Bhoutan, lotus et dragon, a vu le jour.

À la fin de son deuxième séjour, en 2013, elle fait la rencontre d’une Bhoutanaise à l’accent américain prononcé. Elle finit par comprendre que sa mère est la sœur du roi du Bhoutan. Martine Michaud en profite pour lui confier son désir de faire du bénévolat dans son pays qui est encore en voie de développement. La princesse lui confie que sa grand-mère a fondé une nonnerie dans laquelle il serait possible de faire quelques tâches bénévolement.

Trois mois plus tard, de retour chez-elle, elle apprend qu’elle est invitée à la nonnerie afin de donner des cours de yoga. Pendant dix semaines, elle séjourne dans le monastère de tradition Shéchèn.

Au premier cours, elle constate que les nonnes ne portent que de grandes jupes et qu’elles ne possèdent pas de tapis de yoga. Avec l’aide de son amie la princesse, elle leur achète donc des leggings et ce qu’il faut pour fabriquer des tapis. «Au deuxième cours, elles sont venues en leggings qu’elles portaient en dessous de leur jupe! Elles étaient très intimidées», dit-elle en entrevue.

À sa grande surprise, son intégration au sein de la nonnerie s’est fait rapidement. «Certaines m’ont même confié des secrets. D’autres m’ont fait visiter leur chambre. Assises par terre, elles me montraient l’intérieur de leurs tiroirs, leurs vêtements. C’était un peu comme des adolescentes qui se visitent dans leur chambre respective. Elles sont joyeuses et insouciantes.»

Selon Martine Michaud, les nonnes qu’elle a rencontrées avaient entre 20 et 40 ans. Elle a aussi croisé des jeunes filles âgées d’à peine dix ans. «Elles ne sont pas considérées comme des nonnes. Elles étudient les mêmes matières que les autres enfants du Bhoutan. Elles ont l’obligation d’atteindre un certain degré d’éducation avant de devenir nonnes. Ensuite, elles peuvent poursuivre leurs études philosophiques jusqu’au doctorat.»

Outre les études, la méditation occupe une très grande place dans leur vie. «J’ai pu les photographier dans le temple. Elles passent beaucoup de temps à méditer. Les nonnes sont conscientes de leur environnement lorsqu’elles méditent. Cependant, elles m’ignoraient quand je prenais des photos d’elles.»

Dans sa préface, le moine bouddhiste français Matthieu Ricard, revient sur l’évolution difficile des femmes dans le bouddhisme. «En raison de circonstances historiques, dans les pays bouddhistes, jusqu’au XXe siècle, le statut social de la femme a été inférieur à celui de l’homme. Étant souvent mère de famille nombreuse dans des régions où la vie est rude, les femmes ont eu moins facilement accès à l’éducation et à des responsabilités importantes au sein de la société.», écrit-il. Le célèbre moine souligne qu’aujourd’hui les femmes, et notamment au Bhoutan, possèdent un statut social « quasiment équivalent à celui de l’homme. Cette évolution s’est également reflétée dans la vie des nonnes bouddhistes.»

Avec ce recueil composé de 140 photos, Martine Michaud jette un regard sur un monde où le silence, la joie, le rire, la méditation, l’étude de soi et des autres forment un tout. Un monde à des années lumières de l’Occident et de sa vie trépidante.

 

du même auteur

Lorraine Derocher, une spécialiste de la protection de l’enfance dans les milieux sectaires, craint que le développement physique et psychologique des mineurs soit compromis au sein de certains mouvements isolés qui prédisent l’apocalypse.
2020-04-23 15:18 || Québec Québec

Une sociologue s’inquiète pour les enfants membres de mouvements apocalyptiques

La mission des intervenants en soins spirituels prend une importance accrue en ce temps de pandémie.
2020-04-14 18:57 || Québec Québec

Les intervenants en soins spirituels, rouage délicat pendant la pandémie

Des pèlerins prient au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. «Nous n’avons pas de base financière nous permettant de vivre cette situation encore très longtemps», confie le recteur Pierre-Olivier Tremblay au sujet des mesures pour endiguer la pandémie.
2020-04-02 10:58 || Québec Québec

Frappée de plein fouet, l’industrie du tourisme religieux garde espoir

articles récents

Benoît XVI à Saint-Pierre de Rome en décembre 2015.
2020-05-04 12:15 || Monde Monde

Des idéologies soi-disant humanistes menacent l'Église, dit Benoît XVI

Deux experts proposent cinq titres «qui nourissent l'intériorité» et qui posent des questions «qui nous obligent à retourner à l'essentiel» en cette période de distanciation sociale, de solitude et de confinement.
2020-04-05 14:01 || Québec Québec

Cinq livres religieux pour enrichir son confinement

Soeur Jeanne Lemire, de la Librairie Paulines de Montréal, affirme que ce sont présentement les livres jeunesse qui sont les plus commandés.
2020-04-05 11:04 || Québec Québec

Librairies religieuses: commandes en ligne et livres numériques