Deux poids, deux mesures?

Lieux de culte: la limite passe de 250 à 50 personnes et moins

Le ministre Christian Dubé a surpris bien des leaders religieux du Québec en annonçant dimanche que le nombre maximum de personnes autorisées à participer à un événement qui se déroule dans un lieu de culte passait, dans toutes les régions du Québec, de 250 à 50 dès le 21 septembre.
Le ministre Christian Dubé a surpris bien des leaders religieux du Québec en annonçant dimanche que le nombre maximum de personnes autorisées à participer à un événement qui se déroule dans un lieu de culte passait, dans toutes les régions du Québec, de 250 à 50 dès le 21 septembre.   (Tirée d'une diffusion de l'Assemblée nationale du Québec)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-09-21 08:49 || Québec Québec

Le ministre Christian Dubé a surpris bien des leaders religieux en annonçant dimanche que le nombre maximum de personnes autorisées à participer à un événement qui se déroule dans un lieu de culte passait, dans toutes les régions du Québec, de 250 à 50 dès le 21 septembre.

Le dimanche 20 septembre 2020, le ministre de la Santé et des Services sociaux a déclaré que les autorités sanitaires québécoises ont dû, en raison de la progression de la contagion, «ajuster de façon permanente, sans égard au palier d'alerte» une mesure précédemment adoptée.

«Pour les rassemblements qui ont lieu dans des salles louées, les lieux de culte, les événements festifs, les mariages, les BBQ, les pique-niques, ce sera maintenant un maximum de 50 personnes», a-t-il déclaré dimanche soir lors d'une conférence de presse tenue à Montréal.

«Les enquêtes épidémiologiques ont démontré que les éclosions sont plus particulièrement liées à des rassemblements», a précisé ensuite, par voie de communiqué, le ministère de la Santé et des Services sociaux. C'est pour «protéger la population» que la santé publique «recommande de resserrer les règles liées aux rassemblements».

«Le nombre limite de personnes dans une salle où est permis la vente ou le service de boissons alcooliques ou dans une salle où se tient tout événement ou toute réception sera dorénavant de 50 personnes plutôt que de 250.»

«Cette règle entre en vigueur dès 00 h 01 dans l'ensemble des régions se trouvant dans les paliers vert ou jaune», indique-t-on.

Hier soir, le ministre Dubé a aussi annoncé que les régions de Montréal et de la Chaudière-Appalaches, ainsi qu'une portion de la région de la Capitale-Nationale passaient au palier orange. Dans ces régions, les lieux de culte ne peuvent plus accueillir que 25 personnes. Cette mesure sera modifiée lorsque ces régions passeront de l'orange au jaune.

Incompréhension

Pierre Goudreault, l'évêque de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, a vivement réagi à cette décision gouvernementale. Il a accueilli cette annonce avec «incompréhension, déception et indignation», a-t-il déclaré lundi matin dans sa page Fecebook.

«Je tiens à rappeler qu'aucun foyer d'éclosion du coronavirus n'est survenu à partir d'une église catholique. Pourquoi y restreindre les rassemblements alors que les participants et participantes aux messes sont exemplaires dans leur manière de respecter et de mettre en pratique les mesures sanitaires?»

L'évêque ne comprend tout simplement pas que le ministre Dubé ait déclaré hier soir que les «lieux où les personnes sont assises comme les salles de spectacle, les cinémas et les théâtres peuvent continuer à accueillir jusqu'à 250 personnes».

«Y a-t-il un plus grand danger de contagion dans les églises que dans les salles de cinéma et les salles de spectacle? À mon avis, non», estime Mgr Goudreault. «C'est donc deux poids, deux mesures.»

«C'est un réel gâchis», a réagi hier soir Alain Picard, conseiller en communications du Conseil des juifs hassidiques du Québec.

La nouvelle mesure gouvernementale annoncée par le ministre Christian Dubé montre à l'évidence que «l’incompréhension entre les autorités sanitaires et le monde religieux est totale».

Il estime qu'une «meilleure cohésion entre ces deux mondes aurait pu assurer la cohésion sociale dont nous avons éminemment besoin pour passer à travers cette crise». Dorénavant, «on ajoute une crise existentielle à une crise sanitaire», déplore-t-il

«Les quelques conversations que j’ai pu avoir avec des responsables des communautés laissent clairement entendre qu’il y aura désobéissance civile», a indiqué Alain Picard dimanche soir.

***

 

 

du même auteur

Dans son rapport annuel qui détaille les nombreuses violations des droits humains dans le monde, Amnistie internationale évoque la loi québécoise sur la laïcité qui interdit des signes religieux dans certains contextes.
2021-04-15 16:39 || Monde Monde

Amnistie internationale critique la Loi sur la laïcité de l'État

Le vicaire général du diocèse de Saint-Jean-Longueuil connaît quelques-uns des sept religieux qui ont été enlevés le dimanche 11 avril à la Croix-des-Bouquets, en périphérie de Port-au-Prince, alors qu’ils se rendaient à l’installation du nouveau curé de la paroisse de Galette-Chambon dans la commun
2021-04-15 11:29 || Monde Monde

«C'est tous les jours que l'on kidnappe des gens en Haïti»

Simon Lepage-Fournier, en 2019, lors de la manifestation pour le climat à laquelle participait la militante Greta Thunberg.
2021-04-13 15:57 || Canada Canada

Après la crise, à nous de faire les bons choix, dit Simon Lepage-Fournier

articles récents

Dans son rapport annuel qui détaille les nombreuses violations des droits humains dans le monde, Amnistie internationale évoque la loi québécoise sur la laïcité qui interdit des signes religieux dans certains contextes.
2021-04-15 16:39 || Monde Monde

Amnistie internationale critique la Loi sur la laïcité de l'État

Le vicaire général du diocèse de Saint-Jean-Longueuil connaît quelques-uns des sept religieux qui ont été enlevés le dimanche 11 avril à la Croix-des-Bouquets, en périphérie de Port-au-Prince, alors qu’ils se rendaient à l’installation du nouveau curé de la paroisse de Galette-Chambon dans la commun
2021-04-15 11:29 || Monde Monde

«C'est tous les jours que l'on kidnappe des gens en Haïti»

Le gouvernement et les autorités sanitaires québécoises se sont ravisées. À partir de ce vendredi 26 mars, ce ne sont pas 25 ou 50 personnes qui pourront entrer dans un lieu de culte mais bien un maximum de 250 personnes.
2021-03-26 08:43 || Québec Québec

250 personnes maximum par lieu de culte au Québec