"/>

Trois-Rivières

Première pelletée de terre d’un complexe qui accueillera plus de 160 religieuses

Dany Chassé, directeur général de LOKIA, Norbert Maltais, vice-président de LOKIA, Ginette Bellemare, mairesse suppléante de Trois-Rivières, sœur Gisèle Lacerte, vice-provinciale des Filles de Jésus, sœur Cécile Dionne, supérieure générale des Ursulines de l’Union canadienne, le docteur Guy Tremblay
Dany Chassé, directeur général de LOKIA, Norbert Maltais, vice-président de LOKIA, Ginette Bellemare, mairesse suppléante de Trois-Rivières, sœur Gisèle Lacerte, vice-provinciale des Filles de Jésus, sœur Cécile Dionne, supérieure générale des Ursulines de l’Union canadienne, le docteur Guy Tremblay   (Courtoisie Groupe LOKIA/)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2018-06-22 15:58 || Québec Québec

La première pelletée de terre d’un nouveau projet immobilier à Trois-Rivières qui accueillera plus de 160 religieuses issues de trois communautés distinctes a eu lieu le 21 juin en après-midi.

La nouveau complexe, un projet de 40 millions $ piloté par le Groupe LOKIA, se trouvera non loin de l’Amphithéâtre et du centre-ville. Sa construction devrait être terminée dans deux ans, soit en juin 2019. Il prendra le nom de LOKIA Trois-Rivières.

Il comptera 290 unités de logement au total, dont près des deux tiers seront occupées par des religieuses. Ainsi, une centaine de membres des Filles de Jésus, près d’une soixantaine d’ursulines et une dizaine de carmélites y logeront.

Outre les unités de logement, le complexe de 21 000 pieds carrés comportera notamment une salle à manger offrant une vue panoramique sur la rivière Saint-Maurice, une piscine intérieure, une salle d’entrainement, une bibliothèque, une salle de cinéma, un atelier d’art, une pharmacie et un bureau médical. La vaste salle multifonctionnelle de 110 places, qui offre également une vue sur la rivière, pourra être «aménagée en chapelle à des moments précis».

La pelletée de terre officielle s’est déroulée jeudi après-midi en présence de la mairesse suppléante de Trois-Rivières, Ginette Bellemare, du président du Groupe LOKIA, du docteur Guy Tremblay, de la supérieure générale des Ursulines de l’Union canadienne, sœur Cécile Dionne, et de la vice-provinciale des Filles de Jésus, sœur Gisèle Lacerte.

«Nous gardons toujours le désir de demeurer avec nos aînées et nos malades dans le diocèse de Trois-Rivières pour y poursuivre notre mission de prière au milieu de vous», a confié sœur Huguette Boutin, économe des carmélites, en marge de cette journée. «Allégées de nombreux ‘bagages’ nous osons toujours la confiance.»

Pour sa part, sœur Lacerte a rappelé que cette relocalisation est la conséquence d’une «diminution de nos effectifs». «C’est bien sûr à regret que nous avons eu à prendre cette décision, mais c’est aussi avec au cœur le désir de continuer notre mission en proximité avec les gens que nous voulons continuer notre route avec confiance et espérance», a-t-elle ajouté.

Quant aux ursulines, elles font présentement affaire avec le Groupe LOKIA pour deux projets, puisqu’en plus du projet de Trois-Rivières, elles et les Servantes du Sacré-Cœur de Marie lui ont confié la réalisation de leur nouvelle résidence à Beauport. C’est là que les ursulines qui logent présentement dans le monastère du Vieux-Québec déménageront à partir du mois de septembre.

«C’est avec peine que nous quittons ces lieux tricentenaires. Nous vivons aussi ce passage sereinement comme un appel à partager la vie de frères et sœurs confrontés tout comme nous aux défis de l’avancée en âge», a déclaré sœur Dionne, soulignant ainsi le fait que les religieuses partageront désormais leur nouveau milieu de vie avec des laïcs.

Le président du Groupe LOKIA, le chirurgien Guy Tremblay, croit que le LOKIA Trois-Rivières sera en mesure d’offrir «une qualité de vie supérieure dans un milieu chaleureux». Son groupe, dont les bureaux sont à Alma, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, se présente comme «la référence en habitation pour aînés».

C’est d’ailleurs ce groupe qui a repris le projet de Trois-Rivières. Mais le projet initial du Groupe Dion, annoncé l’automne dernier pour le secteur du Cap-de-la-Madeleine, n’a pu aller de l’avant, le site envisagé étant contaminé.

LOKIA travaille également sur un projet de logements à Sherbrooke pour d’autres communautés religieuses : les Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus, les sœurs Missionnaires de Notre-Dame des Anges et les Pères blancs. «Ce groupe immobilier ne visait pas spécifiquement les religieuses: c’est un heureux hasard. Grâce à son succès à Beauport, il y a eu du bouche-à-oreille et ça s’est propagé», a-t-on expliqué.

 

du même auteur

Le 9e Festival de la Bible se tient les 14 et 15 septembre 2018 à Québec.
2018-09-14 12:16 || Québec Québec

Bible et vivre-ensemble: «On ne cherche pas les réponses, on cherche l’inspiration»

Mgr Marc Pelchat, évêque auxiliaire à Québec, présidait la messe anniversaire du 9 septembre. À droite, le cofondateur de la Fraternité Saint-Alphonse, le père André Morency.
2018-09-10 17:09 || Québec Québec

La Fraternité Saint-Alphonse fête ses 25 ans

Gilles Langevin (1925-2018).
2018-09-07 11:10 || Québec Québec

Décès du jésuite Gilles Langevin

articles récents

«Si on veut un système d’éducation bien développé, il ne faut pas tasser la religion, mais poser plutôt un regard critique sur les questions religieuses et éthiques», estime le professeur Jean-Philippe Perreault, de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval.
2018-09-13 12:06 || Québec Québec

Éthique et culture religieuse, 10 ans d’un héritage encore fragile

Mgr Marc Pelchat, évêque auxiliaire à Québec, présidait la messe anniversaire du 9 septembre. À droite, le cofondateur de la Fraternité Saint-Alphonse, le père André Morency.
2018-09-10 17:09 || Québec Québec

La Fraternité Saint-Alphonse fête ses 25 ans

Dans une lettre ouverte publiée d'abord en anglais le 8 septembre, l'archevêque de Montréal, Christian Lépine, appelle l'Église à se montrer ferme dans sa lutte contre les abus sexuels.
2018-09-08 08:30 || Québec Québec

«L'Église ne doit pas être un refuge pour les agresseurs sexuels», dit l'archevêque de Montréal