COVID-19

Lieux de culte: limites «draconiennes» à San Francisco

Plus de 1000 catholiques ont participé à la manifestation «Libérez la messe» de l'archidiocèse de San Francisco le 20 septembre 2020.
Plus de 1000 catholiques ont participé à la manifestation «Libérez la messe» de l'archidiocèse de San Francisco le 20 septembre 2020.   (CNS photo/Dennis Callahan, Archdiocese of San Francisco)
2020-09-29 10:23 || Monde Monde

L'archevêque Salvatore J. Cordileone de San Francisco a remercié le ministère américain de la Justice pour sa lettre de trois pages envoyée le 25 septembre au maire de London Breed, lui demandant de mettre «rapidement» fin aux mesures perçues comme discriminatoires contre les croyants en assouplissant les restrictions sévères de la ville sur les lieux de culte.

«Je suis très reconnaissant au ministère de la Justice pour cette lettre appelant le maire London Breed à cesser de violer les droits civils des catholiques et des autres croyants à San Francisco», a déclaré l'archevêque dans un communiqué.

«Les catholiques de San Francisco souffrent patiemment de l'injustice depuis des mois. Enfin, une autorité légale compétente conteste les règles absurdes de la ville, qui n'ont aucun fondement scientifique, mais qui sont fondées sur l'hostilité à la religion et surtout à l'Église catholique», a-t-il déclaré.

L'assistant du procureur général Eric Dreiband, de la division des droits civils du ministère américain de la Justice, a déclaré à Breed que «le traitement des lieux de culte à San Francisco soulève de sérieuses inquiétudes quant à la liberté religieuse».

«En particulier, la limitation du culte en salle à un seul fidèle sans tenir compte de la taille du lieu de culte», a-t-il déclaré, «est draconienne, en décalage avec le traitement réservé à d'autres activités similaires en salle à San Francisco, en totale contradiction avec la conception traditionnelle de la liberté religieuse de cette nation, et peut violer le premier amendement de la Constitution».

Il a reconnu que Breed et les autres responsables de la ville, y compris les responsables de la santé, «ont le devoir de protéger la santé et la sécurité des habitants de San Francisco face à la pandémie mondiale de COVID-19».

«Dans des circonstances urgentes, la Constitution permet certaines restrictions temporaires de nos libertés qui ne seraient pas tolérées dans des circonstances normales», a écrit M. Dreiband.

Actuellement, dit-il, la ville n'autorise qu'«un seul membre du public [à] entrer dans le lieu de culte à la fois», quelle que soit la taille de ce lieu de culte, comme la cathédrale Sainte-Marie-de-l'Assomption de San Francisco, qui peut accueillir plus de 2 400 fidèles, et le Temple Sherith Israël, qui peut accueillir 1 400 personnes.

Dreiband a également noté que l'objectif de la ville est d'augmenter la fréquentation intérieure des lieux de culte à 25% de leur capacité jusqu'à un maximum de 25 personnes d'ici la fin septembre.

«Cela constituerait une amélioration par rapport à la situation actuelle, mais continuerait à peser lourdement et inutilement sur l'exercice du culte, y compris pour les lieux de culte de grande capacité et offrant la possibilité de protocoles de distanciation sociale appropriés», a-t-il déclaré.

Ces règles «sont clairement discriminatoires à l'égard des personnes croyantes et de leur capacité à se rassembler et à pratiquer leur foi dans les églises, les synagogues, les mosquées et autres lieux de culte», a-t-il déclaré, car la ville n'applique pas les mêmes règles aux prestataires de services personnels, tels que les salons de coiffure, les salons de manucure, les salons de massage ou de tatouage, les grands magasins et autres commerces de détail.

«Nous demandons respectueusement à la ville de modifier rapidement ses normes actuelles pour les rendre conformes à la Constitution et aux meilleures traditions de notre nation en matière de libre exercice du culte. Cela permettra à tous les San-Franciscains religieux de se rassembler et de pratiquer leur foi dans le respect des limites appropriées de la santé publique», a déclaré M. Dreiband.

«Le ministère de la Justice examine ses options et pourrait prendre d'autres mesures, le cas échéant, pour protéger les droits à la liberté religieuse des habitants de San Francisco. Je vous remercie de l'attention que vous portez à cette question», a-t-il déclaré.

Le 20 septembre, l'archevêque Cordileone a déclaré à des centaines de catholiques rassemblés près de l'hôtel de ville que «c'est à cause de notre foi catholique que nous sommes mis au bout du rouleau» par les autorités municipales en promulguant ce qui pourrait être la plus sévère des restrictions pandémiques du pays sur le culte religieux.

«La ville continue d'imposer des restrictions irréalistes et étouffantes à notre droit naturel et constitutionnel au culte. Cette discrimination délibérée nous affecte tous», a-t-il déclaré. «Oui, la discrimination, car il n'y a pas d'autre mot pour la désigner.»

Il a fait ces commentaires dans une homélie lors d'une messe qui a suivi des processions eucharistiques sur une place près de l'hôtel de ville de San Francisco. Plus de 1000 catholiques ont participé à la manifestation «Libérez la messe» de l'archidiocèse et aux messes en plein air.

***

 

 

du même auteur

Interrogé par le Corriere della Sera, le pape retraité Benoît XVI, aujourd'hui âgé de 94 ans, affirme que la renonciation à la papauté était la bonne décision.
2021-03-02 14:50 || Vatican Vatican

Benoît XVI commente sa renonciation et le voyage de François en Irak

Beate Gilles, une théologienne de 50 ans, devient la première femme à diriger le secrétariat des évêques. Son mandat débutera le 1er juillet 2021. Son élection survient alors que l'Église allemande est à nouveau plongée dans la tourmente sur la question des abus sexuels.
2021-02-26 16:33 || Monde Monde

Une femme élue secrétaire générale des évêques allemands

L'organisation caritative internationale catholique Aide à l'Église en détresse (AED) a déclaré qu'elle trouvait «très plausible» l'affirmation d'une ancienne employée selon laquelle le père Werenfried van Straaten, son fondateur, l'avait agressée sexuellement dans les années 1970.
2021-02-13 09:00 || Monde Monde

Le fondateur de l'Aide à l'Église en détresse accusé d'agression sexuelle

articles récents

«Il est inacceptable que des rassemblements soient autorisés dans des salles de cinéma pour un maximum de 250 personnes, alors que les lieux de culte sont limités à 10 personnes dans les zones rouges», martèle la Table interreligieuse de concertation dans un nouveau communiqué.
2021-02-23 07:42 || Québec Québec

Lieux de culte: au tour de la Table de réclamer la capacité de 30 %

Le cardinal Lacroix demande aux catholiques de ne pas «demeurer silencieux devant les décisions prises par les autorités» et les encourage à «faire connaître leurs préoccupations et leurs questionnements aux élus qui les représentent et aux personnes responsables».
2021-02-22 14:12 || Québec Québec

Lieux de culte: nouvelles pressions catholiques sur le gouvernement

En zone orange, 25 personnes pourront être accueillies dans un lieu de culte. La limite de 10 est maintenue pour les zones rouges.
2021-02-02 19:19 || Québec Québec

Zones oranges: jusqu'à 25 personnes pour les lieux de culte