Chronique de Jocelyn Girard

Décentraliser l’Église: François au risque de la synodalité

Le pape a invité l'Église à être plus synodale. Le voici alors qu'il s'apprête à parler. À l'avant-plan se trouvent les cardinaux Peter Erdo de Esztergom-Budapest, André Vingt-Trois de Paris, Luis Antonio Tagle de Manille et Wilfrid Napier de Durban.
Le pape a invité l'Église à être plus synodale. Le voici alors qu'il s'apprête à parler. À l'avant-plan se trouvent les cardinaux Peter Erdo de Esztergom-Budapest, André Vingt-Trois de Paris, Luis Antonio Tagle de Manille et Wilfrid Napier de Durban.   (CNS Photo/Paul Haring)
Jocelyn Girard | Chroniqueur
Chroniqueur
2015-10-21 14:37 || Vatican Vatican

Décentraliser l’Église. Le pape François a surpris un peu tout le monde en évoquant cette idée samedi dernier lors de la célébration du 50e anniversaire de la réintroduction des synodes.

L’Église s’est définie elle-même à la suite d’un long développement qui a cristallisé sa structure hiérarchique en forme de pyramide. Au fil des siècles, la base est devenue une masse de fidèles à qui il ne resterait qu’à recevoir un enseignement et à accomplir une pratique uniformisée.

Mais avec le Synode sur la famille qui se déroule présentement à Rome, l’Église redécouvre la synodalité. Celle-ci entraîne une culture du discernement qui implique tous les niveaux de responsabilité, à partir du baptisé, lui-même engagé dans son Église locale.

Le discours de François samedi venait revaloriser cette approche.

Le pape affirme, comme le concile Vatican II l’avait souhaité, qu’il faut décentraliser l’Église, car les problèmes et les solutions peuvent différer d’une région ou d’un pays à un autre. François renforce sa démonstration en lâchant: «Vraiment, le chemin de la synodalité est le chemin que Dieu attend de l’Église au troisième millénaire».

Après les réaffirmations fortes du pouvoir central personnifié par la papauté, François n’est-il pas en train de mettre un grain de sable dans cet engrenage réputé indémontable?

Qui dit synodalité dit apport des fidèles

La synodalité prend appui sur un principe théologique reconnu par la tradition: le sensus fidei, c’est à dire le «flair» des fidèles, une sorte de sixième sens pour l’orienter dans sa quête spirituelle et pour l’aider à faire des choix en accord avec sa vie de foi.

Si on rassemble une multitude de fidèles, on devrait – théoriquement – pouvoir disposer d’une sagesse collective qui permettrait de mieux cerner les grandes questions morales et spirituelles propres à chaque époque et à chaque région. À partir de ces vastes consultations réalisées dans la prière et l’écoute attentive de la Parole de Dieu, l’enseignement du magistère pourrait gagner en proximité avec le vécu du peuple et en un sens pastoral plus aiguisé.

Bien sûr, il ne s’agit pas de consultation démocratique, ni de votes à la majorité, mais bien de discernement spirituel. La qualité de l’écoute est requise de tous les niveaux et elle commence dans l’Église locale, par ses différents conseils jusqu’au synode diocésain, «en partant des gens, des problèmes de tous les jours», selon le pape qui ajoute «la nécessité et l’urgence de penser à une conversion de la papauté ».

Inverser l’histoire récente

Ce discours et cette approche pastorale ont de quoi étonner quand ils sont le fait du pape lui-même. Car bien qu’ils n’aient que 50 ans dans leur formule actuelle, les synodes romains n’étaient devenus, avant 2014 et 2015, que des assemblées dont les orientations étaient déjà, pour l’essentiel, dictées d'avance par la curie, le pape n’ayant plus qu’à en publier les conclusions dans une exhortation post-synodale.

L’ouverture contrastée du pape François s’est manifestée concrètement par une consultation très vaste auprès des fidèles et des évêques locaux avant le synode actuel. Celui-ci paraît soudainement un véritable lieu de discussions franches et d’expression plus libre. C’est ce qui permet à l’évêque d’Anvers de souhaiter «que le synode reconnaisse aux évêques locaux l’espace d’action et la responsabilité nécessaires à formuler dans la portion du peuple de Dieu qui leur est confiée, des réponses adéquates aux questions pastorales». Dans la même veine, Mgr Paul-André Durocher, archevêque de Gatineau et délégué au synode, s’interroge: «Peut-on fixer les grands principes dans un texte universel et laisser la place à des déclinaisons locales ?»

Prudence avec les synodes locaux

Des expériences synodales locales ont eu lieu à Montréal et à Québec au cours des dernières décennies. Malgré l’enthousiasme, les résultats avaient déçu un certain nombre de participants, car plusieurs propositions avaient été modifiées ou ignorées.

On l’a vu au Québec: l’exercice synodal n’est pas forcément un chemin facile à emprunter. Aujourd’hui, de nombreuses prises de positions divergentes surgiraient d’une région à l’autre, d’un pays à l’autre, et le rôle d’arbitre de l’évêque de Rome s’en trouverait davantage sollicité.

Je serai le premier à applaudir une conversion synodale de toute la structure de l’Église, y compris de la papauté. Mais je sais que cette voie produira davantage de divisions et une communion beaucoup plus fragile.

Mais c’est peut-être le risque à prendre pour retrouver, ici au moins, une Église à l’écoute et de nouveau crédible: elle marcherait encore plus près de ses fidèles afin de faire entendre ses joies et ses peines, ses angoisses et ses espoirs, jusqu’à Rome.


4 Commentaire(s)

Mohammed Anour Roula || 2015-10-26 13:04:14

C'est une bonne nouvelle. Il y a un grand risque de fragmentation de l'Église. Je pense que la fragmentation est une donnée de son état, passé et actuel, avec quoi il faut travailler.

luc potvin || 2015-10-22 09:23:29

Je partage ce même espoir et j'ai envie du risque... Du même coup, j'ai peur pour la sécurité de ce pape que j'aime de jour en jour.

Paul-André Durocher || 2015-10-22 03:05:17

La synodalité qu'évoque le Pape dépasse de loin la seule tenue de synodes diocésains. Réduire l'expérience québécoise de la synodalité aux deux synodes diocésains de Montréal et de Québec n'est pas rendre justice à une histoire qui a vu se multiplier les lieux d'écoute mutuelle et de prise de décision collaborative. Je pense en particulier aux conseils diocésains de pastorale, et aux nombreux processus consultatifs inventés pas les diocèses pour engager tous les fidèles dans le choix de priorités. Il serait intéressant de répertorier tous les lieux où s'exerce déjà la synodalité dans notre Église.

Jocelyn Girard || 2015-10-22 22:05:00

Reconnaissons ensemble que bien des aspirations des fidèles sont restées lettres mortes au sein des diverses instances locales associées à la synodalité. Dans les textes, elles sont sans doute bien en phase avec la participation de toute l’Église, à tous les niveaux, de tous les baptisés, mais dans les faits, la plupart de ces conseils, par exemple le conseil diocésain de pastorale, sont le plus souvent réduits à n’être que des cercles de moins en moins significatifs sur le plan de la gouvernance. Les expériences synodales que j’ai mentionnées ont laissé de douloureuses blessures parmi un grand nombre de baptisés, hommes et femmes, qui avaient vu dans ces opportunités de véritables canaux pour partager leurs aspirations. Ce n’est pas d’hier que la question des divorcés-remariés est apparue dans l’Église. Rappelons-nous même des premiers diacres permanents qui en faisaient leur chantier prioritaire dès la fin des années 70. Il aura fallu 40 ans avant que le sujet soit réellement au centre des débats à l’intérieur d’un synode romain, non pas par le flux synodal qui aurait traversé toute l’Église, comme le souhaite maintenant François, mais parce que ce dernier a rompu avec le formatage curial des synodes en exigeant une consultation large de tout le peuple. Et celle-ci est loin d’avoir été réalisée pleinement partout! Par manque de temps, dans mon propre diocèse [Chicoutimi], c’est un prêtre seul qui a répondu à la consultation de 2014 en lieu et place de tous! Il y a des questions locales qui, pour être résolues, doivent se rendre jusqu’à Rome pour y créer des ouvertures. Si ces questions, comme l’homosexualité avec tous les témoignages des baptisés qui en souffrent – ici on parle des personnes homosexuelles, mais également de leur famille, leurs proches, leur milieu de travail – sont empêchés d’être réellement prises en compte par tous les niveaux «inférieurs» et qu’ainsi elles ne viennent jamais aux oreilles du pape, comment voulez-vous qu’il puisse exprimer une parole éclairée? Oui, il a bien sûr l’assurance que le Saint-Esprit l’assistera, mais le sens même du caractère infaillible de ses édits implique la foi exprimée par tous les fidèles… Ce que le pape François semble souhaiter, c’est de puiser à l’intuition profonde de Vatican II qui voulait rendre l’Église à tous ses baptisés, alors que la hiérarchie se l’était appropriée. Remettre les choses à l’endroit, c’est ce qu’il faut faire. Et c’est maintenant le moment favorable!

Pierre F. || 2015-10-21 21:39:48

Toujours aussi bien articulé, Jocelyn pour nous faire comprendre l'essentiel de ce qui se passe à Rome. Merci de ton apport.

 

du même auteur

Greta Thunberg s'inscrit dans une longue tradition de prophètes qui exhortent à redécouvrir la centralité de l’amour dans l’expérience humaine, explique Jocelyn Girard.
2019-09-24 10:31 || Monde Monde || 6 Commentaire(s)

Sainte Greta du climat

«Ainsi la laïcité, plutôt que de nous rassembler dans un espace libre et ouvert à tous, deviendrait le motif de communautarisation à outrance. En combattant le multiculturalisme avec sa loi 21, le gouvernement du Québec pourrait nourrir la division par la religion.»
2019-06-17 10:15 || Québec Québec || 6 Commentaire(s)

Big Legault is watching you

Des soldats américains prennent d'assaut la plage d'Omaha le 6 juin 1944. Cette année marque le 75e anniversaire du débarquement en Normandie.
2019-06-05 14:16 || Monde Monde || Aucun commentaire

Retrouver l'espérance aujourd'hui

articles récents

«Sans une conscience de la transcendance, sans le sentiment qu’un sens existe qui dépasse les accidents et les tourments de la vie ordinaire, la vie humaine devient une maison construite sur le sable», écrit Louis Cornellier sur Le chandail de hockey.
2019-10-15 11:58 || Québec Québec || Aucun commentaire

La Sainte Trinité québécoise

2019-10-08 17:33 || Québec Québec || Aucun commentaire

Soutenir Présence, ça presse!

«Bref, les canards de la Belle province s’agitent comme volailles en poulailler, alors que de la Californie le monstre Google va bientôt menacer toute la presse occidentale», écrit Jean-Claude Leclerc.
2019-09-30 12:00 || Québec Québec || 2 Commentaire(s)

La presse québécoise réduite à la faillite ou à la charité