Aide médicale à mourir et soins palliatifs

Déclaration officielle de dirigeants religieux

  (Compte Twitter de la CECC)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2015-10-30 18:44 || Canada Canada

«Les seules façons d’aider les gens à vivre et à mourir dans la dignité consistent à veiller à ce qu’ils soient entourés d’amour et de sollicitude, à leur fournir des soins holistiques qui incluent aussi bien le contrôle de la douleur qu’un soutien psychologique, spirituel et affectif et à améliorer et à augmenter les ressources consacrées aux soins palliatifs et aux soins à domicile», ont déclaré hier à Ottawa des dirigeants de la Conférence des évêques catholiques du Canada et de l'Alliance évangélique du Canada.

Dans une «Déclaration commune sur l’euthanasie et le suicide assisté», les dirigeants des deux organismes, ont indiqué que «toute action visant à mettre fin à une vie humaine est contraire à la morale et à l’éthique». La déclaration a été signée par une cinquantaine de dirigeants chrétiens, juifs et musulmans.

«Nous soussignés, chacun et chacune sur la base des traditions et des enseignements que nous tenons pour sacrés, affirmons le caractère sacré de toute vie humaine et la dignité égale et inviolable de tous les êtres humains». La déclaration, rendue publique alors qu'un nouveau gouvernement, dirigé par le premier ministre Justin Trudeau, se met en place à Ottawa, rappelle que «le caractère sacré de la vie humaine est un principe fondamental de la société canadienne».

En février 2015, la Cour suprême du Canada a invalidé l'article du Code criminel qui interdit à un médecin d'aider quelqu'un à s'enlever la vie. Dans un jugement unanime, elle a aussi accordé un délai d’un an au gouvernement fédéral pour qu'il élabore une nouvelle loi qui reconnaîtra le droit des adultes souffrants et en fin de vie d'avoir recours à une aide médicale à mourir.

La déclaration rendue publique hier n'utilise jamais l'expression «aide médicale à mourir», adoptée par les gouvernements du Québec et du Canada. «Les professionnels de la médecine ne sont pas formés pour administrer la mort et ce n’est pas ce qu’on attend d’eux. Ils sont formés pour aider les malades à se rétablir et à rehausser leur qualité de vie», estiment les dirigeants religieux qui utilisent plutôt les termes euthanasie et suicide assisté

Pour eux, il est nécessaire de «distinguer l’euthanasie et le suicide assisté du refus ou du retrait de traitements disproportionnés. Dans ce dernier cas, l’intention n’est pas de causer la mort, mais de la laisser survenir naturellement. Nous comprenons que, dans certaines circonstances, il est moralement et légalement acceptable de refuser ou d’arrêter un traitement. Le refus d’un traitement médical, notamment de soins extraordinaires, est bien différent de l’euthanasie ou du suicide assisté.»

Soins palliatifs

«C’est l’attention personnelle et les soins palliatifs, et non le suicide assisté et l’euthanasie, qui respectent le mieux la valeur de la personne humaine», affirme la déclaration.

C'est pourquoi les rédacteurs de la déclaration commune exhortent «les législateurs et les législatrices fédéraux, provinciaux et territoriaux à adopter et à défendre des lois qui rehaussent la solidarité humaine en promouvant le droit à la vie et la sécurité de toutes les personnes et à rendre accessibles dans tout le pays des soins à domicile et des soins palliatifs de qualité».

Ils estiment aussi que les gouvernements doivent «mettre en œuvre des règlements et des politiques qui assurent le respect de la liberté de conscience de tous les travailleurs et les administrateurs de la santé qui ne voudront ni ne pourront voir dans le suicide assisté ou dans l’euthanasie une solution médicale à la douleur et à la souffrance».

La déclaration a été signée par Mgr Douglas Crosby, président de la Conférence des évêques catholiques du Canada, et par Bruce Clemenger, président de l’Alliance évangélique du Canada.

On trouve aussi les noms d'une cinquantaine de dirigeants chrétiens, juifs ou musulmans. L'imam Mohammad Iqbal Alnadvi, président du Conseil des imams du Canada, le rabbin Reuben Poupko, de la synagogue Beth Israel Beth Aaron de Montréal, et le pasteur Terry Smith, directeur général des Ministères baptistes canadiens, ont apposé leur signature au bas de la déclaration rendue publique hier.

L'Alliance évangélique du Canada regroupe ou offre des services à quelque quatre millions de chrétiens évangéliques. Quarante-deux Églises font partie de ce regroupement - dont l'Armée du Salut, les Assemblées de la Pentecôte du Canada et l'Union d'Églises baptistes françaises au Canada - ainsi que 700 congrégations.

 

du même auteur

Reflet de la cathédrale Marie-Reine-du-Monde dans la façade du 1000, de la Gauchetière. L'archidiocèse de Montréal est propriétaire du terrain où se trouve le plus haut gratte-ciel de Montréal.
2017-11-17 17:37 || Québec Québec

Vente du plus haut gratte-ciel de Montréal: l'archidiocèse refuse de commenter

Détail de l'invitation.
2017-11-15 21:14 || Québec Québec

Pierre Lavoie au Déjeuner fraternité et prière

Pour Postes Canada, il s'agit du quatrième timbre émis en 2017 qui souligne une fête religieuse.
2017-11-15 12:11 || Canada Canada

L'émission du timbre pour Hanoukka reportée d'une semaine

articles récents

Charles Gard aurait eu 1 an le 4 août 2017. L'enfant est décédé dans une maison de soins palliatifs en Angleterre le 28 juillet 2017.
2017-07-31 14:35 || Monde Monde

Décès de bébé Charlie après une bataille juridique

2017-04-27 11:01 || Canada Canada

Aide à mourir: 970 décès au Canada

Mgr Noël Simard, de la Conférence des évêques catholiques du Canada, Julia Beazley, de l'Alliance évangélique du Canada, Sikander Hashmi, du Conseil canadien des imams, et Shimon Koffler Fogel, du Centre consultatif des relations juives et israéliennes.
2016-06-14 13:17 || Canada Canada

Appel interreligieux pour une stratégie nationale de soins palliatifs