Lettre ouverte

Ce monde n'a pas d'avenir?

Des opposants au gouvernement sont visés par un canon à eau à Caracas en mai 2017.
Des opposants au gouvernement sont visés par un canon à eau à Caracas en mai 2017.   (CNS photo/Mauricio Duenas, EPA)
2018-08-06 15:33 || Monde Monde

*L'auteur revient du 5e Congrès de l'Amérique missionnaire qui se tenait en Bolivie du 10 au 15 juillet 2018.

Accompagné de 30 personnes représentant 11 des 30 diocèses du Canada francophone, je reviens enrichi d'une rencontre internationale formatrice et prophétique. En effet, du 10 au 15 juillet derniers, quelque 3000 personnes se sont réunies à Santa Cruz, en Bolivie, pour s'accorder un temps de réflexion et de formation sur le thème de la Mission. Mieux connu sous le nom de CAM (Congrès missionnaire de l'Amérique), cet évènement visait, tout comme notre œuvre, à ranimer la flamme missionnaire que chaque chrétien a en lui par son baptême.

«Ce monde n'a pas d'avenir»

Les mots d'un évêque du Costa Rica lors de ce congrès m'ont fortement interpellé: «ce monde n'a pas d'avenir.» Dans notre monde actuel, nous constatons que les divisions ne font que s'aggraver entre riches et pauvres, exploitants et exploités, opprimants et opprimés. Au congrès, les gens ont exprimé leur inquiétude quant aux maux qui affligent le Venezuela, le Nicaragua, la Colombie et Haïti. À l'heure actuelle, ces sociétés souffrent d'inégalités sociales et naviguent dans des contextes politico-économiques difficiles.

Ici, au Canada, notre société semble s'être prononcée sur la question de la foi: elle n'est permise qu'à la maison, dans la sphère privée. Les valeurs individuelles sont dorénavant plus importantes que les mœurs proposées par la foi. Notre parcours semble être tout tracé. Reste à voir où cela nous mènera.

Ayant côtoyé des centaines de délégués durant ce congrès, je reviens plus convaincu que jamais de l'urgence des appels que l'Église doit entendre dans ce monde qui ne va pas bien.

La Mission

La Mission est prophétique d'un monde qui doit changer et doit dénoncer toute injustice, tout mal, toute indifférence, toute corruption, tout individualisme, tout matérialisme. Elle est prophétique d'une fraternité qui doit se bâtir autour d'un même Père, comme le veut la révélation faite par Jésus-Christ.

Le chef de l'Église, le pape François, marque notre temps par une redécouverte de la raison d'être de l'Église: être en sortie! Cette expression est un appel à la conversion pour l'Église, qui n'est pas parfaite. Elle doit interpeller aussi bien la communauté ecclésiale que chaque baptisé.

J'ai été témoin de ce qui se passe depuis plusieurs années en Amérique latine, où un vent de Pentecôte souffle au sein de ce peuple rempli d'élan missionnaire. Si nous étions 3000 délégués à ce congrès, imaginez le nombre réel de jeunes, de religieux, de couples et de familles, de prêtres qui se trouvent derrière ce chiffre! Ils sont des milliers, et j'oserais même penser des millions de baptisés, bien sensibilisés et formés à la Mission. Ils osent sortir de leur culture locale pour aller à la rencontre des autres cultures, car la Mission est tout à la fois ad intra et ad extra, ou encore ad gentes. Bref, chez nous et partout.

Une trentaine de délégués de l'Église canadienne reviennent de ce congrès très enthousiastes. La réflexion est donc appelée à se poursuivre dans les prochaines années. Nous embarquons dans le post-CAM, aidés des fruits portés par les ateliers, les conférences, les rencontres, les partages et les propositions concrètes prises par l'ensemble des participants du CAM.

Ces propositions ont pour but de réaliser la véritable Église en sortie: aller à la rencontre des autres, promouvoir le développement de communautés missionnaires, annoncer l'Évangile aux familles et mieux faire connaître Dieu.

Yoland Ouellet, o.m.i.
Directeur national des Oeuvres pontificales missionnaires du Canada francophone


1 Commentaire(s)

Carl Hétu || 2018-08-09 07:55:35

Merci père Yoland pour ce vibrant témoignage, redéfinir ce qu'est missionnaire en ces temps difficiles et complexes est important. Il faut recentrer le débat comme vous le dites si bien, sur la dignité de la personne et sur une planète en santé et l'église à un rôle primordiale a jouer là dedans.

 

du même auteur

Les Soeurs servantes du Saint-Coeur de Marie vendaient ces derniers jours le mobilier de leur maison provinciale située sur la rue des Casdades, à Beauport. Les religieuses, qui ont déjà quitté l'édifice, cherchent un promoteur à qui le vendre.
2018-12-12 15:08 || Québec Québec

Photo du jour - 12 décembre 2018

Le pape arrive le 29 novembre 2018 à la Convention internationale des recteurs et des travailleurs pastoraux des sanctuaires, à Rome. L'évêque à droite sur la photo est Pierre-Olivier Tremblay, évêque auxiliaire de Trois-Rivières et recteur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap.
2018-12-03 15:53 || Vatican Vatican

Photo du jour - 3 décembre 2018

Lettre ouverte du bibliste Claude Lacaille sur la crise que traverse l'organisme Développement et Paix.
2018-11-20 11:15 || Canada Canada || 7 Commentaire(s)

Lettre ouverte : Développement et Paix emporté par un courant intégriste

articles récents

«Ainsi, «Christ Jésus» auront été les deux derniers mots publics écrits par Jean d’Ormesson», remarque Louis Cornellier.
2018-12-12 15:18 || Monde Monde || Aucun commentaire

D’Ormesson métaphysique

«Une vague illumination, qui me donne de sublimes émotions? Qu’en ferais-je, sinon la raconter en me rappelant que c’était formidable?», écrit Louis Cornellier.
2018-11-26 11:55 || Québec Québec || 2 Commentaire(s)

Pourquoi je ne suis pas mystique

La statue du Christ rédempteur, à Rio de Janeiro, au Brésil. Sept des 52 partenaires de Développement et Paix visés par des allégations de non conformité aux positions de l'Église se trouvent au Brésil.
2018-11-26 10:28 || Canada Canada || 6 Commentaire(s)

Développement et Paix mérite mieux qu'une révision bâclée