"/>

Billet de Jocelyn Girard

Avortement: dialoguer vers l'équilibre moral

Un récent sondage commandé par les Chevaliers de Colomb du Canada révèle entre autres que 53% des catholiques canadiens se disent «pro-choix» contre 26% qui s’affirment «pro-vie».
Un récent sondage commandé par les Chevaliers de Colomb du Canada révèle entre autres que 53% des catholiques canadiens se disent «pro-choix» contre 26% qui s’affirment «pro-vie».   (Pixabay/Bgmfotografia)
Jocelyn Girard | Chroniqueur
Chroniqueur
2018-05-14 09:31 || Canada Canada

Un récent sondage commandé par les Chevaliers de Colomb du Canada révèle entre autres que 53% des catholiques canadiens se disent «pro-choix» contre 26% qui s’affirment «pro-vie», le reste se déclarant «incertains». Cette statistique signifie-t-elle que le message fort du magistère demeure imperméable à la majorité des baptisés? Cela peut surprendre alors que les récents papes et les évêques n’hésitent pas à sortir l’arsenal langagier en décrivant l’avortement comme une horreur, un crime abominable de même rang que l’infanticide, y compris dans le cas de viol ou d’inceste et dont l’ampleur serait comparable à la Shoah.

Pour un grand nombre de catholiques canadiens, la position tranchée de l’Église ne semble pas ajustée à la réalité qui les entoure. Elle est loin l’époque où les masses se laissaient conduire moralement par des autorités externes, qu’elles soient de type religieux ou civil. Les lois qui ne répondent plus aux valeurs et à la culture d’un peuple se sont ainsi peu à peu adaptées à l’évolution des mentalités.

Ce fut le cas pour la contraception et l’avortement. Au Canada, dès 1967, Pierre Elliot Trudeau avait tenté de faire passer une loi légalisant l’avortement. Il a fallu attendre 1988 pour que la Cour suprême du Canada fasse sauter les verrous du Code criminel, statuant en même temps qu’un être humain ne commençait à l’être, au sens légal, qu’une fois sorti vivant du sein de sa mère.

La conquête du droit des femmes à disposer librement de leur corps a constitué un gain immense dans la progression vers l’égalité des sexes. Même les chrétiens, en général, ne peuvent que se réjouir d’une telle avancée. Mais celle-ci ne peut éluder le peu de valeur accordée à une vie qui croît dans un utérus humain. Depuis le jugement Tremblay vs Daigle (1989), la «personnalité juridique» est refusée au fœtus, sa vocation à naître relevant strictement de la décision de la mère.

Or, la position de l’Église repose entièrement sur la dignité des sans-voix et des sans-droits. Sur le plan moral, le fœtus est ainsi désigné comme le plus petit, le plus faible d’entre tous. Si aucune voix dans l’Église ne se faisait entendre pour défendre cette vie-là, cela signifierait à elle-même qu’elle s’est compromise au point où elle pourrait difficilement prétendre encore parler au nom du Christ sur tout autre sujet…

Le problème n’est pas tant dans la position que l’Église tient sur le droit du fœtus à naître que sur celui qu’elle refuse de reconnaître à la mère à décider pour elle-même. Moralement, tout repose sur ce difficile équilibre.

Depuis Jean-Paul II surtout, l’Église répète inlassablement et non sans raison qu’il faut défendre la vie depuis sa conception jusqu’à sa mort naturelle. Elle s’exprime rarement aussi clairement sur le droit des femmes à l’intégrité de leur personne. Si elle reconnaît que la grossesse peut parfois porter atteinte à la sécurité de la mère et que le viol est toujours une horreur, ces conditions ne la font pas renoncer à défendre à tout prix le fœtus dont la dépendance appelle celle qui le porte à s’oublier elle-même.

Deux droits concurrents?

Les catholiques demeurent déchirés intérieurement. Si autrefois c’était exclusivement le droit de l’enfant non-né qui était pris en compte, aujourd’hui ce dernier en est privé totalement.

Dans les autres pays où l’avortement est pratiqué, la législation a prévu toutefois certaines balises, comme un temps de réflexion obligatoire, la proposition d’un accompagnement et un délai maximal avant qu’il ne soit plus possible d’y accéder, surtout qu’avec l’avancée de la néonatalogie, la viabilité du fœtus arrive plus tôt.

Au Canada, toute tentative d’introduire de telles balises provoque immédiatement l’opposition ferme des pro-choix. Face à eux, l’intransigeance des pro-vie peut donner l’impression qu’ils sont dénués d’empathie.

Difficile de trancher pour quiconque vit dans le monde réel, cherchant à comprendre le dilemme des femmes résolues à ne pas mener à terme leur grossesse. À devoir choisir sans nuance entre pro-vie ou pro-choix, les catholiques aurait majoritairement opté pour la deuxième option, d’autant que le pape François insiste à la fois sur la gravité de l’acte et sur le pardon à accorder aux femmes qui le réclament.

Il est commun de penser qu’à force de répéter, les notions finissent par être assimilées. En matière de morale, la résistance durable des familles catholiques devrait sonner une alerte auprès de la hiérarchie: l’esprit du dialogue répugne aux anathèmes réciproques. Peut-être est-il temps plus que jamais de se mettre à écouter vraiment les femmes et les hommes de ce temps sur les conditions de leur vie plutôt que de multiplier les excès de langage à propos de ce qui est devenu un droit quasi universel des femmes.

 

 


4 Commentaire(s)

Mario Villeneuve || 2018-05-18 20:38:55

Me faire dire par le magistère de l'Église que j'aurais commis un crime comparable à la Shoah, je trouve cela difficile à concilier avec "...un accompagnement inconditionnel, sans jugement et avec compassion..." ??? Bien que je ne doute pas que des femmes soient accueillies avec compassion dans certaines de nos communautés chrétiennes, sauf qu'en même temps plusieurs se sentent jugées durement avec un discours élitiste et culpabilisant. C'est comme si on vous lance la pierre d'abord et avant tout, ensuite on vous invite à être pur! Malheureusement, encore une fois, Rome ne semble pas saisir la différence entre proposer un idéal et condamner. Pour eux, tout est noir ou blanc, sans aucune nuance. Pour ma part, j'aime bien l'idée du "dialogue" en étant à l'écoute de la personne qui souffre, tout en gardant en tête la primauté de la conscience personnelle. Merci pour votre réflexion tout en nuance cher monsieur Girard!

Caroline || 2018-05-18 09:14:13

En tant que femme et mère, je ne peux qu'être pro-choix, car j'imagine trop ce que ça pourrait être que de porter un enfant contre ma volonté et dans la détresse psychologique. Il faut absolument que la société continue d'offrir les soins de santé reliés à l'avortement, car cela représente une fenêtre d'espoir pour plusieurs femmes. En même temps, que l'Église rappelle que l'enfant, dès sa conception, est une personne pleine et entière, propose un défi spirituel stimulant. Je suis inspirée de voir que des femmes transforment un viol, par exemple, en expérience de vie et d'amour pour l'enfant en question. C'est un possible exigeant mais cohérent que l'Église nourrit ainsi par sa doctrine. Mais au final, je pense en effet que les excès de langage sont inutiles. Je ne voudrais jamais faire porter la culpabilité d'un avortement à une femme, car la grossesse participe d'une dynamique sociale ou violente qui n'appartient jamais à la femme seule. Les pères peu engagés, les violeurs ou les sociétés peu accueillantes des enfants ne sont jamais culpabilisées, au final, autant que les femmes...

Jocelyn Girard || 2018-05-18 00:00:00

Merci Caroline. Votre dilemme éthique en tant que femme et mère et en tant que chrétienne me rejoint totalement.

Jasmin Lemieux-Lefebvre || 2018-05-14 23:44:41

Je suis au contraire très fier de l'Église catholique, l'une des dernières à protéger la vie humaine dès sa conception. Elle offre un accompagnement inconditionnel, sans jugement et avec compassion, des femmes qui font le choix d'arrêter la vie en développement en leur corps. La position de l'Église, même dans les cas difficiles, comme après un viol pour ne pas créer une nouvelle victime, prouve que l'Église cherche tout simplement à défendre la vérité, cohérente avec la science, que l'être humain a toute sa dignité dès sa conception et non pas à un moment magique à la 12 semaines ou à la naissance. Il est bon de se rappeler le témoignage d'enfants qui sont le fruit d'une agression. Ils ont tous droits à la vie. Le documentaire ''Conceived in rape & other exceptions'' fait l'inventaire de tous les cas difficiles et à son écoute, je crois sincèrement que le choix féministe est de choisir la vie https://youtu.be/FfKkWfDEQjc Un merci particuler à tous ceux et celles qui accompagnent les femmes qui discernent un avortement. Un rôle bien important qui demande une grande qualité d'accueii.

Jocelyn Girard || 2018-05-18 00:00:00

Merci Jasmin pour ce commentaire enthousiaste. Sur le fond, bien sûr, le sujet que je traite ne porte pas sur la position de l'Église, mais sur la manière d'entrer en dialogue... Les mots ont le pouvoir d'introduire un vrai dialogue sociétal s'ils sont utilisés sans superlatif qui augmente le poids de la culpabilité. Les mots ont le pouvoir de blesser et de fermer toute disposition à se laisser interpeller par la position de l'autre...

Christian || 2018-05-14 13:19:02

Belle réflexion toute en nuance. Mais a t'on le droit de préciser que l'attrait actuel pour l'avortement origine d'une mauvaise compréhension de la liberté (un enfant me quitte ma liberté), de l'ignorance sur le fait d'être parent (un enfant, ce n'est que des problèmes) et surtout de cette fausse croyance qu'un enfant ne peut être heureux que s'il est désiré? Si on croit -au niveau sociétal que les enfants sont une richesse-, les catholiques ne seraient pas ainsi déchirés.

 

du même auteur

«Il y en a bien quelques-uns qui aspirent encore à un monde rêvé dans lequel la religion serait dominante et s’imposerait à tous. Mais ne pouvons que nous réjouir du fait que désormais les «hommes de Dieu» sont d’abord vus comme des hommes tout court.»
2018-07-18 09:28 || Québec Québec || Aucun commentaire

Prêtre catholique: le sacré s’épuise

Le chroniqueur Jocelyn Girard témoigne de son expérience lors d'un rassemblement avec des autochtones au sanctuaire marial de Notre-Dame-du-Cap les 31 mai et 1er juin 2018.
2018-06-06 14:08 || Canada Canada || 2 Commentaire(s)

Autochtones et Église: dur temps pour la réconciliation

«Nous faisons face à un vice de structure qui engendre un déficit de compassion», écrit le chroniqueur Jocelyn Girard au sujet de la position de la CECC.
2018-04-30 10:28 || Canada Canada || 1 Commentaire(s)

Pensionnats et évêques : un vice structurel

articles récents

«Il y en a bien quelques-uns qui aspirent encore à un monde rêvé dans lequel la religion serait dominante et s’imposerait à tous. Mais ne pouvons que nous réjouir du fait que désormais les «hommes de Dieu» sont d’abord vus comme des hommes tout court.»
2018-07-18 09:28 || Québec Québec || Aucun commentaire

Prêtre catholique: le sacré s’épuise

«La foi n’est pas une mode qu’on peut relancer au gré des saisons. L’avenir de la mémoire catholique québécoise passe donc par une autre sorte de conversion, culturelle celle-là», écrit Louis Cornellier.
2018-06-21 10:09 || Québec Québec || 8 Commentaire(s)

Comment peut-on être un catholique québécois?

Le Territoire de la capitale australienne, vient d'adopter une loi qui oblige les prêtres à divulguer les secrets de la confession dans les affaires d'agressions sexuelles sur enfants.
2018-06-19 19:44 || Monde Monde || Aucun commentaire

Le secret de la confession en péril