Après deux mois de fermeture

Réouverture de la Librairie Paulines de Montréal

La Librairie Paulines de Montréal, rue Masson.
La Librairie Paulines de Montréal, rue Masson.   (Archives Présence/F. Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-05-27 00:01 || Québec Québec

Fermée depuis deux mois en raison de la COVID-19, la Librairie Paulines de Montréal a ouvert le 25 mai 2020 ses portes, comme bien d'autres commerces montréalais.

«Quelle journée. Il y a eu constamment des gens à l'intérieur de la librairie», indiquait lundi soir la libraire Jeanne Lemire. «Pour nous, c'était comme une journée du mois de décembre.»

«Quinze minutes avant l'ouverture des portes, il y avait déjà des clients», ajoute Pierre Ménard, responsable des événements et de l'animation à cette librairie spécialisée dans le livre religieux. «Tous et toutes à deux mètres de distance», s'empresse-t-il d'ajouter.

«ll y avait de l'effervescence à l'ouverture, mais aussi durant toute la journée. Les gens étaient visiblement heureux de pouvoir de nouveau bouquiner.» Les dix membres du personnel présents ont «reconnu plusieurs habitués» parmi ceux et celles qui s'y sont présentés.

«Une journée conviviale, dit Pierre Ménard, dans la bonne humeur et dans le respect des consignes en vigueur.»

Ces consignes, elles étaient nombreuses. Quelques jours avant l'ouverture, un courriel a même été acheminé à la clientèle de la librairie. On lui expliquait qu'il était préférable de porter un masque et de payer avec une carte de crédit. On demandait aussi aux clients de se désinfecter les mains à l'entrée, de toujours respecter la distance de deux mètres entre les personnes, et de «déposer tout livre touché sur une table prévue à cet effet».

Tout livre touché, mais non acheté, se retrouve ainsi en quarantaine. Pour éviter que trop de bouquins ne soient retirés des étagères, les employés ont accompagné les clients jusqu'aux livres qu'ils recherchaient.

D'autres clients ont préféré s'informer de la disponibilité d'un ouvrage par téléphone avant de se présenter à la librairie de la rue Masson. «On a bien eu une centaine d'appels lundi», explique la libraire Jeanne Lemire, attitrée ce jour-là aux commandes par téléphone.

«Les gens attendaient l'ouverture de la librairie depuis un bon moment», ont confié plusieurs clients à cette religieuse de la congrégation des Filles de Saint-Paul, qui a passé une bonne partie de la journée chez elle plutôt qu'à la librairie.

C'est que sœur Lemire a été soignée l'an dernier pour un cancer. «Je n'ai plus un bon système immunitaire», dit-elle. «Je demeure une personne vulnérable. S'il fallait que j'attrape ce virus, je me m'en sortirais pas, me répète régulièrement mon oncologue.»

Virus ou non, elle confie se rendre tôt le matin à la librairie, sans rencontrer la clientèle, puis quitter vers sa résidence. En télétravail, elle veille à l'administration de l'entreprise - «même si nos portes étaient fermées, il y a des fournisseurs à payer». Elle commande les nouveautés aux éditeurs, eux aussi en pause depuis deux mois, et assure qu'il «y aura beaucoup de nouveaux titres cette semaine, plus encore la semaine prochaine». Enfin elle voit à ce que les commandes par la poste arrivent rapidement chez les clients. Même si «Postes Canada est débordé», déplore la libraire.

«On a la chance d'avoir une grande librairie. Et une très belle librairie», dit-elle. C'est précisément ces qualités qu'apprécient les voisins du quartier et les habitués qui s'y sont présentés lundi, après deux longs mois d'absence.

«Au-delà de l'aspect commercial, les gens ont vécu lundi des retrouvailles. Ils avaient hâte de reprendre contact avec le livre ainsi qu'avec leur milieu, leur quartier», observe Pierre Ménard.

De son côté, la Librairie Paulines de Trois-Rivières a ouvert ses portes il y a trois semaines.

***

 

 

du même auteur

L'homme de 28 ans qui a peint des croix gammées sur les portes de la synagogue Shaar Hashomayim, située à Westmount, a rapidement été maîtrisé par les gardiens de sécurité de ce lieu de culte puis remis aux forces policières.
2021-01-14 07:52 || Québec Québec

Des croix gammées peintes sur les portes d'une synagogue de Westmount

Deux professeurs de l'Institut de pastorale des dominicains ont remis leur démission à la fin du mois de décembre, vient d'indiquer le frère Daniel Cadrin, un professeur de longue date auprès de ce centre de formation universitaire de Montréal.
2021-01-12 16:32 || Québec Québec

D'autres professeurs quittent l'Institut de pastorale des Dominicains

L'église catholique romaine Saint-Benoît-Abbé de Québec à l'automne 2020. La fermeture de tous les lieux de culte jusqu'au 8 février est une atteinte aux droits des fidèles catholiques, estiment les leaders de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X.
2021-01-12 10:31 || Québec Québec

Fermeture des lieux de culte: appuis et dissidences

articles récents

L'auteur du Franc-parler du Vieux Médée, Paul Desaulniers, un père de la congrégation des Missionnaires du Sacré-Cœur, est décédé le 11 novembre 2020, à l’âge de 80 ans.
2020-11-24 19:13 || Québec Québec

Le rédacteur du Franc-parler du Vieux Médée est décédé

Après des mois d’incertitude, la librairie Médiaspaul de Québec a pu rouvrir le mardi 8 septembre dans ses nouveaux locaux situés au Montmartre canadien, à Sillery. La libraire Marie-Emmanuelle Sigier se réjouit à l’idée de ce «nouveau départ», dans un contexte où rien n’en garantissait l’avenir.
2020-09-09 17:19 || Québec Québec

Un nouveau départ pour la librairie Médiaspaul de Québec

Sœur Jeanne Lemire, libraire.
2020-06-26 09:14 || Québec Québec

Bible, recherche de sens et best-sellers