Nouvel emplacement

Un nouveau départ pour la librairie Médiaspaul de Québec

Après des mois d’incertitude, la librairie Médiaspaul de Québec a pu rouvrir le mardi 8 septembre dans ses nouveaux locaux situés au Montmartre canadien, à Sillery. La libraire Marie-Emmanuelle Sigier se réjouit à l’idée de ce «nouveau départ», dans un contexte où rien n’en garantissait l’avenir.
Après des mois d’incertitude, la librairie Médiaspaul de Québec a pu rouvrir le mardi 8 septembre dans ses nouveaux locaux situés au Montmartre canadien, à Sillery. La libraire Marie-Emmanuelle Sigier se réjouit à l’idée de ce «nouveau départ», dans un contexte où rien n’en garantissait l’avenir.   (Courtoisie Médiaspaul/Bénédicte Lasselin)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2020-09-09 17:19 || Québec Québec

Après des mois d’incertitude, la librairie Médiaspaul de Québec a pu rouvrir le mardi 8 septembre dans ses nouveaux locaux situés au Montmartre canadien, à Sillery. La libraire Marie-Emmanuelle Sigier se réjouit à l’idée de ce «nouveau départ», dans un contexte où rien n’en garantissait l’avenir.

La librairie en est à son quatrième emplacement à Québec. Elle vient de passer les 25 dernières années dans le bâtiment qui abrite des bureaux de l’archidiocèse de Québec. Autrefois connue sous le nom de librairie Anne Sigier, elle a été acquise par les éditions Médiaspaul en 2009.

«En mars, nous avons fermé comme tout le monde. On pensait rouvrir en mai. Sauf que les bureaux du diocèse n’ont pas rouvert avant la mi-août», explique Mme Sigier qui, pendant cette période, ne pouvait que difficilement accéder à la librairie. Quant au retour des clients, c’était l’incertitude totale.

Un espace disponible au Montmartre canadien, quelques kilomètres plus loin, a pavé la voie au changement. Le déménagement s’est fait en à peine deux semaines et demie.

«C’est plus petit, mais tout rentre!», se réjouit celle qui travaille pour cette librairie depuis 1978.

Depuis deux ans, la librairie connaissait une situation financière difficile. Le déménagement permettra de payer un loyer moins élevé. Mme Sigier se retrouve toutefois seule, alors que la librairie comptait auparavant sur une équipe de quelques personnes.

Un loyer moins cher et un seul salaire: cela doit permettre pour le moment de sauver la plus grande librairie religieuse à desservir tout l’est du Québec.

«Nous aurions fermé sans ce nouveau local», dit-elle.

La libraire entend désormais se spécialiser encore plus dans le livre religieux, où elle continue de se démarquer. Les achats à distance et les envois postaux seront aussi vraisemblablement appelés à occuper un espace croissant au sein du modèle d’affaires.

Une «renaissance»

Le directeur commercial/communication pour Médiaspaul au Québec, Denis Guérin, estime que ce changement était devenu inévitable dans le contexte de la COVID-19. Alors que les librairies Médiaspaul de Montréal et de Sherbrooke ont pu rouvrir au printemps, celle de Québec restait dans les limbes en raison de sa situation particulière dans un édifice diocésain.

«C’était difficile d’obtenir des réponses claires. Il était interdit d’y entrer, ne serait-ce que pour avoir accès à nos bureaux. C’était devenu n’importe quoi», regrette-t-il. Devant ce manque d’indépendance, dit-il, il n’y aura «même pas de deuil à faire».

«En juillet, nous voulions des réponses. Pour nous, la situation devenait dramatique. En juillet et août, nous avons fait les boîtes. Puis nous avons mis fin au contrat. On se quitte en bon termes, mais il le fallait», précise-t-il.

Car M. Guérin se montre très optimiste envers le nouvel emplacement, évoquant une «renaissance» et une excellente collaboration avec les assomptionnistes qui gèrent le Montmartre.

La relation était déjà bien établie entre Médiaspaul et le Montmartre. La librairie participait à divers événements de la programmation du Montmartre, dont les Assises de spiritualité qui se tiennent une fois aux deux ans.

Le quartier compte beaucoup de résidences pour personnes âgées et la clientèle diocésaine reste tout de même à proximité. La vue sur le fleuve et les vastes jardins des assomptionnistes donnent à l’endroit un caractère paisible.

«Je crois que nous irons chercher une nouvelle clientèle», avance Mme Sigier.

Les livres sont d’emblée accessibles en boutique. Les objets – dont des chapelets, médailles et crèches – seront ajoutés dans un local adjacent sous peu.

Réactions

Le directeur du programme de conférences au Centre culture et foi du Montmartre, le père assomptionniste Édouard Shatov, voit l’arrivée de la librairie d’un très bon œil.

«J’espère que cela permettra une synergie de vision et la possibilité de collaborations entre le Centre, la librairie et l’éditeur en général», affirme-t-il, vantant un endroit «très convivial».

Du côté de l’archidiocèse de Québec, on se montre compréhensif.

«Nous comprenons bien les raisons de leur relocalisation, assure Valérie Roberge-Dion, directrice des communications. Mais la librairie et son équipe merveilleuse vont beaucoup nous manquer!»

Les anciens locaux, situés au rez-de-chaussée, vis-à-vis l’entrée principale du bâtiment du boulevard René-Lévesque, seront temporairement transformés en studio pour l’équipe de la webtélé diocésaine. À long terme, cet espace serait appelé à devenir une salle d’accueil polyvalente.

La librairie Médiaspaul est ouverte de 10 h à midi, de 12 h 30 à 16 h 30. Sa nouvelle adresse est le 1669, chemin Saint-Louis, porte 3.

***

 

 

du même auteur

Julie Breton, qui enseigne le cours Éthique et culture religieuse au secondaire, a puisé dans ses valeurs personnelles pour créer le groupe Facebook «J'ai eu la COVID» qui comprend près de 8000 membres.
2020-11-29 18:05 || Québec Québec

Les choix éthiques de l'enseignante derrière «J'ai eu la COVID»

Lyne Robichaud sauve des statues religieuses appartenant à des particuliers et les restaure. Un passe-temps qui l’amène à réfléchir sur notre rapport à ces objets de piété qui finissent trop souvent à la poubelle.
2020-11-26 14:15 || Québec Québec

Une autodidacte sauve des statues religieuses

Bibliste féru de musique rock et heavy metal, Francis Daoust est directeur général de la Société catholique de la Bible (SOCABI). Il prépare un livre qui portera sur la figure du diable dans l’Ancien Testament.
2020-10-27 09:57 || Monde Monde

Diable! Ce que ses représentations populaires doivent à la Bible

articles récents

L'auteur du Franc-parler du Vieux Médée, Paul Desaulniers, un père de la congrégation des Missionnaires du Sacré-Cœur, est décédé le 11 novembre 2020, à l’âge de 80 ans.
2020-11-24 19:13 || Québec Québec

Le rédacteur du Franc-parler du Vieux Médée est décédé

Sœur Jeanne Lemire, libraire.
2020-06-26 09:14 || Québec Québec

Bible, recherche de sens et best-sellers

La COVID-19 fait une autre victime dans les rangs des catholiques. Imprimerie Limoilou, l'imprimeur des bulletins de près de 350 paroisses, ferme ses portes.
2020-06-19 07:28 || Québec Québec

Un important imprimeur de bulletins paroissiaux ferme ses portes