Pierre Leclerc

LETTRE OUVERTE. Un kairos pour une Église en sortie

«Cette crise est aussi un moment de l'histoire habité par une grâce cachée dans un nouvel «à venir» qui fait signe à une Église en confinement forcé et appelée à être en sortie vers le monde pour lui proposer des pistes d'espérance», écrit l'auteur.
«Cette crise est aussi un moment de l'histoire habité par une grâce cachée dans un nouvel «à venir» qui fait signe à une Église en confinement forcé et appelée à être en sortie vers le monde pour lui proposer des pistes d'espérance», écrit l'auteur.   (CNS photo/Deborah Cox, The Catholic Virginian)
2020-04-29 18:18 || Québec Québec

Une mission m'est confiée dès maintenant parce que j'ai reçu la lumière de l'espérance.
Mais seule mon action permettra à ce don rayonnant d'être un phare pour les blessés de l'indifférence.

- François Gervais. Oser la solidarité.

L'expression est sur toutes les lèvres: «crise du coronavirus.»

Indéniable et réelle, tant nos certitudes et habitudes en sont profondément bouleversées dans plusieurs facettes de notre vie personnelle et sociale, cette crise est aussi un moment de l'histoire habité par une grâce cachée dans un nouvel «à venir» qui fait signe à une Église en confinement forcé et appelée à être en sortie vers le monde pour lui proposer des pistes d'espérance.

Bien que le mot soit de nos jours utilisé pour une période de difficultés, le sens étymologique de «crise» est «décider», «faire un choix». C'est un phénomène qui se produit en de nombreux domaines et qui nécessite une gestion particulière, comme nous le constatons actuellement dans plusieurs sphères de l'activité humaine. Dans certains cas, elle peut même être bénéfique et entraîner un changement important.

Cette pandémie doit être un temps de kairos, affirmait Aloysius John, secrétaire général de Caritas Internationalis, dans L'Osservatore Romano du 14 avril dernier:

«Le monde ne pourra plus fonctionner comme il le faisait auparavant. À l’avenir, nous devrons orienter nos réflexions pour essayer d’être plus créatifs et maintenir l’élan de solidarité que nous avons connu lors du covid-19. Nous devons rechercher un nouvel ordre, économique et écologique, qui doit être intégral.»

Le terme kairos peut se traduire par «occasion», «moment propice, favorable». Dans l'Antiquité, il a d'abord été utilisé dans le domaine médical, chez les disciples d'Hippocrate, pour indiquer qu'il y a deux façons d'échouer dans le traitement d'une maladie: intervenir trop tôt ou trop tard, alors qu'il existe un temps opportun, la crise, pour soigner.

Cette crise du coronarivus laisse entrevoir une transformation profonde de toute la société québécoise dans une multitude de champs de l'activité socioéconomique: éducation, aînés, économie, travail, agriculture, environnement, urbanisme, communications, transport, santé, tourisme, sciences, etc.

Dans une perspective du salut chrétien, on peut y voir un signe, un appel à la conversion, individuelle et collective, à mettre en place un nouvel ordre du monde. On peut y voir une grâce.

Toute situation comporte une grâce divine, écrit Jean Richard (L'Horizon du croyant, Novalis, 1990, p. 80):

On ne doit pas dire que toute situation est grâce, au sens que toute situation nous serait directement donnée par Dieu comme une grâce. Il nous faut dire par contre que toute situation comporte une grâce. Et cela signifie qu'il nous faut voir Dieu présent dans la situation, plutôt que derrière la situation comme la cause derrière son effet. La grâce divine dans la situation, c'est d'abord le signe, l'appel qu'on peut lire et entendre dans cette situation, un signe et un appel qui nous indiquent la nouvelle orientation que doit prendre notre vie. Beaucoup plus cependant qu'un simple signe ou indication, la grâce divine présente dans la situation constitue la possibilité créatrice et la possibilité de salut que comporte toute situation, même la plus défavorable.

Pour l'Église universelle, le kairos se situe, et de façon claire, au niveau de sa contribution à l'avènement de structures sociales qui permettent le développement intégral dans la ligne droite du Royaume, inauguré par Jésus.

Les défis qui se présentent devant elle l'interpelle à dévoiler et proposer son riche enseignement social, mieux connu sous le vocable «Doctrine sociale de l'Église», qu'on qualifie souvent de «secret le mieux gardé de l'Église».

Toute l'actualité entourant la crise du coronavirus nous renvoient directement aux thèmes-clés centraux de cet enseignement (dignité de la personne, participation, bien commun, solidarité, subsidiarité, exercice de l'autorité, destination universelle des biens, option préférentielle pour les pauvres, etc.) et à sa méthode particulière d'action en matière de pastorale sociale (Voir-Juger-Agir).

Ce kairos vaut aussi pour l'Église du Québec.

En mai 2017, à Rome, le pape François a reçu les évêques du Québec pour faire le point sur la vie et la mission de l'Église dans leur diocèse. Transmission de la foi, rôle des laïcs et participation de l'Église dans les débats de société furent les dossiers que les évêques ont abordés, alors que les principales préoccupations exprimées par le pape étaient l'évangélisation et le besoin d'une implication complète des laïcs dans la mission de l'Église.

«Misez sur les les laïcs», leur a conseillé le pape.

Il aurait pu ajouter: «Misez sur l'enseignement social de l'Église, car c'est l'outil par excellence des laïcs pour la mission!»

Pour développer des pratiques ecclésiales incarnées et transformatrices des réalités sociales, économiques, culturelles et politiques du Québec, croyants et croyantes sont appelés à développer une meilleure compréhension de la foi chrétienne et à surmonter, dans l'Église, la méconnaissance du projet de Dieu dans la vie séculière, en valorisant son enseignement social.

En 1972, la Commission d'étude sur les laïcs et l'Église (Commission Dumont) avait déjà observé l'ampleur et l'urgence d'un problème d'incarnation:

«Le besoin majeur de la communauté chrétienne pourrait se formuler comme suit: elle doit se doter à tout prix d'instruments et de moyens de regroupements capables de favoriser efficacement une présence incarnée du christianisme au cœurs des activités courantes de la vie quotidienne, au cœur de la vie familiale, professionnelle, scientifique, économique, culturelle, sociale, politique, etc.».
 
Un outil précieux pour nous aider à effectuer le nouveau virage missionnaire dans sa dimension sociale a été produit en 2017 par le Conseil Église et société de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec.

Ce document, intitulé Une Église en sortie: la dimension sociale de l'évangélisation aujourd'hui, porte sur deux volets – la formation et le partenariat (avec les institutions du milieu) – et contient plusieurs recommandations utiles.

Le temps est venu de s'approprier et de vivre le contenu de ce document pastoral. Nos frères et sœurs nous attendent...

Pierre Leclerc
Membre du conseil diocésain de Saint-Jérôme
Développement et Paix

***

 


2 Commentaire(s)

Pierre Dufresne || 2020-05-22 11:07:32

Espérons-le que notre monde ne sera plus pareil une fois passé la pandémie. Nous sommes forcés d'arrêter l'activité économique en bien des aspects dont le tourisme et les voyages pour ne nommer que ceux-ci afin que nous prenions conscience qu'il n'y a pas que l'argent qui doit dominer .Ainsi,que des commerces ne peuvent pas opérer le dimanche nous fait réaliser le sens des relations humaines surtout que c'est le jour de la semaine où les chrétiens se rassemblent pour célébrer leur foi. À mon avis,il vaudrait bien mieux que l'on commence par ré-ouvrir nos lieux de culte d'abord avant de ré-ouvrir les commerces. Rappelons-nous que le coronavirus n'a pas besoin de mitraillettes ni de chars d'assaut pour tuer.On voit bien que ce n'est pas l'argent qui peut nous sauver même riches à millions. Il faudra bien remettre en question le modèle économique basé sur la mondialisation et la consommation illimitée. Pour ce qui est de l'implication des laïcs en Église,sachons qu'il est révolu le temps où tout reposait entre les mains du clergé;en tant que baptisés,nous avons tous une mission quelque soit notre état de vie.

COLETTE BISSON || 2020-04-29 19:41:13

Ces informations sont des plus importantes pour une église en sorties que toutes personnes engagées politiquement socialement ou dans la culture la science le bénévolat les affaires , le développement le climat la terre la santé ETC. VIVRE POUR TO PROCHAIN EN ÉTANT REMPLI D ÀMOUR DE DIEU.

 

du même auteur

Des infirmières portant un masque se tiennent devant une statue du pape Jean-Paul II à Wadowice, en Pologne, à l'occasion d'une cérémonie soulignant le 100e anniversaire de naissance du saint le 18 mai 2020.
2020-05-22 15:09 || Monde Monde

Photo du jour - 22 mai 2020

Des gens marchent dans la ville d'Idlib, en Syrie, le 18 avril 2020.
2020-05-20 16:38 || Monde Monde || Aucun commentaire

LETTRE OUVERTE. Soutenir d’autres travailleurs essentiels

Devant la COVID-19, l'auteur propose de «commencer à réfléchir à des gestes, à des lieux et à des temps de ritualisation, de guérison et d’apaisement».
2020-05-08 18:25 || Québec Québec || 7 Commentaire(s)

LETTRE OUVERTE. Un chantier de deuil collectif se dresse devant nous

articles récents

Des gens marchent dans la ville d'Idlib, en Syrie, le 18 avril 2020.
2020-05-20 16:38 || Monde Monde || Aucun commentaire

LETTRE OUVERTE. Soutenir d’autres travailleurs essentiels

Devant la COVID-19, l'auteur propose de «commencer à réfléchir à des gestes, à des lieux et à des temps de ritualisation, de guérison et d’apaisement».
2020-05-08 18:25 || Québec Québec || 7 Commentaire(s)

LETTRE OUVERTE. Un chantier de deuil collectif se dresse devant nous

«Elle ne se souciait ni de mon statut, ni de mon titre, ni même de ma façon de m’habiller. La seule chose qui l’intéressait était de sympathiser, de laisser parler son cœur», écrit l'auteur.
2020-04-07 15:58 || Monde Monde || 4 Commentaire(s)

LETTRE OUVERTE. La jeune fille de Gaza qui a touché mon cœur