Lettre ouverte d'Éric Laliberté

Le test des valeurs: le paradoxe d’une société distincte

«Alors qu’elle prétend travailler à la sauvegarde de la culture québécoise comme société distincte, elle semble plutôt chercher des manières de l’uniformiser: test des valeurs, loi sur la laïcité, refus des signes religieux, même les cloches d’église sont devenues suspectes dans certains quartiers»,
«Alors qu’elle prétend travailler à la sauvegarde de la culture québécoise comme société distincte, elle semble plutôt chercher des manières de l’uniformiser: test des valeurs, loi sur la laïcité, refus des signes religieux, même les cloches d’église sont devenues suspectes dans certains quartiers»,   (Archives Présence/P. Vaillancourt)
2019-11-07 16:54 || Québec Québec

*Présence publie des lettres ouvertes en lien avec l'actualité. Les opinions exprimées dans ces lettres n'engagent que l'auteur.*

De société distincte à uniformisée: se distinguer dans l’uniformité. Quel paradoxe! La politique culturelle, au Québec, s’avance sur des chemins bien étranges depuis quelques années. Alors qu’elle prétend travailler à la sauvegarde de la culture québécoise comme société distincte, elle semble plutôt chercher des manières de l’uniformiser: test des valeurs, loi sur la laïcité, refus des signes religieux, même les cloches d’église sont devenues suspectes dans certains quartiers. Agissant ainsi, la société québécoise, loin d’assurer et d’assumer sa distinction, la fait disparaitre dans un nivelage culturel qui a de quoi laisser perplexe.

Même si le dire semble une lapalissade, la différence se valorise en ce qu’elle est différente. Dans un rapport mercantile, ça n’a jamais été «le plus grand nombre de pareil» qui a fait faire des affaires en or. Ce n’est donc pas en uniformisant le Québec qu’il demeurera distinct. Au contraire! En s’attaquant ainsi aux différences, le Québec s’engage dans un prosélytisme bien plus religieux que celui qu’il condamne, et ce, malgré ses prétentions laïques. Sa peur de disparaitre le pousse à reproduire, à l’égard des autres, un traitement assimilateur dont il s’est pourtant fait l’un des ardents dénonciateurs.

Nous le savons, la culture ne s’élabore pas en vase clos. Elle nait de la rencontre. Nous avons besoin de l’autre et de sa différence pour continuer d’exister. Sans rapport d’opposition, comment savoir ce qui est doux ou amer, salé ou sucré, jour ou nuit? La culture s’affine, se raffine et évolue dans la confrontation des diversités. L’aplanir revient à participer à son propre génocide. Risquer la diversité permet ainsi de risquer l’inconnu de la maturation; celle que connait tout peuple à travers les siècles.

Le nivellement culturel dans lequel nous pataugeons n’a cependant rien d’exclusif à la politique québécoise. La différence dérange, et se distinguer par la non-différence, par l’aplatissement de la différence, semble devenir une revendication de plus en plus courante. Prônant le droit à la disparité, de plus en plus d’individus revendiquent leur distinction en passant par l’uniformisation: tous comme moi! Pourtant, tout individu se forme, se développe et grandit sur la base des différences qu’il porte en lui. Une différence qu’il aura la possibilité d’intégrer dans la poursuite d’un bien commun. C’est ce qu’on appelle vivre en communauté. Ainsi, plus je reconnais la différence de l’autre, plus je suis à même de percevoir ma propre exclusivité et de goûter le plaisir d’apporter ma contribution au bien commun.

Le concept de société distincte demeure toutefois interpellant dans ce débat. Riche de notre expérience, il serait intéressant de le repenser à la lumière de notre histoire et de ce que nous vivons aujourd’hui. Si le Québec a évolué vers cette idée, c’est qu’il est bien au fait des blessures que peuvent causer les atteintes à la dignité culturelle. Aussi, pourquoi ne pas user de cette expérience avec sagesse pour réfléchir et élaborer une véritable société distincte? Une société qui soit riche de sa diversité, misant sur elle et travaillant avec elle; allant au-delà des facteurs de surface que sont les accommodements raisonnables, les ratios d’intégration des minorités visibles ou toutes tendances à la ghettoïsation d’une charmante folklorisation. Le droit d’être ce que je suis, comme individu ou comme peuple, c’est d’abord le devoir d’assumer ce qui distingue sans désir de fusionner l’autre en soi.

Éric Laliberté
Doctorant en théologie, spécialisé en études pèlerines
Université Laval


6 Commentaire(s)

Gilles Tittley || 2020-02-01 18:32:10

Le problème majeur qui semble dominer dans les nombreux changements décrétés par le législateur: l'absence de consultations et en plus de la rapidité d'exécution. Et ce n'est pas parce c'est légal que c'est moral. C'est à faire réfléchir profondément.

J. Poulin || 2020-02-01 12:54:23

Merci! A mon avis, Les sociétés qui se sentent vulnérables et qui fermes les portes se transformes petite à petits en éclos rigide sans imagination! Ça me fait mal de voir le Québec rétrécir dans son égoïsme!

CCP || 2019-11-14 09:01:46

Excellent réflexion. Merci !

MP || 2019-11-12 09:03:04

Merci Eric pour cet engagement !

Denise Robillard || 2019-11-09 09:43:07

Je suis profondément en accord avec cette réflexion...

SA || 2019-11-09 04:58:18

Formidable. À retenir!

 

du même auteur

Des infirmières portant un masque se tiennent devant une statue du pape Jean-Paul II à Wadowice, en Pologne, à l'occasion d'une cérémonie soulignant le 100e anniversaire de naissance du saint le 18 mai 2020.
2020-05-22 15:09 || Monde Monde

Photo du jour - 22 mai 2020

Des gens marchent dans la ville d'Idlib, en Syrie, le 18 avril 2020.
2020-05-20 16:38 || Monde Monde || Aucun commentaire

LETTRE OUVERTE. Soutenir d’autres travailleurs essentiels

Devant la COVID-19, l'auteur propose de «commencer à réfléchir à des gestes, à des lieux et à des temps de ritualisation, de guérison et d’apaisement».
2020-05-08 18:25 || Québec Québec || 7 Commentaire(s)

LETTRE OUVERTE. Un chantier de deuil collectif se dresse devant nous

articles récents

Des gens marchent dans la ville d'Idlib, en Syrie, le 18 avril 2020.
2020-05-20 16:38 || Monde Monde || Aucun commentaire

LETTRE OUVERTE. Soutenir d’autres travailleurs essentiels

Devant la COVID-19, l'auteur propose de «commencer à réfléchir à des gestes, à des lieux et à des temps de ritualisation, de guérison et d’apaisement».
2020-05-08 18:25 || Québec Québec || 7 Commentaire(s)

LETTRE OUVERTE. Un chantier de deuil collectif se dresse devant nous

«Cette crise est aussi un moment de l'histoire habité par une grâce cachée dans un nouvel «à venir» qui fait signe à une Église en confinement forcé et appelée à être en sortie vers le monde pour lui proposer des pistes d'espérance», écrit l'auteur.
2020-04-29 18:18 || Québec Québec || 2 Commentaire(s)

LETTRE OUVERTE. Un kairos pour une Église en sortie