Lettre ouverte

Laïcité au Québec, et après?

Lettre ouverte de l'auteur Jacques Gauthier en réaction à l'adoption de la loi 21 sur la laïcité.
Lettre ouverte de l'auteur Jacques Gauthier en réaction à l'adoption de la loi 21 sur la laïcité.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
2019-06-19 10:38 || Québec Québec

La loi 21 sur la laïcité de l’État au Québec a été adoptée sous bâillon le 16 juin. Les signes religieux pour les employés de l’État en position d’autorité sont désormais interdits, incluant les directeurs d’école et enseignants du primaire et du secondaire du secteur public. Le débat durait depuis plus de dix ans, mais il n’est pas clos pour autant. La loi est déjà contestée devant les tribunaux. Deux visions s’affrontent: le multiculturalisme canadien et le nationalisme québécois, les droits des minorités et l’affirmation de la majorité. Ce qui nous ramène à la question de l’identité québécoise.

L’identité, qu’elle soit personnelle ou collective, est toujours en devenir. Elle est faite de racines et de chemins qui ne sont pas figés dans le temps et l’histoire. Il y a plus de 400 ans, des gens venus d’ailleurs se sont enracinés en Nouvelle-France avec leur langue et leur foi. D’autres ont emprunté des chemins différents pour chercher la liberté chez nous. «Eux» sont devenus «nous», sans renier leurs religions et cultures. L’intégration demeure un pari, et l’identité une aventure, où nous avons à tendre la main pour mieux comprendre l’autre dans ses choix de vie et ses croyances, tels que garantis par nos chartes.

La politique devrait être l’art de favoriser la rencontre des personnes par le dialogue et le partage. La loi 21 risque de nourrir les préjugés envers les minorités, l’intolérance envers ceux et celles qui affichent des signes religieux, comme si la religion était une plaie qui n’engendre que la violence. Pourquoi l’empressement d’agir ainsi? La loi 101 sur la protection du français répondait à une urgence, mais l’interdiction du port de signes religieux traduit surtout un profond malaise religieux au Québec. Ainsi, on exclut de l’enseignement des femmes musulmanes pour l’unique raison qu’elles portent le voile. Ce sont elles qui seront surtout touchées par la loi, qui s’exposeront à des sanctions, pouvant aller jusqu’au congédiement. Ces amendements, déposés à la dernière minute, qui incluent des mesures de surveillance pour mieux appliquer la loi, sont une atteinte à la démocratie et à la liberté de religion.

On verra avec le temps ce que ce projet de loi changera dans la perception de ce que nous sommes et de ce que nous voulons devenir. Mais en accentuant nos différences au détriment de nos ressemblances, nous mettons en place un mécanisme de confrontation, non de communion. Pourquoi attiser l’affrontement, alors que nous sommes sur terre pour vivre ensemble dans l’harmonie, surtout à l’heure du grand défi écologique à relever?

Jacques Gauthier, auteur


9 Commentaire(s)

Denis Beaulé || 2020-02-02 08:23:46

D'accord. Une fois légalisé, « on » trouve cela légitimé. L’Observation en témoignait déjà et des ‘Grand.e.s’ le rappelaient, pour en appeler à retenue : légiférer à fin d’interdire libre expression de religieux, engendre, le plus souvent sinon quasi invariablement, plutôt que n’inhibe manifestations d’intolérance. Ç’aura été constaté dès les lendemains d’adoption de la loi de la fête des pères. Tout à coup, à l’école, des madames s'faisaient r’garder d’travers, de ‘haut’ ou dédaigneusement, comme si elles n’étaient pas « correctes ». Puis advint ce qui ne pouvait ne pas advenir. Le PM même écopa d’un ‘déferlement’ sur sa propre page Facebook, où, habituellement, il y aurait quasi unanimité en sa faveur. Qui plus est, un chef de parti, incidemment du parti même dont émane ce PM, renchérit en déclarant haut et fort qu’il faudra[it] réprouver à plate couture véhémentement les ceuze objectant, évidemment complètement à tort va de soi, que la loi de la fête des pères irait à l’encontre de droits ou libertés de minorités. Oh la la ! Ainsi donc, faudrait-il alors déconsidérer ou méconsidérer ce qui a été implanté de mieux pour se prémunir d’indus abus éventuels de la part de majorités vis-à-vis de minorité(s), via chartes ou lois, telles la Commission des droits de la personne, la Ligue des droits et libertés, le Barreau, etc, etc., qui, tou.te.s, à l’unisson, ont dénoncé des dispositions de la loi de la fête des pères, justement parce discriminatoire(s) à l’égard de (personnes ou groupes) minoritaires ? On est rendu.e.s « loin » au pays du Québec. Bien, bien loin. Très, très profond. Vite qu’arrive la seconde moitié du second mandat de ce PM, où celui-ci choisira de laisser sa place, selon ses dires. Alors et seulement alors, semble-t-il, (re)deviendra-t-il possible de revenir sur Terre.

Francine || 2019-06-27 13:37:21

Il y a une qu’est que je me pose constamment: pourquoi n’avons-nous jamais eu de problèmes avec les personnes venant du Vietnam, de la Chine, du Japon qui professent une autre foi que la foi chrétienne? Ont-ils cherché à nous imposer leurs croyances, façons de faire, etc.? Pas à ma connaissance. Ces personnes se sont intégrées sans faire de vagues. J’ai connu l’époque où les femmes devaient porter un chapeau pour entrer à l’église et les religieuses étaient vêtues d’un costume qui me fait penser à la burqua des dames musulmanes. Suite à la création du ministère de l’Éducation dans les années 1960, on a montré la sortie aux enseignants religieux et religieuses catholiques. Pourquoi faudrait-il « s’accommoder » de personnes voilées sous le fallacieux prétexte du « vivre ensemble »? Pourquoi faudrait-il « avancer en arrière »? Je ne comprends pas les jeunes qui traitent de rétrogrades ou de racistes, les personnes qui sont pour la laïcité.

Isabelle Farand || 2019-06-25 21:39:08

M. Legault a ouvert une porte, et elle va s'aggrandir . Notre Dame de Fatima avait dit aux enfants: Pauvre Québec. je l'ai apprit par pur hasard tout récemment.

MICHELLE PICARD || 2019-06-23 08:41:00

La «laïcité» va continuer de faire réfléchir...La société change avec le temps...et suscite de nouveaux besoins comme de nouvelles solutions...Faut-il s'ajuster...Alors que l'on parle d'oecuménisme, de multiculturalisme, de nationalisme, de fédéralisme......d'autres priorisent «l'économie, la performance, la rentabilité» tout en négligeant, censurant voire rejetant la réalité de nos convictions...des religions.... Pourtant l'éducation d'un être humain suscite l'évolution d'un peuple d'une nation. Pourrons-nous encore considérer ces formations intellectuelles, culturelles, morales, religieuses dans la vie d'une personne équilibrée pouvant mieux faire preuve de discernement? Comment pourrons - nous assurer aussi les bonnes manières... le bon goût, le savoir vivre d'une personnes si on en supprime les «éléments nécessaires à son «être, son succès...sa réussite...sa réalité..? Que dire de l'évolution de l'enfant comme celle de la personne humaine lorsque le quotidien rime de plus en plus avec «ritalin et autres, légalisation du cannabis» .......L'éducation familiale devient «appropriation de l'état» avec les « programmes, les garderies, CPE» et même sans oublier la venue de... robots pédagogiques...Que pourra devenir cette stabilité psychologique alors que le quotidien a déjà commencé à rimer de « nouvelles sortes de familles issues de genres modifiés...»...même le «tatou» remplace les bijoux...Oui...même la durée de vie pourra se comptabiliser avec la demande de « l'aide à mourir, le suicide assisté» et autres... pourtant le propre de la psychologie comme de l'éducation ne favorise-t-il pas l'éducation en équilibre...ce discernement voire cette harmonie de la personne à grandir à son rythme personnel ....Je m'ennuie déjà de la qualité de l'éducation suscitée des cours classiques visant un meilleur choix de carrière personnel alias la « vocation » respective de jadis...On dirait que l'ancien «petit catéchisme» est remplacé par des lois...où l'esprit ouvert est remplacé par ...ce que je n'ose pas écrire...mais dont l'avenir refera resurgir la question ....Vive l'évolution! Vive l'éducation! Vive la religion! qui continue de marquer notre raison de vivre en relation...

Marius Morin || 2019-06-22 07:08:34

M. Jacques Gauthier fait trop de raccourcis. J'approuve intégralement le texte de Marie-Claire || 2019-06-19 12:17:29. Bon discernement!

Lorraine Hnatiuk Hétu || 2019-06-19 14:31:55

Je porte toujours ma croix de Jérusalem (un cadeau de mon mari) et depuis des années, je suis aussi enseignante. Je n'ai JAMAIS eu de la difficulté en portant une tel collier et mes élèves du niveau primaire et secondaire m'ont toujours aimé et respecté!! Je trouve ce projet de loi totalement ridicule et aussi une manque de respect pour nos valeurs et pour nos croyances traditionnelles qui datent de très longtemps. Ce projet de loi n'aidera pas les jeunes, plusieurs qui manquent déjà leurs répères et qui cherchent toujours les valeurs de vie solidents, stables et qui font du sens!!

Christiane Gagnon || 2019-06-19 14:19:45

Je suis très partagée sur ce sujet. J'ai des voisines et des voisins musulmans pratiquants, originaires du Maroc et d'Algérie, qui m'ont dit il y plusieurs années que le Canada était trop accommodant, que cela causerait des tensions un jour si la limite entre le religieux et la laïcité n'était pas davantage claire...

Léo Caron || 2019-06-19 12:17:44

Monsieur il y a longtemps que l on parle de laicité assez c est assez même si la CAQ avait siégée 2 autres mois il n y aurait pas eu d accord. Cette loi aurait du être passée il y a longtemps

Marie-Claire || 2019-06-19 12:17:29

Relevons quelques inexactitudes : 1) On n’ « exclut » pas de l’enseignement des femmes musulmanes, parce que d’abord la loi vise tout le monde, ensuite c’est leur propre choix de s’exclure elles-mêmes. 2) Il y a une clause grand-père qui fait que celles qui sont déjà à l’enseignement préservent leur « droit acquis ». Il n’y aura donc pas de « sanctions » ou de « congédiements ». 3) La loi sur la laïcité n’accentue pas nos différences, mais fait ressortir nos ressemblances. Par ailleurs les différences et les frictions, sinon les confrontations, existaient déjà bel et bien avant la loi. Et depuis plusieurs années. Le laisser-faire risquait donc de les augmenter et de favoriser davantage le développement d’extrémismes si rien n’avait été fait pour répondre à une longue demande de la majorité. Ce qui revient aussi à dire que ce n’est pas toujours aux mêmes à faire des compromis pour « vivre ensemble dans l’harmonie ». On se demande même si la volonté d'exposer tant et plus sa croyance n'est pas un refus de s'intégrer, phénomène peut-être encouragé par «l'immigration économique» qui motive davantage la recherche de confort que la volonté d'intégration... La « démocratie » dit aussi que les parents ont aussi des droits, dont celui de ne pas vouloir exposer leurs enfants à des croyances qui se manifestent si ostentatoirement qu’elles laissent les personnes non libres de ne pas les faire voir. Finalement, vous allez peut-être être surpris d'entendre (si elles le peuvent) un certain nombre de femmes musulmanes obligées de porter le voile, remercier la loi de leur permettre de s'en séparer pendant quelques heures par jour.

 

du même auteur

«La spiritualité ne peut advenir que lorsque l’humain a mangé, est vêtu, sécurisé, accueilli, aimé et reconnu. Pas avant!», écrit l'auteur.
2020-03-30 14:40 || Québec Québec || 6 Commentaire(s)

LETTRE OUVERTE. L’essentiel précède toute spiritualité!

Une personne prie seule dans la cathédrale Notre-Dame-des-Victoires à Dakar, au Sénégal, pendant la pandémie de coronavirus.
2020-03-25 11:39 || Monde Monde

Photo du jour - 25 mars 2020

Restreinte dans l'espoir d'endiguer la progression de l'épidémie de la COVID-19 en Italie, la place Saint-Pierre était complètement déserte le 12 mars 2020.
2020-03-12 15:24 || Vatican Vatican

Photo du jour - 12 mars 2020

articles récents

«Aussi exhortons-nous le ministre Roberge à ne pas agir précipitamment et à soumettre le programme ECR à une analyse patiente, pondérée, rigoureuse et approfondie», indique le Centre justice et foi.
2020-02-21 12:34 || Québec Québec || 4 Commentaire(s)

ECR: les risques d’une refonte idéologique et bâclée

Des enfants syriens déplacés vers une ville d'Irak en octobre 2019.
2020-02-11 16:07 || Monde Monde || Aucun commentaire

Les chrétiens en Irak: la lutte perdure

«Avant de proposer «de nouveaux thèmes qui enrichiront le programme d’études et remplaceront, en tout ou en partie les notions de culture religieuse», comme l’énonce la consultation, pourrait-on vraiment prendre le temps d’évaluer le programme actuel?», demande le professeur Alain Gignac.
2020-02-06 12:20 || Québec Québec || Aucun commentaire

Enjeux de la Consultation sur le programme Éthique et culture religieuse

 
 
 

À la une

Les chefs des Églises chrétiennes et des grandes religions de tout le Canada publient, alors que la population subit toujours «les effets dévastateurs» de la COVID-19, un message «d'espérance, de gratitude et de solidarité».
2020-03-31 11:54 || Canada Canada

Message d'espérance des leaders religieux du Canada

Sur l’usage de la technologie afin de contrer l’isolement, on suggère aux juifs montréalais de «suivre les conseils de [leur] rabbin».
2020-03-31 07:00 || Québec Québec

La Pâque juive sera bien différente cette année

Le pape François était seul sur la place Saint-Pierre le 27 mars 2020.
2020-03-27 19:46 || Québec Québec

Une Église déconnectée?