Le livre 'Les héritières du Bouddha'

Le bouddhisme féminin à travers la lentille de Martine Michaud

Nonnes rieuses.
Nonnes rieuses.   (Courtoisie Martine Michaud)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2017-04-10 11:42 || Monde Monde

Le récit photographique Les héritières du Bouddha. À la rencontre des nonnes Shéchèn du Bhoutan, édité par Martine Michaud, nous plonge dans l’intimité de femmes qui consacrent leur vie à rechercher la paix et l’harmonie par la méditation et l'étude.

Sociologue de formation et professeure de littérature à la retraite, Martine Michaud, globetrotteuse, a visité plusieurs pays. Adepte de la pratique du yoga, elle est attirée par le Bhoutan et son fameux indice de bonheur national. Féministe, elle a voulu comprendre comment les femmes sont perçues et traitées dans ce pays où la méditation est valorisée.

Accompagnée de son fidèle appareil-photo, elle y a séjourné à deux reprises, en 2012 et en 2013. En 2015, un premier reportage photographique sur ce pays, intitulé Bhoutan, lotus et dragon, a vu le jour.

À la fin de son deuxième séjour, en 2013, elle fait la rencontre d’une Bhoutanaise à l’accent américain prononcé. Elle finit par comprendre que sa mère est la sœur du roi du Bhoutan. Martine Michaud en profite pour lui confier son désir de faire du bénévolat dans son pays qui est encore en voie de développement. La princesse lui confie que sa grand-mère a fondé une nonnerie dans laquelle il serait possible de faire quelques tâches bénévolement.

Trois mois plus tard, de retour chez-elle, elle apprend qu’elle est invitée à la nonnerie afin de donner des cours de yoga. Pendant dix semaines, elle séjourne dans le monastère de tradition Shéchèn.

Au premier cours, elle constate que les nonnes ne portent que de grandes jupes et qu’elles ne possèdent pas de tapis de yoga. Avec l’aide de son amie la princesse, elle leur achète donc des leggings et ce qu’il faut pour fabriquer des tapis. «Au deuxième cours, elles sont venues en leggings qu’elles portaient en dessous de leur jupe! Elles étaient très intimidées», dit-elle en entrevue.

À sa grande surprise, son intégration au sein de la nonnerie s’est fait rapidement. «Certaines m’ont même confié des secrets. D’autres m’ont fait visiter leur chambre. Assises par terre, elles me montraient l’intérieur de leurs tiroirs, leurs vêtements. C’était un peu comme des adolescentes qui se visitent dans leur chambre respective. Elles sont joyeuses et insouciantes.»

Selon Martine Michaud, les nonnes qu’elle a rencontrées avaient entre 20 et 40 ans. Elle a aussi croisé des jeunes filles âgées d’à peine dix ans. «Elles ne sont pas considérées comme des nonnes. Elles étudient les mêmes matières que les autres enfants du Bhoutan. Elles ont l’obligation d’atteindre un certain degré d’éducation avant de devenir nonnes. Ensuite, elles peuvent poursuivre leurs études philosophiques jusqu’au doctorat.»

Outre les études, la méditation occupe une très grande place dans leur vie. «J’ai pu les photographier dans le temple. Elles passent beaucoup de temps à méditer. Les nonnes sont conscientes de leur environnement lorsqu’elles méditent. Cependant, elles m’ignoraient quand je prenais des photos d’elles.»

Dans sa préface, le moine bouddhiste français Matthieu Ricard, revient sur l’évolution difficile des femmes dans le bouddhisme. «En raison de circonstances historiques, dans les pays bouddhistes, jusqu’au XXe siècle, le statut social de la femme a été inférieur à celui de l’homme. Étant souvent mère de famille nombreuse dans des régions où la vie est rude, les femmes ont eu moins facilement accès à l’éducation et à des responsabilités importantes au sein de la société.», écrit-il. Le célèbre moine souligne qu’aujourd’hui les femmes, et notamment au Bhoutan, possèdent un statut social « quasiment équivalent à celui de l’homme. Cette évolution s’est également reflétée dans la vie des nonnes bouddhistes.»

Avec ce recueil composé de 140 photos, Martine Michaud jette un regard sur un monde où le silence, la joie, le rire, la méditation, l’étude de soi et des autres forment un tout. Un monde à des années lumières de l’Occident et de sa vie trépidante.

 

du même auteur

Après l’incinération d’un proche, de plus en plus de personnes décident de transformer une partie de ses cendres en une œuvre d’art comme des bijoux. Une pratique qui soulève des questions d’ordre psychologique, éthique et spirituel.
2019-11-27 09:55 || Québec Québec

Les cendres de vos proches transformées en bijoux

Du 3 au 10 novembre, une centaine de directeurs d’établissements scolaires catholiques de l’archidiocèse de Paris ont visité des écoles privées québécoises.
2019-11-12 08:20 || Québec Québec

Des directeurs d’écoles catholiques parisiennes en tournée au Québec

Elle rêve d’un Canada aux politiques inspirées par les valeurs chrétiennes et multiplie les initiatives pour influencer les députés et les partis politiques. Alors que le scrutin général du 21 octobre approche, faut-il craindre la droite religieuse au Canada?
2019-10-07 17:00 || Canada Canada

Élections: faut-il craindre la droite religieuse au Canada?

articles récents

'Lettres au frère Marie-Victorin', un recueil de correspondances sur la sexualité humaine entre Marcelle Gauvreau et le frère Marie-Victorin , parait cet automne aux Éditions du Boréal.
2019-09-17 18:30 || Québec Québec

Parution des lettres de Marcelle Gauvreau au frère Marie-Victorin

Zelda Abramson, coauteure de The Montreal Shtetl: Making Home After the Holocaust.
2019-05-13 18:24 || Québec Québec

La difficile arrivée des survivants de la Shoah à Montréal

'Sodoma. Enquête au cœur du Vatican', le livre de Fréderic Martel, paraissait le 21 février 2019.
2019-02-22 11:43 || Vatican Vatican

Sodoma: affirmations sulfureuses, accueil tiède