Chronique de Jocelyn Girard

Amazonie: les ouvertures attendues ne viendront pas

«Il est certainement plus probable que la désertion des baptisés se poursuive jusqu’à ce que cette Église finisse par s’étouffer dans l’entre-soi clérical», écrit Jocelyn Girard.
«Il est certainement plus probable que la désertion des baptisés se poursuive jusqu’à ce que cette Église finisse par s’étouffer dans l’entre-soi clérical», écrit Jocelyn Girard.   (CNS photo/Paul Haring)
Jocelyn Girard | Chroniqueur
Chroniqueur
2020-02-13 10:34 || Monde Monde

S’il faut applaudir la réflexion du pape François qui donne une grande place aux propositions et analyses issues du Synode sur l’Amazonie dans l’exhortation apostolique Querida Amazonia, notamment sur les questions d’ordres social, culturel, écologique et pastoral, renforçant la dénonciation de la déforestation abusive, de l’économie sauvage et des injustices subies par les autochtones, l’évêque de Rome ne se sera pas rendu aux attentes exprimées ad intra sur le ministère ordonné à l’occasion du même synode.

En effet, ni l’obligation du célibat ecclésiastique, ni l’accès de diacres mariés au presbytérat ne bougeront à partir de ce document. Pour ce qui est des femmes, nous voyons encore la même rengaine à propos de leur dignité exceptionnelle, de leur force et courage et de leurs «dons uniques», tout ça visant à nier la possibilité pour elles de servir dans l’Église en tant que prêtres ou diaconesses. Bref, le pape n’a surtout pas voulu ouvrir cette boîte de Pandore dans son exhortation, sans doute moins pour ne pas déplaire aux Sarah et compagnie ou au pape émérite que pour ne pas déplacer l’attention ailleurs que sur les enjeux urgents de l’Amazonie.

Attendre, encore?

Pour les catholiques progressistes, cette déception s’ajoute à la multitude des occasions où leurs attentes furent balayées. Si, par rapport au seul célibat optionnel pour les prêtres, même François jure qu’il ne voudrait pas se «présenter devant Dieu avec cette décision», comment se fait-il que tant de membres de l’Église attendent encore d’un pape qu’il joue les trouble-fête avec la Tradition?

Pour un grand nombre de catholiques qui expriment un désir de réformes, la diversification des modes d’exercice du ministère ordonné ne devrait pas faire problème au point d’ébranler les colonnes du temple. Les raisonnements comme «on ne peut rien changer à la volonté exprimée par Dieu» ne passent qu’au sein des groupes qui boivent les arguments magistériels comme s’ils venaient directement de Dieu, sans un recours à l’histoire et sans la médiation des Écritures qui, elles, sont nettement plus ambivalentes.

Ce rendez-vous manqué ne peut qu’achever de décourager ceux et celles qui espéraient encore hier un début de petit pas dans la direction à laquelle aspire une grande partie des réformistes.  

Une autre occasion ratée

François avait une belle opportunité de confirmer sa détermination à combattre le cléricalisme en créant une première brèche dans sa muraille pluriséculaire. En choisissant de ne pas franchir ce pas, il apaise les représentants de la frange conservatrice qui ne peut entrevoir autre chose qu’un maintien absolu de l’état actuel de la structure hiérarchique de l’Église, fidèle reflet, selon elle, de «la volonté de Dieu» qui s’est manifestée au cours des siècles par la cristallisation du modèle actuel des ministères.

Ce n’est donc définitivement pas sous François que la mesure disciplinaire du célibat ecclésiastique va connaître des exceptions, sauf pour les transfuges de l’anglicanisme ou de l’orthodoxie qui sont tolérés tant qu’ils n’envahissent pas plus abondamment l’Église! Quelle alternative reste-t-il à celles et ceux qui ont espéré une brise réconfortante pour leur espérance? Quitter, certes, comme tant de baptisés qui ont déjà tourné le dos à l’Église, ou prendre le pape au mot quand il affirme que les laïcs doivent s’engager dans toutes les responsabilités qui ne requièrent pas le sacerdoce, en incluant cette fois-ci les femmes.

Malheureusement pour le pape, le refus maintes fois répété de voir un jour accueillir des femmes dans le ministère ordonné, qui ne tient plus qu’à des arguments de tradition dont une conception archaïque de la représentation masculine du Christ, vient consolider la perpétuation du système hiérarchique patriarcal. En donnant l’argument que d’ouvrir le ministère ordonné aux femmes ne ferait que les cléricaliser, François se prive d’un moyen extraordinaire pour casser de l’intérieur cette distinction sacralisée du prêtre-homme placé dans une catégorie à part, au-dessus du baptême qui fait pourtant de tous les membres de l’Église des «prophètes, rois et prêtres».

Vider le sacerdoce de ce qu’il n’a pas à être

La solution, pour les résistants, ne consisterait-elle pas, en quelque sorte, de vider le sacerdoce de tout ce qui n’est pas propre à son essence? Et quelle est donc cette essence? Lorsqu’un prêtre, écartelé dans une Église incapable d’en ordonner d’autres pour répondre à ses besoins, ne «servirait» plus qu’à présider des messes en cascade, à administrer en vitesse le sacrement du pardon et l’onction des malades lorsqu’il reste du temps, la réduction de son univers finirait par en faire un simple instrument sacramentel.

Pour tout le reste – c’est déjà le cas chez nous – les hommes et les femmes peuvent «suppléer». Tant qu’ils suppléeront de manière signifiante et qu’ils seront reconnus par leurs pairs, ils les serviront en leur permettant de se sentir moins éprouvés par le manque de prêtres et même de s’y habituer, de «faire avec» en créant de nouvelles manières d’être ensemble et de célébrer, fondées sur les charismes reconnus et installées dans la durée, comme en Amazonie.

Dans un tel contexte, les futurs candidats au sacerdoce risquent de se mettre encore plus à bouder les séminaires parce que ce service confiné à n’être que des mains qui consacrent ne leur conviendra plus. Résultat: moins de prêtres, davantage concentrés sur les sacrements qui requièrent l’ordination et de moins en moins aux prises avec la dimension pastorale et l’accompagnement spirituel et, donc potentiellement moins sous l’emprise du cléricalisme…

Retirer au statut clérical les privilèges que «la tradition» leur a accordés historiquement afin que l’Église catholique devienne de plus en plus romaine, centralisée et papale, un tel programme ne pourra vraisemblablement pas se faire par de simples dénonciations, fussent-elles exprimées par le pape lui-même. Il faudra plutôt un changement profond d’attitude de la part des membres baptisés et des prêtres actifs refusant de se prêter à ce jeu de la sacralisation frisant parfois l’idolâtrie.

Mais il faut plus que du courage pour croire qu’une telle réforme «d’en-bas» puisse arriver. Il est certainement plus probable que la désertion des baptisés se poursuive jusqu’à ce que cette Église finisse par s’étouffer dans l’entre-soi clérical.

***

 


11 Commentaire(s)

MicheL Lasnier || 2020-02-15 10:39:11

Finalement, il n' y a rien à attendre de cette engeance de vieilles barbes que sont le Pape et les Cardinaux à Rome.! Je termine en paraphrasant Sœur Marie-Paul Ross:« Finalement on défend quoi.?»

Chanoine Gérald Ouellette || 2020-02-15 09:30:19

Vous êtes très axé sur la question du célibat. Outre la réflexion, qu'on souhaite la mieux et la plus largement informée possible, y a-r-il des raisons personnelles à çà? Lisez le reste du document post-synodal et réjouissez vous-en! Çà fait du bien!

Guy Brunelle || 2020-02-15 07:30:19

J'ai toujours leu un doute sur l'institution de ce sacrement Le faites ceci en mémoire de moi ne serait-ce pas un appel à célébrer annuellement cette veillée pré-pascale? Le reste relève du mimétisme institutionnel des grandes religions... pour ceux qui ont besoin de s'arc-bouter à du structurel bétonné...

Eugénie Marchand || 2020-02-14 21:56:09

 chaque jour, le Christ se présente à l'humain, pas avec une quelconque règle, mais avec un projet d'amour universel.

MICHELLE-ANGE PICARD || 2020-02-14 09:38:06

Pourtant.... Il est prouvé par des personnes politiques...des personnes exerçant une profession internationale...libérale....et ou autres... ...qu'elles ont souvent un regret... d'avoir négligé leur vie familiale et tout ce que cela comporte en particulier...On souhaite tant le mariage des personnes concernées mentionnées dans votre article éclairant.....C'est aussi comme si admettre que toutes les déviances sexuelles étaient reliées au célibat...Pourtant...regardons ce qui se passe dans le monde...Quant à la mission des femmes...certaines ces «pauvres»...demeurent ces personnes de services d'arrière scène...avec ou sans cornettes et ou costumes... et ...advenant le mariage des prêtres et ou autres...ne seraient-elles pas encore celles qui demeureraient en arrière scène à ....servir comme desservir véritablement comme toujours ...C'est comme si on demandait et ou si on s'imaginait le jour venu.... ces messieurs remplir les tâches allouées, réservées ou retenues pour les femmes...ou encore...pourrait-on encore voir les femmes décider de ces tâches et ou responsabilités allouées aux hommes en Église...Peut-on simplement prêter un second regard pour mieux discerner de l'ampleur de cette réalité...? Le Pape François dans l'Esprit-Saint a arrêté ainsi son choix, son jugement...sa perception...Il parle selon son expérience...Écoutons sa pensée...elle dit tout....Elle est inspirée.....le risque est de tout réduire ...du pareil au même.... pour tout...en tout...Une vie choisie, une vie donnée par amour en ce jour de la St-Valentin...est pour tous (te) et chacun (e) en toute liberté pour la venue de son Règne d'amour véritable par toute la Terre... Pour terminer à mon humble avis.... ces femmes et ces hommes continuent d'être témoins de sa «RÉSURRECTION»...« Jésus lui dit alors : « Marie ! » S’étant retournée, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c’est-à-dire : Maître. Jésus reprend : « Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur ! » et elle raconta ce qu’il lui avait dit.» Jn 20,16-18...et si on continuait de prier Notre-Dame de l'Équilibre «P.V.Insolera S.J»

Jocelyn Girard || 2020-02-14 00:00:00

J'apprécie votre opinion. Cependant, je n'ai pas associé au célibat optionnel, comme un choix qui doit être personnel, comme une panacée aux abus sexuels. Nous savons tous que le mariage n'empêche pas les prédateurs de faire leurs basses oeuvres. Mais l'ouverture à d'autres formes du ministère ordonné peut certainement provoquer une réforme qui pourrait contribuer à limiter les excès de pouvoir liés à un système de caste. La diversité au sein d'un groupe empêche généralement l'appropriation du pouvoir par une catégorie de membres de ce groupe...

Renée || 2020-02-13 18:20:11

Merci beaucoup Jocelyn. Je trouve tes propos justes. Je n'ai aucune intention de verser dans la démesure mais cet article est porteur selon moi d'un prophétisme au risque de saper le brin d'espérance qui voudrait subsister. Pourrons-nous, en toute intégrité, demeurer à l'intérieur de cette institution qui se sclérose de partout ... ?

Jimmy || 2020-02-13 16:15:12

François jure qu’il ne voudrait pas se «présenter devant Dieu avec cette décision» ( modifier la règle du célibat) J’ai effectivement lu cette déclaration qui me trouble dans sa formulation! Pour ma part, la seule finalité de la vie (Ordonnée dans un ministère ou pas) reste et sera toujours pour la charité selon l’Évangile - Dieu est Amour - Au terme de toute vie humaine et devant Dieu ce qui demeurera ce n’est pas le nombre de messes pontificales ou non célébrées (selon un ami évêque) ni la discipline ecclésiastique qui est un moyen parmi d’autres et non une condition pour vivre de charité ... Clerc moi-même ...le célibat est d’abord un choix Joyeux et librement consenti, qui peut convenir ou ne pas convenir ... mais en faire un absolu, un Intouchable théologique ...je n’irais jamais sur ce terrain ...tant la vie m’a apprise que nous sommes souvent complices d’une grande hypocrisie chez les clercs, nous pensons que nous sommes meilleurs que d’autres par notre différence ... ...sans parler de la zone grise de notre sexualité « chaste et continente » que nous faisons valoir comme une évidence mais dans les faits ...je n’irais pas plus loin... Le célibat ne donne pas moins ni plus de charité que tout autre état de vie ... Dieu nous encourage dans la fidélité et la cohérence de notre choix de vie et il respecte tous les autres états de vie, condition pour un célibat

Jonathan Guilbault || 2020-02-13 15:33:56

Je trouve le texte bien sévère, même si je partage la sensibilité de fond. L'exhortation est admirable en bien des points, et tu le mentionnes un peu vite au début seulement. Concernant la question du célibat, je comprends mal ta sévérité,car il était très peu vraisemblable que le pape ouvre davantage cette porte dans cette exhortation: ses priorités sont ailleurs (heureusement) et quoiqu'on en pense, la question du célibat presbytéral est complexe et divise beaucoup. En laissant la porte ouverte (contrairement au titre navrant de l'article dans La Presse+ de ce matin), en laissant la réflexion se poursuivre, notamment en Allemagne, il agit sans doute au mieux d'un point de vue ecclésial. Pour ce qui est du cléricalisme, c'est le contraire de ce que tu avances: ouvrir cette porte aurait risqué d'entretenir ce penchant institutionnel,en laissant croire qu'il faut être prêtre pour assurer le leadership. À la place, l'exhortation esquisse une ouverture pour la prise en main des communautés et des tâches par des laïques, hommes ou femmes.

Jocelyn Girard || 2020-02-14 00:00:00

Si le texte est sévère quant au rendez-vous manqué concernant les ministères ordonnés, il prend au mot les invitations répétées du pape François à "contourner" le sacerdoce comme seule voie d'accès au ministère. En cela, mon propos rejoint le tien. Par contre, ce texte ne prétendait pas aborder le reste de l'exhortation. Non pas qu'il n'y ait rien d'intéressant, mais parce que je savais, dès la publication de Querida Amazonia, qu'il serait commenté massivement.

Sylvain Falardeau || 2020-02-13 13:05:27

Idolâtrie de l’homme, l’homme qui se croit Dieu, me ramène à Saint Paul qui déjà dans les premières églises, exhortaient les fidèles à revenir à l’Evangile et aux commandements de Dieu. Racine des péchés l’orguiel Spirituel, pouvoir, possession, petits groupe se disant l’elite, Nous devons combattre ensemble le cléricalisme, très fort chez-nous!

Sylvain Falardeau || 2020-02-13 12:39:28

Merci pour cette synthèse. L’idolâtrie, a commencé très tôt, dans les Églises, dénoncé fortement aux fidèles du Christ par l’Apôtre Saint Paul! Une Église Sainte mais remplis de pêcheurs et pécheresse! En communion de prière pour l’Amozonie, nos frères et sœurs dans le Corps Mystique du Christ. Amen

Frédéric Tremblay || 2020-02-13 11:32:41

Excellente analyse, je partage entièrement vos constats, pour le meilleur et pour le pire...Prions pour l'Amazonie et pour ses peuples

 

du même auteur

Le cardinal Robert Sarah photographié au Vatican en octobre 2019.
2020-01-21 14:07 || Monde Monde || 13 Commentaire(s)

Quels intérêts sert le cardinal Sarah?

«Pourquoi ne pas profiter de l’élan d’un François en se montrant plus prompte à communiquer avec plus de justesse, peut-être en commençant par l’expression d’une empathie bien sentie envers les victimes présumées?», demande Jocelyn Girard.
2019-12-19 12:07 || Québec Québec

Alors, transparence ou non?

La Conférence des évêques catholiques des États-Unis a profité de son assemblée automnale pour adopter, le 12 novembre, un projet de lettre destinée aux catholiques en vue des prochaines élections.
2019-11-18 10:24 || Monde Monde || 8 Commentaire(s)

L’avortement, critère absolu pour les électeurs catholiques?

articles récents

Sur cette photo prise en mars 1956, ces trois hommes sont à Rome pour représenter le Québec dans le cadre d’un double anniversaire: le 80e anniversaire de naissance de Pie XII ainsi que son 17e anniversaire de pontificat.
2020-02-10 21:35 || Québec Québec || 2 Commentaire(s)

Les représentants du Québec au 80e anniversaire de Pie XII

Jean-Paul II et Mikhaïl Gorbatchev au Vatican en 1989.
2020-02-07 14:56 || Monde Monde || 4 Commentaire(s)

Un pape contre les Rouges

La mort tragique de Kobe Bryant nous appelle à nous questionner sur la «valeur» de la mort dans notre société.
2020-01-28 22:21 || Québec Québec || 1 Commentaire(s)

La valeur des morts