Lettre ouverte

Des églises ouvertes à la spiritualité de ce siècle

«Et si nous réintégrions l’espace de nos églises avec l’ouverture spirituelle de notre époque?», demande l'auteur.
«Et si nous réintégrions l’espace de nos églises avec l’ouverture spirituelle de notre époque?», demande l'auteur.   (Pixabay)
2018-12-24 14:46 || Québec Québec

La spiritualité des Québécois et Québécoises n’est pas morte. Au contraire! Elle se porte bien et est toujours présente. Malgré une Révolution tranquille qui a voulu tout balayer, cette réalité humaine résiste de manière parfois audacieuse.

Imprégnée de bouddhisme, de christianisme, de judaïsme, d’islamisme, de pensées orientales et bien d’autres, la spiritualité de notre époque persiste dans un heureux mélange de significations. Elle prend de nouvelles formes, revêt de nouveaux visages. Elle évolue sans frontière et sans appartenance. Moins institutionnelle et plus personnelle, elle questionne, chemine, réfléchit en toute autonomie. La spiritualité de notre siècle est éclectique! Une seule chose lui manque, ce sont des lieux!

Et si nous réintégrions l’espace de nos églises avec l’ouverture spirituelle de notre époque?

L’histoire du Québec a bâti des églises. Nos parents et les parents de nos parents y ont investi temps et argent. Le Québec est l’héritier de ces monuments. C’est notre histoire, notre culture, notre parcours de vie. Et, bien que nous ayons évolué vers une spiritualité fort différente de celle qu’ont connue nos parents, notre spiritualité est bien vivante. Fort de ce constat, pourquoi ne pas réinvestir nos églises dans cette spiritualité qui nous ressemble et nous rassemble? Pourquoi ne pas investir nos églises dans une joyeuse convivialité, sans désir de prosélytisme? Pourquoi ne pas redonner les églises aux citoyens pour en faire des espaces de paix, d’échanges et de rencontres dans le tumulte de nos vies agitées?

Nos églises sont vides, à vendre, parfois à l’abandon. Cependant, chaque village et maints quartiers des villes du Québec ont encore leurs clochers qui résonnent chaque jour. L’église fait partie de notre réalité. Elle n’est plus ce qu’elle était, ou ce que certains ont connu, mais elle est toujours là. Quelque chose a toutefois cédé en elle. Quelque chose s’est rompue et appelle à une reconfiguration de ce que nous appelions «faire Église». Pour ceux et celles qui ont grandi dans le christianisme, rappelons-nous qu’à la résurrection personne n’a reconnu le Christ. À la résurrection, il n’a jamais le visage qu’on attend de Lui… Pourrons-nous reconnaitre ce visage aujourd’hui?

Porté par ce désir, un comité paroissial tente actuellement d’ouvrir une brèche qui permettrait la cohabitation et la rencontre. L’idée a germé dans le village de Saint-Michel-de-Bellechasse, entre Lévis et Montmagny.

Responsables des célébrations en l’absence de prêtres, les membres de ce comité tentent de redonner du souffle à la communauté. Un travail ardu et cloisonné qui n’avance qu’avec de bien maigres succès. Pour sortir de cette impasse, le comité a décidé de passer à l’action en faisant tomber les cloisons; ceci tout en se référant à l’expérience de Compostelle.

L’expérience des chemins de Compostelle est inspirante et parlante. S’effectuant dans une spiritualité ouverte, affranchie de l’institution sans pour autant l’exclure, elle se vit dans l’accueil et la diversité. Alors, pourquoi ne pas vivre cette expérience ici, dans nos églises, en renonçant à l’exclusivité et en choisissant l’ouverture? En dehors des célébrations eucharistiques, l’église est vide la majeure partie du temps. Pourquoi ne pas ouvrir ses portes et se faire accueillant à la diversité spirituelle de notre époque? Pourquoi ne pas risquer la relation et entrer dans un dialogue qui pourrait se révéler riche et fructueux?

Devant le dynamisme des chemins pèlerins, le comité de Saint-Michel-de-Bellechasse s’est laissé interpeller et c’est par un projet tout simple qu’il propose d’entrer dans cet esprit en ouvrant l’église communale pour des temps de méditations libres, dans une ambiance musicale. Deux fois par semaine, les mardis (16h) et jeudis (19h) pendant les 3 premières semaines de décembre, les gens de toutes croyances et de toutes allégeances étaient invités à trouver un lieu pour se déposer en toute tranquillité en l’église de Saint-Michel. Riche de cette expérience, le projet devrait se poursuivre après les Fêtes.

La spiritualité est bien vivante, il n’y a pas à redire. Nous la croisons chaque jour, nous en parlons chaque jour, souvent sans nous en rendre compte. Nous devons donc faire l’effort d’apprendre à la reconnaitre en lui répondant de manière accueillante et en suscitant des espaces pour qu’elle puisse émerger et prendre corps. C’est l’espoir que porte ce comité.

Éric Laliberté
Doctorant en théologie, spécialisé en études pèlerines
Université Laval


6 Commentaire(s)

Jacques Giroux || 2019-01-02 09:18:43

Selon moi, la vraie spiritualité est celle où l'engagement communautaire supporte la prière personnelle. L'église du quartier ne doit pas ouvrir ses portes aux seuls croyants; elle doit aussi les ouvrir aux sans abris, aux réfugiés, aux ex-détenus... C'est le nouveau visage de l'Église universelle que j'aimerais voir en 2019.

Charles Morin || 2018-12-26 10:23:07

Bonjour, Je suis heureux de lire votre article et d'entendre ce nouveau son de cloche... Merci et Bonne Année !!!

RIchard Guillotte || 2018-12-26 09:07:22

J'approuve votre initiative et j'espère voir nos Églises ré-ouvrir leurs portes tout au long de la semaine et cela dans un avenir proche. C'est une très belle initiative et comment puis-je supporter votre démarche! Richard.

Nicole || 2018-12-26 07:39:14

Quelle belle idée ! Se retrouver ensemble dans un lieu unique pour rejoindre le même Dieu qui est Amour quel que soit le nom qu’on lui donne. Un exemple à suivre...

Isabelle Farand || 2018-12-26 06:12:45

L'ouverture a rassembler les diverses religions est certainement très humaniste. Or, c'est une pente extremement glissante, cela donnera lieu a des messes sans eucharistie très bientôt .

Jacques Lalonde || 2018-12-26 05:02:29

En ce temps de l'année qui, pour les pauvres, appartient davantage au froid qu'à la fête, ouvrir les églises à un temps de réflexion serait avant tout ouvrir des espaces de chaleur aux sans-abris, des lieux de convivialité aux gens seuls, offrir des moments de silence à l'assourdissement des villes. Le peuple de Dieu a froid de son isolement individuel, de ses distances avec son prochain, de ses fermetures à l'autre. Or l'accueil au sein de ces églises ouvertes ne pourra se faire en abandon de ceux qui y entre. Il nous faudra développer une pastorale d'accueil inconditionnelle et non de tolérance indifférente, prendre le risque de l'autre, c'est à dire celui de tous ceux qui entrent... et ressortent. Nous ne pourrons aimer de façon différenciée, préférant ceux qui nous ressemblent en retrait de ceux qui nous bousculent. N'ai-je pas raison de penser que derrière l'épaule de chacun se profile le visage du Christ, Lui qui nous regarde et nous demande "Qui es-tu vraiment?". L'ouverture de nos églises est un formidable défi à la plasticité de l'amour envers l'autre et un défi lancé à l'Église et ses résistances. Je crois que l'aventure en vaut la peine.

 

du même auteur

Alfred Kempski, un vétéran américain de la Seconde Guerre mondiale, assiste à une célébration religieuse le dimanche 10 novembre 2019 à la Long Island State Veterans Home, à Stony Brook, dans l'État de New York.
2019-11-12 08:46 || Monde Monde

Photo du jour - 12 novembre 2019

«Alors qu’elle prétend travailler à la sauvegarde de la culture québécoise comme société distincte, elle semble plutôt chercher des manières de l’uniformiser: test des valeurs, loi sur la laïcité, refus des signes religieux, même les cloches d’église sont devenues suspectes dans certains quartiers»,
2019-11-07 16:54 || Québec Québec || 4 Commentaire(s)

Le test des valeurs: le paradoxe d’une société distincte

L'évêque de Saint-Hyacinthe, Christian Rodembourg (à l'avant-plan), a été élu président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ) le 20 septembre 2019 pour un mandat de deux ans.
2019-09-20 16:02 || Québec Québec

Photo du jour - 20 septembre 2019

articles récents

La Conférence des évêques catholiques des États-Unis a profité de son assemblée automnale pour adopter, le 12 novembre, un projet de lettre destinée aux catholiques en vue des prochaines élections.
2019-11-18 10:24 || Monde Monde || Aucun commentaire

L’avortement, critère absolu pour les électeurs catholiques?

Le chœur de la cathédrale de Roseau, en Dominique, vers 1907. Le travail de décoration est attribué au frère rédemptoriste Ildephonse Lepas.
2019-11-14 10:22 || Monde Monde || 1 Commentaire(s)

Du Québec aux Antilles, que reste-t-il d'Ildephonse Lepas?

2019-11-11 00:00 || Québec Québec || 2 Commentaire(s)

Soutenir Présence, ça presse!