Josianne Gauthier

Une Montréalaise experte au synode sur l'Amazonie

La Montréalaise Josianne Gauthier participe actuellement au Synode des évêques sur l'Amazonie à titre d'experte.
La Montréalaise Josianne Gauthier participe actuellement au Synode des évêques sur l'Amazonie à titre d'experte.   (Courtoisie/Marta Isabel González/CIDSE)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-10-07 12:37 || Vatican Vatican

La Montréalaise Josianne Gauthier, ex-directrice générale adjointe de Développement et Paix, participe actuellement au Synode des évêques sur l'Amazonie à titre d'experte.

Actuelle secrétaire générale de l'organisme CIDSE (Coopération Internationale pour le Développement et la Solidarité), Josianne Gauthier fait partie de la courte liste d'experts internationaux qui ont été invités par le pape François à accompagner les 184 pères synodaux qui, depuis le dimanche 6 octobre jusqu'au dimanche 27 octobre, vont «rechercher de nouveaux chemins pour faire s’épanouir le visage amazonien de l’Église et pour faire face aux situations d’injustice de la région».

Parmi les douze experts présents à Rome, on trouve Ban Ki-Moon, ancien secrétaire général des Nations-Unies, et Carlos Alfonso Nobre, récipiendaire du Prix Nobel de la Paix 2007 à titre de membre du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat).

Josianne Gauthier, 45 ans, avocate de formation, vit depuis deux ans à Bruxelles. Elle y dirige la CIDSE, une famille d'organisations catholiques qui œuvrent pour la justice sociale. Développement et Paix est un membre fondateur de la CIDSE.

L'Instrumentum Laboris

Elle recommande la lecture du document de travail - l'Instrumentum Laboris - préparé pour les évêques et les cardinaux qui participent au synode.

«Ce document présente de manière assez explicite et exhaustive les multiples défis et menaces auxquels font face l’Amazonie mais aussi l’Église en Amazonie», reconnaît-elle. Elle suggèrera toutefois d'autres enjeux qui «mériteraient d’être développés davantage» par les évêques et les cardinaux qui voteront sur différentes propositions à la fin de cette rencontre.

Elle souhaite, par exemple, que les pères synodaux «remettent en question le paradigme de croissance, un héritage du système colonial». Elle voudrait aussi que cette rencontre se termine par «une prise de responsabilité mondiale, y compris par l’Église, afin de poser des actions concrètes de nature politique».

«Il faut questionner le rôle que nous jouons en perpétuant ce système injuste qui fait crier la terre et les peuples qui l’habitent.»

Josianne Gauthier espère aussi que les discussions aillent au-delà de l'Amazonie et s'intéressent aussi aux «changements requis dans nos propres comportements, dans notre relation aux ressources, dans notre mode de production et nos choix de consommation».

Les femmes dans l'Église

La troisième partie de l'Instrumentum Laboris, un document de 60 pages, explore les nouveaux chemins que doit emprunter l'Église en Amazonie. Il y est beaucoup question du rôle accru que les Autochtones, les femmes et les laïcs peuvent jouer dans l'Église locale.

Josianne Gauthier souhaite que les participants adoptent «un langage plus ouvert, juste, serein et clair vis-à-vis des droits des femmes et de leur contribution et leur rôle dans l’Église».

Ce synode sur l'Amazonie est, selon elle, une invitation «à transformer le visage de l’Église pour qu’il représente le peuple de Dieu et ceux et celles qui forment l’Église à tous les jours».

«À titre personnel, en tant que femme laïque engagée dans l’Église depuis très longtemps, je ne peux qu’être d’accord avec l’idée de reconnaître une plus grande place à la fois aux femmes et aux laïcs. Je crois aussi que cette question, qui sera d'abord abordée dans le contexte spécifique de l’Amazonie, aura des échos dans l’Église partout dans le monde.»

«C’est une question de justice et une question de dignité», estime-t-elle.

Trois autres Canadiens participent aussi au Synode des évêques sur l’Amazonie. Ce sont Mgr Lionel Gendron, évêque de Saint-Jean-Longueuil, le cardinal Marc Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques, et le jésuite Michael Czerny, créé cardinal samedi par le pape François qui l’avait nommé, il y a plusieurs mois, secrétaire spécial de ce synode et membre du comité responsable de la rédaction de son document final.

***

 

 

du même auteur

Entre le 1er et le 15 mai, le ministre provincial de l’Ordre des frères mineurs capucins, Louis Cinq-Mars, a appris le décès de sept de ses confrères, tous atteints de la COVID-19.
2020-05-21 14:18 || Québec Québec

Sept capucins décédés de la COVID-19 en deux semaines

L'archevêque de Gatineau (photographié ici en 2014) en a assez de lire, sur les réseaux sociaux, ces reproches que l'on fait aux évêques ces temps-ci. Il a décidé de réagir sur sa page Facebook.
2020-05-20 14:48 || Québec Québec

«Patience et amour», répond Mgr Durocher à ceux pressés de rouvrir les églises

À la toute fin de son point de presse quotidien sur la COVID-19, le premier ministre François Legault a évoqué brièvement les conditions de travail du personnel des congrégations religieuses.
2020-05-19 15:37 || Québec Québec

Besoins des congrégations religieuses: «On fait des analyses», dit François Legault

articles récents

L'archevêque de Gatineau (photographié ici en 2014) en a assez de lire, sur les réseaux sociaux, ces reproches que l'on fait aux évêques ces temps-ci. Il a décidé de réagir sur sa page Facebook.
2020-05-20 14:48 || Québec Québec

«Patience et amour», répond Mgr Durocher à ceux pressés de rouvrir les églises

Des religieuses quittent la place Saint-Pierre, au Vatican, le 18 mai 2020.
2020-05-19 12:11 || Vatican Vatican

Réouverture de la basilique Saint-Pierre

Des problèmes financiers majeurs forcent Développement et Paix à se départir temporairement de pratiquement tout son personnel.
2020-05-18 10:32 || Canada Canada

Développement et Paix met à pied presque tout son personnel