Lettre ouverte

L’international des musiques sacrées renaît

L'auteur explique les changements apportés au festival après une pause d'une année.
L'auteur explique les changements apportés au festival après une pause d'une année.   (Courtoisie)
2016-11-02 10:25 || Québec Québec

Ce jeudi 3 novembre débutera la 19e édition de l’international des Musiques Sacrées de Québec. Cette édition aurait dû être la 20e, mais le festival a pris une pause en 2015. Déjà, en 2014, beaucoup de subventions venaient à terme, et le festival était appelé à se renouveler. Manque de financement ? Explosion des budgets de production ? Baisse d’achalandage ? Un peu de tout cela. Cependant, l’IMSQ a profité de cette pause pour retrouver sa raison d’être.

Plusieurs enjeux sont liés à un tel festival. Comme dans toute chose, le nerf de la guerre est le financement. Toutefois, quand on parle de musiques sacrées, un devoir de pédagogie s’impose.

Tout d’abord, il ne faut pas oublier qu’il y a plusieurs types de musiques sacrées, qu’elles soient occidentales ou non. Le père Pierre Paul, québécois aujourd’hui maître de chapelle à St-Pierre de Rome (à la suite de Palestrina et de Scarlatti, notamment) décrit parfaitement bien les trois types de musiques de foi. On y trouve la musique religieuse, expression de quelque chose de plus grand que soi, ou la musique sacrée, tournée vers Dieu (peu importe sa forme), pour Lui rendre hommage. La musique liturgique est celle qui est entendue et composée spécifiquement dans le contexte d’une célébration religieuse. Le père Paul donne un exemple probant : le Requiem de Verdi, œuvre superbe, en est une de musique sacrée, mais cadre difficilement dans une liturgie. L’attention serait tournée vers la musique, non plus vers la célébration religieuse elle-même. L’International des Musiques Sacrées invite donc à entrer en contact avec de la musique écrite vers un dieu, pour le célébrer.

Notez cependant la graphie dans le nom même du festival : il y a de nombreuses musiques pour de nombreuses expressions du sacré. C’est là où ce festival a de l’importance. Partant de la culture occidentale, l’IMSQ tend la main aux autres croyances par un mode universel d’expression de la foi. Que ce soit des litanies monastiques tibétaines, des anashîds polyphoniques modernes, des chants sacrés autochtones, ou des choses plus connues, ces musiques ont toutes leur place dans l’univers des Musiques Sacrées de Québec. L’édition 2016 est d’ailleurs empreint de cet esprit d’ouverture, en présentant notamment un concert de musique autochtone.

Il est important de noter que c’est grâce à la population de Québec, notamment aux communautés religieuses, que ce festival doit sa survie. La 19e édition en porte le sceau, puisque la majorité des artistes présents viennent de la région de Québec. La porte-parole de l’événement et tête d’affiche du concert de clôture, Marie-Josée Lord, a elle-même grandit dans la région.

L’IMSQ a profité de cette année de pause pour revoir ses orientations. Dorénavant, il se veut également une sorte de promoteur du patrimoine sacré, favorisant la découverte de lieux méconnus. De plus, le festival sera une plateforme à partir de laquelle se déploiera des activités tout au long de l’année, en collaboration avec des organismes déjà présents. Chœurs, orchestres et autres ensembles de Québec seront donc des partenaires privilégiés dans l’avenir de l’IMSQ.

Souhaitons donc longue vie à l’International des Musiques Sacrées, et à tous, un bon festival.

Guillaume Boulay, président de l’International des Musiques Sacrées de Québec


Aucun commentaire
 

du même auteur

Un réfugié rohingya pleure en tenant son garçon âgé de 5 semaines qui est décédé lorsqu'un bateau traversant la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh a chaviré le 14 septembre.
2017-09-18 10:17 || Monde Monde

Photo du jour - 18 septembre 2017

Des réfugiés rhingyas se reposent après leur arrivée dans un camp à Cox's Bazar, au Bangladesh, le 14 septembre 2017.
2017-09-15 15:27 || Monde Monde

Photo du jour - 15 septembre 2017

Un homme photographie la mer à Nagua, en République dominicaine, le 7 septembre tandis que l'ouragan Irma se dirige vers la Floride.
2017-09-08 09:59 || Monde Monde

Photo du jour - 8 septembre 2017

articles récents

Photo prise sur les chemins de Compostelle, en Espagne.
2017-08-11 11:37 || Québec Québec || 1 Commentaire(s)

La spiritualité du 21e siècle a soif de liberté

Donald Trump s'adressant au Congrès le 28 février 2017.
2017-04-04 10:59 || Monde Monde || Aucun commentaire

De Jean-Paul II à Donald Trump, que penser des leaders charismatiques?

2017-03-17 15:25 || Québec Québec || 2 Commentaire(s)

La religiosité de la marchandisation des pèlerinages