Saga juridique de dix ans

Libérée, Asia Bibi retrouve sa famille au Canada

Les autorités pakistanaises ont libéré Asia Bibi (photographiée ici en 2010), une femme catholique acquittée du blasphème, qui s'est rendue au Canada par avion pour rejoindre sa famille à une adresse secrète.
Les autorités pakistanaises ont libéré Asia Bibi (photographiée ici en 2010), une femme catholique acquittée du blasphème, qui s'est rendue au Canada par avion pour rejoindre sa famille à une adresse secrète.   (CNS photo/Asad Karim, Reuters)
2019-05-08 11:32 || Monde Monde

Les autorités pakistanaises ont libéré Asia Bibi, une femme catholique acquittée du blasphème, qui s'est rendue au Canada par avion pour rejoindre sa famille à une adresse secrète.

Sa libération a été confirmée le 8 mai par Wilson Chowdhry de l’Association chrétienne pakistanaise britannique, qui entretenait des contacts presque quotidiens avec Ashiq Masih, le mari de Bibi.

Dans un communiqué envoyé par courrier électronique à l’agence Catholic News Service, Chowdhry, basé à Londres, a indiqué qu'un diplomate britannique avait confirmé le 8 mai que Bibi avait quitté son pays.

«Ashiq a toujours gardé l'espoir d'une libération imminente du Pakistan, et nous avons tous deux été renversés par le temps que cela a pris», a-t-il déclaré.

«Asia Bibi et Ashiq sont restés fermes dans leur foi et ont prié quotidiennement pour leur libération, et aujourd'hui, Dieu a répondu à leurs prières», a-t-il ajouté.

Chowdhry a déclaré que Bibi était «indisposée» après avoir été maintenue en isolement pendant près de dix ans.

«Elle doit être traitée avec le plus grand soin et recevoir les soins médicaux appropriés maintenant qu'elle est libre», a-t-il déclaré.

«Le gouvernement pakistanais doit veiller à ce qu'Asia et sa famille soient indemnisées pour la perte de leur liberté et pour la sécurité précaire qu'elles ont dû subir à cause d’eux», a-t-il poursuivi. «En outre, des mesures doivent être prises pour réformer ou abroger les fameuses lois pakistanaises relatives au blasphème.»

Saiful Malook, l'avocat qui la représentait à la Cour suprême du Pakistan, a aussi confirmé la libération de Bibi.

«Elle a retrouvé sa famille au Canada il y a plus de cinq heures», a-t-il déclaré à ucanews.com.

Saga juridique de dix ans

Bibi, une mère de cinq enfants, a été condamnée à la pendaison pour avoir prétendument insulté Mahomet, le fondateur de l'islam, en vertu de l'article 295C du Code pénal.

Employée sur une ferme, elle a été accusée de blasphème en juin 2009 à la suite d'un différend avec des collègues musulmans, qui s'opposaient à ce qu'elle boive dans un point d'eau ordinaire parce qu'elle est chrétienne. Bibi a toujours nié l'allégation.

Pour sa propre sécurité, elle était en isolement cellulaire depuis novembre 2010, date à laquelle elle a été condamnée. Pendant son incarcération, elle n'a vu le soleil que deux heures par mois.

Avant et après son acquittement, des extrémistes islamistes ont demandé avec insistance qu’elle soit pendue.

Les extrémistes ont également assassiné deux hauts responsables politiques qui ont défendu sa cause. Le gouverneur du Pendjab, Salmaan Taseer, a été assassiné en 2011 et le ministre des Minorités, Shahbaz Bhatti, un catholique, a été abattu deux mois plus tard.

Bibi a échoué dans son appel de 2016 contre le verdict de culpabilité prononcé par la Haute Cour du Pakistan. Mais en octobre 2018, elle a été exonérée par la Cour suprême.

Sa libération avait initialement été retardée par une requête déposée devant la Cour suprême par Tehreek-e-Labbaik, un groupe extrémiste lié aux Talibans.

La requête a été rejetée en janvier, mais la famille de Bibi a été obligée d'attendre trois mois avant que les autorités ne la libèrent.

Des informations parues dans les médias britanniques ont imputé le retard à la réticence de l'armée pakistanaise à accepter cette libération, craignant qu'elle ne critique publiquement son traitement.

Paul Coleman, d’ADF International, une organisation de défense des droits religieux qui a plaidé en faveur de la libération de Bibi aux États-Unis, s'est dit ravi qu'elle soit libre.

«Malheureusement, le cas d'Asia Bibi n'est pas un incident isolé mais témoigne du sort tragique que vivent de nombreux chrétiens et autres minorités religieuses au Pakistan aujourd'hui», a-t-il déclaré.

«Alors que le droit à la liberté de religion est protégé par la constitution pakistanaise, beaucoup doivent faire face à de graves persécutions et à la négation de leurs droits fondamentaux à la liberté d'expression et de réunion», a-t-il déclaré.

«Les lois sur le blasphème violent directement le droit international», a-t-il ajouté. «Tous les peuples ont le droit de choisir et de vivre librement leur foi. Nous exhortons donc tous les gouvernements à faire respecter ce droit en cessant de les appliquer et en abrogeant leurs lois sur le blasphème.»

Simon Caldwell

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Le cardinal Antonio Cañizares Llovera (photo) de Valence a déclaré que le gouvernement était devenu l'ennemi de la société au lieu d'être son protecteur.
2020-09-17 15:01 || Monde Monde

Les évêques espagnols fustigent le projet de loi sur l'aide à mourir

Des jeunes manifestent contre la brutalité policière à Bogota, en Colombie, le 13 septembre 2020.
2020-09-14 16:00 || Monde Monde

Violences policières en Colombie: calme et justice souhaités

Une nouvelle loi oblige les prêtres de l'État du Queensland, en Australie, à violer le secret de la confession pour signaler à la police les abus sexuels sur des enfants, sous peine de trois ans de prison.
2020-09-08 17:11 || Monde Monde

Une loi australienne pour obliger les prêtres à briser le secret de la confession

articles récents

L’ancien directeur général de la Mutuelle d'assurance en Église, Sylvain Beaulieu, conteste son congédiement et souhaite que le Tribunal administratif du travail lui accorde le droit de réintégrer ses fonctions.
2020-08-31 17:13 || Québec Québec

La bisbille à la Mutuelle d’assurance en Église devant le Tribunal administratif du travail

Les négociations pour en arriver à un règlement dans le dossier des personnes abusées par des oblats seraient terminées, indique l'avocat des victimes. Le supérieur provincial de la congrégation religieuse réplique que les oblats sont «toujours déterminés» à trouver une entente.
2020-08-24 21:02 || Québec Québec

Abus sexuels: encore loin d'un règlement hors cour pour les oblats

Au tour de l'archidiocèse de Québec d'être visé par une demande d'action collective déposée le vendredi 21 août au palais de justice de Québec.
2020-08-21 14:33 || Québec Québec

Demande d'action collective contre l'archidiocèse de Québec