Fannie Dionne

LETTRE OUVERTE. Enquête sur un crime vieux d’un siècle: l’histoire du vol d’un manuscrit jésuite

Dictionnaire français-huron. John Carter Brown Library, Providence, Codex Ind 12.
Dictionnaire français-huron. John Carter Brown Library, Providence, Codex Ind 12.   (Courtoisie Fannie Dionne)
2021-08-12 14:53 || Québec Québec

Le 2 septembre 1909, Prosper Vincent, premier prêtre wendat, rédige et signe une note dans son vieux « dictionnaire français-huron ». C’est le début d’un grand voyage pour ce manuscrit rédigé par des missionnaires jésuites à la fin du XVIIe siècle. Ce voyage — déclenché par un vol qui n’avait jamais été découvert avant aujourd’hui — n’allait se terminer qu’un quart de siècle plus tard.

Il faut dire qu’entre sa rédaction à Notre-Dame-de-la-Jeune-Lorette (mission jésuite chez les Wendat proche de Québec) et son arrivée entre les mains de Prosper Vincent, le manuscrit n’avait pas beaucoup bougé. Il avait été utilisé par plusieurs missionnaires jusqu’à ce que le dernier jésuite quitte la mission en 1793, en laissant le dictionnaire à la communauté de la Jeune-Lorette. Depuis, le manuscrit s’était transmis d’une génération à l’autre au sein de la même famille wendat, jusqu’à ce mois de septembre 1909.

Prosper Vincent avait l’habitude de tenir un journal intime, qui se trouve aujourd’hui au Musée de la civilisation à Québec. Le mercredi 1er septembre 1909, le prêtre écrivit : « Le Dr Miller de New York archiviste me demande au parloir vers 2 h - je lui montre mes vieux livres hurons. » Le lendemain, il nota encore : « Le Dr Miller qui est venu hier revient aujourd’hui et emprunte mon dictionnaire fr. huron pour en prendre une copie au clavigraphe [dactylographe] – il me laisse 50 piastres en gage – mon Dieu bénissez ce projet. »

Avant de prêter son dictionnaire au Dr Miller, Vincent prit le temps d’y inscrire cette note : « Je soussigné certifie avoir constamment entendu dire par mes parents que ce dictionnaire français-huron avait été composé par le Père Jean-Marie Chaumonot (Jésuite missionnaire des Hurons du Canada) circa 1663. »

Il est assez facile pour un historien de retracer la circulation de ce manuscrit. En effet, la note de Vincent n’est que la première d’une longue série : différentes personnes, experts et collectionneurs, y ont laissé leur trace.

Par exemple, le 10 septembre, un certain Gosselin, de l’Université Laval, confirma par écrit sous la note de Vincent que l’auteur du manuscrit serait effectivement le père Chaumonot.

L’histoire prend alors un tournant surprenant. Quelques mois plus tard, en février 1910, le dictionnaire était vendu aux enchères à Londres pour 190 livres ! Étrangement, en avril de la même année, il était de nouveau vendu, pour la modique somme de 60 livres cette fois.

Le manuscrit n’allait pas rester longtemps outre-Atlantique. En effet, son prochain propriétaire est une figure connue de l’histoire de Montréal : il s’agit du notaire, bibliophile et historien Victor Morin. Un journaliste anonyme écrivit un jour de Morin qu’il était prêt à payer « la forte somme pour des bouquins de cinq sous en invoquant l’unique raison qu’ils [étaient] "rarissimes" ou "introuvables" »… et il avait raison. Pour le dictionnaire français-huron, Morin a dépensé 6000 $, soit près de 140 000 $ en dollars actuel !

Mais en octobre 1929, c’est le krach. La crise économique qui suivit n’épargna pas Victor Morin, qui se vit obliger de vendre à New York plusieurs livres précieux de sa collection via l’American Art Association Anderson Galleries Inc. Le lot 170, le dictionnaire jésuite, fut acheté par Lathrop Colgate Harper, collectionneur et vendeur spécialisé dans les livres anciens concernant l’Amérique du Nord. Harper a aidé à bâtir la collection de plusieurs bibliothèques, en particulier celle de la John Carter Brown Library à Providence.

C’est semble-t-il à la demande de cette prestigieuse bibliothèque que Harper s’était rendu à la vente aux enchères à New York. En effet, peu après, le dictionnaire est entré dans la collection de la John Carter Brown Library et il y est toujours, sous la cote « Codex Ind 12 ».

Le parcours de ce dictionnaire français-huron peut sembler surprenant, mais il s’inscrit en fait dans une époque où plusieurs collectionneurs en Amérique cherchaient à acquérir des objets (outils, ceinture de wampum, armes, etc.), livres ou manuscrits autochtones, dont des dictionnaires. Une des raisons de cet intérêt de la part de riches hommes blancs (comme le fondateur du Musée McCord) était la croyance selon laquelle les cultures autochtones étaient appelées à s’éteindre et qu’il fallait en préserver les traces.

L’histoire du dictionnaire français-huron, malgré tous les détails que l’on peut tirer des différentes notes qu’il contient, comporte plusieurs blancs. Qui a amené le dictionnaire à Londres ? Comment a-t-il atterri dans la vaste collection de Victor Morin ? Le Dr Miller était-il vraiment un archiviste ? Comment et à quelle étape de ce parcours le manuscrit a-t-il été volé ? Dans quel but ? Pour connaître tous les détails, le mot de la fin de cette enquête et comment je l’ai résolue, je vous invite à visionner gratuitement ma conférence à ce sujet aux 4e Rendez-vous d’histoire de Québec à partir du 12 août 10 h 30.

 

du même auteur

Le 16 septembre 2021, les débatteurs de l'émission Foi et turbulences revenaient sur les impact des attentats du 11 septembre 2001 sur le monde religieux.
2021-09-17 14:04 || Québec Québec

Foi et turbulences - 16 septembre 2021

Le cardinal Gérald Lacroix dans la sacristie de la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré lors du Dimanche des Premières Nations le 27 juin 2021. L'auteure de cette lettre ouverte réagit aux propos du cardinal rapportés par Présence.
2021-07-01 11:34 || Canada Canada

LETTRE OUVERTE. Autochtones: la crise identitaire d’une ex-catholique

Une vigile se tenait le 7 juin 2021 à London (Ontario) sur le lieu de l'attaque à la voiture-bélier qui a tué plusieurs membres d'une même famille musulmane.
2021-06-30 16:14 || Monde Monde

LETTRE OUVERTE. Dépasser la haine

articles récents

« Bref, si les paroisses prennent vraiment acte des leçons de la pandémie, leur pastorale deviendra essentiellement hybride », écrit Jonathan Guilbault, éditeur de Novalis.
2021-08-31 16:36 || Québec Québec

LETTRE OUVERTE. Nos paroisses post-pandémie

Le cardinal Gérald Lacroix dans la sacristie de la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré lors du Dimanche des Premières Nations le 27 juin 2021. L'auteure de cette lettre ouverte réagit aux propos du cardinal rapportés par Présence.
2021-07-01 11:34 || Canada Canada

LETTRE OUVERTE. Autochtones: la crise identitaire d’une ex-catholique

Une vigile se tenait le 7 juin 2021 à London (Ontario) sur le lieu de l'attaque à la voiture-bélier qui a tué plusieurs membres d'une même famille musulmane.
2021-06-30 16:14 || Monde Monde

LETTRE OUVERTE. Dépasser la haine

 
 
 

À la une

En France, l'Église et le gouvernement s’affrontent sur la question de savoir si les prêtres devraient être tenus de signaler les abus commis sur des mineurs s'ils en ont eu connaissance lors du sacrement de la réconciliation.
2021-10-15 15:12 || Monde Monde

Secret de confession et primauté des lois françaises

La religieuse Mariette Milot est décédée le lundi 4 octobre 2021 à l'âge de 87 ans.
2021-10-12 17:06 || Québec Québec

Décès de Mariette Milot (1934-2021)

Le pape François dirige une réunion avec les représentants des conférences épiscopales du monde entier au Vatican, le 9 octobre 2021. Cette réunion a eu lieu alors que le Vatican lance le processus qui mènera à l'assemblée du Synode des évêques en 2023.
2021-10-12 14:23 || Vatican Vatican

Le synode, entre enthousiasme et lucidité