Lettre ouverte

Éthique et culture religieuse: oui, le cours est réformable

Les signataires de cette lettre ouverte veulent proposer des solutions concrètes pour réformer le programme Éthique et culture religieuse.
Les signataires de cette lettre ouverte veulent proposer des solutions concrètes pour réformer le programme Éthique et culture religieuse.   (Pixabay)
2020-01-28 10:16 || Québec Québec

Contrairement à Daniel Baril dans Le Devoir du 22 janvier, 120 profs d’Éthique et de culture religieuse (ECR) affirment que le programme peut (et doit!) être révisé. La plupart d’ailleurs le demande depuis au moins 2016! Voici pourquoi et comment:

  1. Parce que le programme d’ECR doit intégrer des éléments de contenu plus explicites sur la pluralité des incroyances, sur des critiques de la religion et ajouter les concepts de «savoir», de «croyance», d’«opinion», de «subjectivité» et d’«objectivité». Il doit donc explicitement réaffirmer qu’il refuse tous les intégrismes et qu’on ne doit jamais présenter les dogmes comme des réalités historiques. Il doit redire qu’on ne doit pas non plus favoriser une approche multiculturaliste et des accommodements religieux, et ne jamais sombrer dans le relativisme. Rappelons que nous avons le devoir en classe d’intervenir lorsque des propos même basés sur des croyances et des idéologies sombrent dans les dérives sexistes, sectaires, violentes, etc.
  1. Parce que le programme doit réaffirmer le caractère laïc de l’école et  les valeurs de la société québécoise comme la primauté du droit, la séparation des pouvoirs politiques et religieux et l’égalité. Il doit réaffirmer que de «bonnes» valeurs peuvent être laïques et que certaines autres pratiques allant à l’encontre des lois, même issues d’une croyance religieuse sincère, sont inacceptables dans une société laïque. Pensons au mariage des mineurs. Comme il le fait si bien déjà, ECR doit continuer à créer un socle commun de valeurs universelles qui va au-delà des particularismes religieux.
  1. Parce que le ministère de l’Éduction et de l’Enseignement supérieur, lors de l’évaluation des manuels d’ECR, ne tient pas compte de l'égalité entre les genres dans le contexte particulier de la culture religieuse. Il faudrait donc s’assurer d’être plus près de la réalité en présentant dans les manuels, par exemple, des musulmanes voilées et non voilées. Il ne s’agirait pas de cacher des inégalités persistantes, mais de montrer que les dynamiques entre les genres sont complexes et qu’elles varient selon les courants existant à l’intérieur même des religions.
  1. Parce que le programme devrait inclure la philosophie pour enfants et adolescents à titre d’options pertinentes, avec d’autres approches possibles et en conformité avec la liberté académique des enseignants. De plus, le programme doit explicitement favoriser l’enseignement des courants philosophiques séculiers tels que l’éthique utilitariste, libertarienne, de la sollicitude, etc.; indispensable contenu pour préparer nos élèves aux cours de philosophie du cégep. 
  1. Parce que le programme doit être enseigné par des personnes dûment formées en ECR puisqu’il traite de sujets sensibles relatifs à la religion et à l’éthique. L’UNESCO, les conclusions du rapport Proulx et les recommandations de la commission Bouchard-Taylor, avec la majorité des Journet, Dutrisac, Pelletier et autres (le ministre Roberge va aussi en ce sens), et en accord avec les experts, tous reconnaissent que la culture religieuse et son regard anthropologique sur le monde sont cruciales pour la culture générale et pour favoriser la tolérance. Seul du personnel qualifié peut permettre aux élèves de comprendre de manière signifiante qui est l’homme mort sur la croix, pourquoi certains le prient et d’autres l’honnissent, et quelle influence il a eu et a encore sur la société québécoise; les aider à reconnaître que tous les arguments ne se valent pas, pour réfléchir à ce que sont la laïcité identitaire anti-religieuse ou les intégrismes religieux.
  1. Parce que le programme peut s’adapter et susciter la réflexion critique sur les enjeux contemporains comme l’écocitoyenneté, les médias ou le juridique. Il faut toutefois éviter que la nouvelle mouture ne devienne un cours fourre-tout de morale ou de Formation personnelle et sociale 2.0 où la réflexion critique ferait place à de simples campagnes de sensibilisation où on informe du «bien» à faire et du «mal» à éviter. ECR est le bouc émissaire de certains. Pour eux, en l’abolissant, on règlerait tous les écueils du système scolaire québécois. On consulte les gens pour savoir ce qu’ECR doit contenir, mais les a-t-on déjà sondés pour savoir quels romans les élèves devraient lire dans leurs cours de français? Pour nous, la posture d’impartialité de l’enseignant auprès de ses élèves demeure essentielle et ECR doit faire ce qu’il fait déjà de mieux depuis 12 ans et qui est intemporel: ne pas montrer quoi penser, mais comment penser. Ne pas moraliser, mais faire réfléchir; développer l’esprit critique; repérer les sophismes; apprendre à fonder ses points de vue sur des arguments rationnels et non sur des opinions trop souvent émotives et superficielles. Enfin, le programme doit conserver ses deux finalités: la reconnaissance de l’autre et la poursuite du bien commun. Imaginez: quel beau programme ce serait!

 

Chantal Bertrand, doctorante en sciences de l’éducation et Martin Dubreuil, enseignant d’ECR


4 Commentaire(s)

Gilles Beaudet || 2020-01-31 20:39:48

Les arguments mis en avant par Chantal Bertrand et Martin Dubreuil seront-ils lus par le ministre de l'éducation ? Vous offrez d'excellentes considérations j'esrère qu.il s'en inspirera. Merci .

Jean Guy Nadeau || 2020-01-30 18:06:28

Très bon texte constructif. À suivre.

Claire Bergeron || 2020-01-29 16:54:38

Mes félicitations les plus sincères à Mme Bertrand et Monsieur Dubreuil pour l'éclairage de vos propos. Pour faire suite à l'opinion de M. Labonté, je dirais que les objectifs subtiles et sournois écrits par quelques personnes sont le reflet d'une erreur au niveau de la stratégie d'implantation que le MELS n'a JAMAIS voulu reconnaître publiquement et dont nous subissons encore les conséquences. Je connais très bien le dossier ÉCR; j'étais présidente de l'association des enseignants de ce champ en 2008. J'ai analysé scrupuleusement l'implantation comme sujet de maîtrise. Les parents ont été ignorés du processus d'implantation et c'est ce que j'ai vivement dénoncé auprès de l'équipe de rédaction du programme. Des parents ont vivement réagi (négativement) dont la Coalition pour la liberté en éducation (la C.L.E.) Malheureusement, la réputation de ÉCR a été entaché et a même terni les perceptions des directions d'école. Je suis d'accord avec vous pour dire que les profs en subissent encore les conséquences. Je ne partage aucunement votre opinion sur l'endoctrinement; c'est à l'encontre même de la pédagogie et des valeurs du programme. Le pluralisme et le multiculturalisme fait partie des sociétés dans lesquelles nous vivons; c'est un incontournable. ÉCR favorise la réflexion, le débat et les connaissances acquises permettent l'ouverture d'esprit qui empêche souvent la haine envers ceux qui différents de nous. Les récents témoignages des survivants d'Auschwitz en sont un bel exemple. Pour évaluer la toxicité du cours, je demanderais l'opinion d'élèves à l'exemple de la député Émilise Lessard-Therrien qui répondait à Pascal Bérubé. ÉCR respecte totalement la laïcité du Québec et la liberté religieuse. Et ce cours ne mérite pas d'être qualifié d'infâme mais mérite plutôt les honneurs!

Michel Labonté || 2020-01-28 15:15:45

ECR pose problème depuis le début, car ce cours a été concocté avec des objectifs subtiles et sournois que seules quelques personnes perspicaces ont su déceler avant même son implantation. Douze ans plus tard, les pots cassés sont irréparables. Une jeunesse qui s'est faite endoctriner sans même constater qu'elle n'y voit que du feu. La salade du pluralisme normatif et du multiculturalisme tous azimuts a trop bien été vendue. Pourtant, avec un soupçon de lucidité, il est facile de voir qu'ECR est plus toxique que la ciguë que Socrate a pu boire. Il faut juste en finir avec ce cours et redonner aux écoles publiques laïques une saine laïcité qui ne fera pas semblant de respecter la liberté religieuse en tant que droit fondamental. ECR, ton temps est fait. Chassons l'infâme (cours)!

 

du même auteur

Une personne prie seule dans la cathédrale Notre-Dame-des-Victoires à Dakar, au Sénégal, pendant la pandémie de coronavirus.
2020-03-25 11:39 || Monde Monde

Photo du jour - 25 mars 2020

Restreinte dans l'espoir d'endiguer la progression de l'épidémie de la COVID-19 en Italie, la place Saint-Pierre était complètement déserte le 12 mars 2020.
2020-03-12 15:24 || Vatican Vatican

Photo du jour - 12 mars 2020

«Aussi exhortons-nous le ministre Roberge à ne pas agir précipitamment et à soumettre le programme ECR à une analyse patiente, pondérée, rigoureuse et approfondie», indique le Centre justice et foi.
2020-02-21 12:34 || Québec Québec || 4 Commentaire(s)

ECR: les risques d’une refonte idéologique et bâclée

articles récents

«Aussi exhortons-nous le ministre Roberge à ne pas agir précipitamment et à soumettre le programme ECR à une analyse patiente, pondérée, rigoureuse et approfondie», indique le Centre justice et foi.
2020-02-21 12:34 || Québec Québec || 4 Commentaire(s)

ECR: les risques d’une refonte idéologique et bâclée

Des enfants syriens déplacés vers une ville d'Irak en octobre 2019.
2020-02-11 16:07 || Monde Monde || Aucun commentaire

Les chrétiens en Irak: la lutte perdure

«Avant de proposer «de nouveaux thèmes qui enrichiront le programme d’études et remplaceront, en tout ou en partie les notions de culture religieuse», comme l’énonce la consultation, pourrait-on vraiment prendre le temps d’évaluer le programme actuel?», demande le professeur Alain Gignac.
2020-02-06 12:20 || Québec Québec || Aucun commentaire

Enjeux de la Consultation sur le programme Éthique et culture religieuse