Lettre ouverte

«La spiritualité a sa place en éducation, monsieur le ministre!»

«Quoi qu’en pense le ministre de l’Éducation, l’expérience spirituelle est partie prenante du processus de construction de l’identité personnelle qui est au cœur même du projet éducatif», estiment les auteurs.
«Quoi qu’en pense le ministre de l’Éducation, l’expérience spirituelle est partie prenante du processus de construction de l’identité personnelle qui est au cœur même du projet éducatif», estiment les auteurs.   (Pixabay)
2020-01-29 14:47 || Québec Québec

Quoi qu’en pense le ministre de l’Éducation, l’expérience spirituelle est partie prenante du processus de construction de l’identité personnelle qui est au cœur même du projet éducatif.

Le projet de loi 40, déposé en octobre 2019 par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, comporte des modifications à des articles de la Loi sur l’instruction publique qui y feraient disparaître toute référence à la spiritualité. C’est le cas de l’article 36, dont on  abrogerait la mention que «(l’école) doit, notamment, faciliter le cheminement spirituel de l’élève afin de favoriser son épanouissement». Cette suppression suggère que la spiritualité, plus ou moins assimilée à la religion, n’a plus sa place dans l’école de l’État laïque québécois. Mais cette façon d’associer spiritualité et religion relève d’une conception dépassée.

L’expérience spirituelle

Certes la spiritualité s’est souvent vécue en liens avec les religions, mais nous constatons aujourd’hui qu’elle naît et se développe à partir d’expériences humaines diverses. Depuis les cinquante dernières années, elle a largement débordé ses lieux d’ancrage traditionnels religieux et théologiques: elle s’est imposée comme objet d’étude et de pratique dans divers milieux et de nombreuses disciplines qui vont de la psychologie au service social en passant par les sciences infirmières, la médecine, la philosophie, les arts, le management et, bien sûr, les sciences de l’éducation. Une littérature abondante existe sur le sujet, émanant aussi bien de croyants que de non-croyants. Des programmes de formation en spiritualité sont offerts dans plusieurs universités d’Europe et d’Amérique. Des chercheurs s’intéressent aux rapports entre spiritualité et santé dans des instituts comme le Center for Spirituality, Theology and Health de l’Université Duke ou le Center for Spirituality and Health de l’Université de Floride.

Quelle que soit la manière dont on l’aborde, on reconnaît généralement à l’expérience spirituelle son caractère universel, sa référence aux interrogations des femmes et des hommes quant au sens de la vie, de l’amour, de la souffrance et de la mort, le fait qu’elle porte sur les valeurs, la relation à soi, aux autres et à son monde, et qu’elle comporte une référence à l’Ultime que celui-ci soit religieux ou non. À la suite de Sandra Schneiders, on définit alors la spiritualité comme «l’expérience d’un effort conscient pour intégrer sa vie en termes, non pas d’isolement et de repliement sur soi, mais de transcendance de soi à l’égard d’une valeur perçue comme ultime».

Ainsi comprise, l’expérience spirituelle est partie prenante du processus de construction de l’identité personnelle qui est au cœur même du projet éducatif. C’est pourquoi, en juin 2000, les législateurs ont fait de la spiritualité une responsabilité de l’école «dans le cheminement de l’élève».

Spiritualité et éducation

En février 2007, le Comité sur les affaires religieuses adressait au ministre de l’Éducation un avis intitulé Le cheminement spirituel des élèves. Un défi pour l’école laïque. Il y proposait une analyse, toujours pertinente, de l’énoncé de l’article 36 de la Loi sur l’instruction publique en le situant dans la tâche d’humanisation de l’école: «Faciliter le cheminement spirituel de l’élève, c’est activer en lui cette prédisposition à entrer en lui-même pour y découvrir ce qui le fait vivre en tant qu’être humain à part entière. Le Comité croit que, pour l’essentiel, cette tâche consiste à travailler au développement de "l’humanité" de l’élève, de ce qui fait sa dignité et sa valeur.»

Le Comité rappelait également que la responsabilité de l’école à l’égard du cheminement spirituel des élèves incombe à l’ensemble du personnel enseignant et des gestionnaires, supportés par les animateurs et animatrices à la vie spirituelle et à l’engagement communautaire.

La conception québécoise de l’école laïque, en vigueur depuis juin 2000, se démarque du modèle français de laïcité par sa dimension inclusive. Elle fait l’envie de plusieurs de nos contemporains européens. Nous avons alors rompu avec l’héritage confessionnel qui avait perdu sa pertinence en raison de la sécularisation de la société et de la diversité de la population québécoise. Mais la conception humaniste de l’éducation qui a été adoptée au cours de ce passage reconnaît la spiritualité comme un aspect essentiel de la personne, au développement duquel l’école a le devoir de contribuer.

Penser que la spiritualité n’a pas sa place à l’école c’est se condamner à une vision technocratique de l’éducation où la «gestion de classe», l’acquisition de compétences «utiles» et la transmission des savoirs l’emportent sur la formation de futurs adultes en quête d’une définition du sens de leur propre existence.

Jean-Marc Charron, professeur associé en Études religieuses, Université de Montréal
Texte rédigé avec la collaboration de Jean Duhaime (professeur émérite, Études religieuses, Université de Montréal) et appuyé par

Léonard Audet, Professeur honoraire, Études religieuses, Université de Montréal
Lucie Baril, Animatrice de vie spirituelle et d'engagement communautaire, Commission scolaire des Découvreurs
Lise Baroni, Professeure honoraire, Études religieuses, Université de Montréal
Jean-Marc Barreau, Professeur invité, Études religieuses, Université de Montréal
Michel Beaudin, Professeur honoraire, Études religieuses, Université de Montréal
Marie-Noëlle Bélanger-Lévêque, Doctorante, Études du religieux contemporain, Université de Sherbrooke
Alain Besner, Conseiller spirituel, Société Saint-Vincent de Paul
Jean-Claude Breton, Professeur honoraire, Études religieuses, Université de Montréal
Patrice Brodeur, Professeur agrégé, Études religieuses, Université de Montréal
Christine Cadrin-Pelletier, Secrétaire aux affaires religieuses, MEQ (2000-2005)
Chantal Cara, Professeure titulaire, Sciences infirmières, Université de Montréal
Thérèse Caron, Diplômée, Théologie, Université de Montréal
Élaine Champagne, Professeure agrégée, Théologie et sciences religieuses, Université Laval
André Charron, Professeur honoraire, Études religieuses, Université de Montréal
Jacques Cherblanc, Professeur agrégé, Études religieuses, éthique et philosophie, Université du Québec à Chicoutimi
Denise Couture, Professeure associée, Études religieuses, Université de Montréal
Robert David, Professeur honoraire, Études religieuses, Université de Montréal
Thomas De Konninck, Professeur émérite, Philosophie, Université Laval
Mireille Desroches Beauchemin, Administratrice
Hubert Doucet, Professeur honoraire, Bioéthique, Université de Montréal
Guy Durand, Professeur émérite, Études religieuses, Université de Montréal
Jean-Marc Gauthier, Professeur honoraire, Études religieuses, Université de Montréal
Alain Gignac, Professeur titulaire, Études religieuses, Université de Montréal
Margo Gravel-Provencher, Théologienne
Véronique Jacques, Commissaire, Commission scolaire Beauce-Etchemin
Guy Jobin, Professeur titulaire, Théologie et sciences religieuses, Université Laval
Guy Lapointe, Professeur honoraire, Études religieuses, Université de Montréal
Alain Legault, Professeur honoraire, Sciences infirmières, Université de Montréal
Frank Lofeodo, Retired Education Consultant to Spiritual and Community Animators, English Montreal School Board (EMSB)
Georges Leroux, Professeur émérite, Philosophie, Université du Québec à Montréal

Robert Mager, Professeur retraité, Théologie et sciences religieuses, Université Laval
Odette Mainville, Professeur honoraire, Études religieuses, Université de Montréal
Deirdre Meintel, Professeure titulaire, Anthropologie, Université de Montréal
Géraldine Mossière, Professeure agrégée, Études religieuses, Université de Montréal
Jean-Guy Nadeau, Professeur honoraire, Études religieuses, Université de Montréal
Gerben Oegema, Professor of Biblical Studies, Études religieuses, Université McGill
Jean-Claude Petit, Professeur honoraire, Études religieuses, Université de Montréal
Michel Pouliot, AVSEC retraité, Collège Saint-Charles Garnier (Québec)
Étienne Pouliot, Chargé d'enseignement, Théologie et sciences religieuses, Université Laval
Jean-Pierre Proulx, Professeur honoraire, Sciences de l’éducation, Université de Montréal
Jacques Racine, Professeur émérite, Théologie et sciences religieuses, Université Laval
Louis Rousseau, Professeur émérite, Sciences des religions, Université du Québec à Montréal

Isabelle Schneider, Étudiante, Études religieuses, Université de Montréal

 

du même auteur

Un enfant se fait baptiser par le pape François le 12 janvier 2020 au Vatican.
2020-09-01 11:16 || Monde Monde

LETTRE OUVERTE. L’invalidité des baptêmes… Une place pour la réflexion par-delà le décret romain?

Des infirmières portant un masque se tiennent devant une statue du pape Jean-Paul II à Wadowice, en Pologne, à l'occasion d'une cérémonie soulignant le 100e anniversaire de naissance du saint le 18 mai 2020.
2020-05-22 15:09 || Monde Monde

Photo du jour - 22 mai 2020

Des gens marchent dans la ville d'Idlib, en Syrie, le 18 avril 2020.
2020-05-20 16:38 || Monde Monde

LETTRE OUVERTE. Soutenir d’autres travailleurs essentiels

articles récents

Un enfant se fait baptiser par le pape François le 12 janvier 2020 au Vatican.
2020-09-01 11:16 || Monde Monde

LETTRE OUVERTE. L’invalidité des baptêmes… Une place pour la réflexion par-delà le décret romain?

Des gens marchent dans la ville d'Idlib, en Syrie, le 18 avril 2020.
2020-05-20 16:38 || Monde Monde

LETTRE OUVERTE. Soutenir d’autres travailleurs essentiels

Devant la COVID-19, l'auteur propose de «commencer à réfléchir à des gestes, à des lieux et à des temps de ritualisation, de guérison et d’apaisement».
2020-05-08 18:25 || Québec Québec

LETTRE OUVERTE. Un chantier de deuil collectif se dresse devant nous