Élections en République démocratique du Congo

Les évêques doutent de la victoire de Tshisekedi

Des partisans de Félix Tshisekedi celèbrent dans les rues de Kinshasa le 10 janvier 2019.
Des partisans de Félix Tshisekedi celèbrent dans les rues de Kinshasa le 10 janvier 2019.   (CNS photo/Baz Ratner, Reuters)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-01-11 16:11 || Monde Monde

«Les Congolais savent bien pour qui ils ont voté le 30 décembre. Aujourd'hui, ils doivent se dire qu'ils se sont fait voler.»

Chargé de programme à Développement et Paix, Serge Blais hoche la tête devant les résultats provisoires de l’élection présidentielle tenue le 30 décembre 2018 en République démocratique du Congo (RDC).

Hier, le jeudi 10 janvier,  la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a annoncé que Félix Tshisekedi est arrivé en tête de l’élection présidentielle, devançant ses deux rivaux les plus importants, Martin Fayulu et Emmanuel Ramazani Shadary. Sept millions de Congolais auraient voté en faveur du candidat Tshisekedi alors que le candidat Fayulu aurait obtenu 6,3 millions de votes.

Les résultats des élections ont rapidement été mis en doute par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).

«Nous constatons que les résultats de l’élection présidentielle tels que publiés par la CENI ne correspondent pas aux données collectées par notre mission d’observation à partir des bureaux de vote et de dépouillement», ont déclaré les évêques congolais.

Serge Blais explique que Développement et Paix appuie en RDC un programme bilatéral d'éducation civique. Avec l'appui du gouvernement canadien et en partenariat avec la CENCO, «nous avons organisé des activités de sensibilisation avant le scrutin de décembre et nous avons participé à la mission d'observation des élections».

«Les résultats annoncés par la proclamation officielle ne correspondent pas du tout aux chiffres rapportés par les 40 000 membres de la mission d'observation», dit-il.

Des résultats qui désolent le chargé de programme qui était encore en RDC dix jours avant la tenue du scrutin.

«Ce qui est encore plus déprimant, c'est qu'on a mis sur pied une équipe de 10 000 animateurs et animatrices qui ont réalisé quatre campagnes de sensibilisation ces deux dernières années et qui ont rejoint 18 millions de Congolais lors de 800 000 petites séances dans les villes et villages du pays.»

«Le jour du vote, malgré une situation cacophonique, les Congolais ont voté dans le calme parce qu'ls voulaient des changements», assure-t-il.

«Les gens ont adopté des comportements citoyens responsables et pacifiques. Que ça se termine comme cela, c'est décourageant.»

Devant le Conseil de sécurité

Un représentant de la conférence épiscopale de la RDC a témoigné vendredi devant les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Un compte rendu publié par le Conseil de sécurité explique que le représentant de la CENCO a demandé la «publication des procès-verbaux pour chaque bureau de vote, afin que soient comparées les données des candidats avec celles de la CENI, et afin de lever tout doute et apaiser les esprits».

Le gouvernement canadien a réagi jeudi aux résultats provisoires. «Le Canada s’attend à ce que le choix exprimé par les Congolais à cette occasion soit respecté», indique un communiqué d'Affaires mondiales Canada.

«Le Canada espère que la situation demeurera calme et appelle les représentants politiques, ainsi que les différentes parties impliquées à régler tous points contentieux dans la paix et le respect des institutions.»

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Un blessé est amené dans une ambulance après l'attentat visant la mosquée Al Noor à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le 15 mars 2019.
2019-03-15 13:46 || Canada Canada

Leaders politiques et religieux canadiens condamnent les attentats de Christchurch

Le centre Fundación ERIC et la station radiophonique Radio Progreso, deux organismes du Honduras dirigés par le jésuite Ismaël Moreno, mieux connu sous le nom de Padre Melo (photo), font partie des organismes que Développement et Paix a décidé de ne plus financer en 2018.
2019-03-13 16:08 || Canada Canada

Les jésuites canadiens agacés par une décision de Développement et Paix

Prédicateur recherché et auteur prolifique, l'abbé Gérard Marier est décédé le vendredi 8 mars 2019 à l’hôtel-Dieu d’Arthabaska de Victoriaville.
2019-03-11 15:18 || Québec Québec

Décès de l'abbé Gérard Marier

articles récents

Le gouvernement du Québec devrait déposer ce printemps un projet de loi pour encadrer le port de signes religieux chez certains employés de l'État.
2019-03-13 16:15 || Québec Québec

Enseignantes voilées: Québec se trompe de cible, disent les évêques

Le centre Fundación ERIC et la station radiophonique Radio Progreso, deux organismes du Honduras dirigés par le jésuite Ismaël Moreno, mieux connu sous le nom de Padre Melo (photo), font partie des organismes que Développement et Paix a décidé de ne plus financer en 2018.
2019-03-13 16:08 || Canada Canada

Les jésuites canadiens agacés par une décision de Développement et Paix

Le premier ministre François Legault (photographié ici en janvier 2019) estime que le cours Éthique et culture religieuse (ECR) «doit être complètement revu».
2019-02-27 14:09 || Québec Québec

Legault: le cours ECR «doit être complètement revu»