Chronique de Jocelyn Girard

Haïr les religions, bâtir une société: un problème québécois

  (Présence/Philippe Vaillancourt)
Jocelyn Girard | Chroniqueur
Chroniqueur
2015-11-04 11:52 || Québec Québec

Les chiffres paraissent troublants: 45 % des Québécois disent avoir une perception négative de la religion. Presque autant trouvent suspect quelqu’un qui exprime ouvertement sa religion. Près de la moitié se disent dérangés à l’idée de recevoir un service par une femme portant un simple voile, objet manifestement relié à l’islam… Ces chiffres et d’autres constats font dire au président de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, Jacques Frémont, qu’au Québec, plusieurs personnes détestent «religieusement» la religion. 

Ce constat survient dans un contexte de forte croissance religieuse partout dans le monde. Les Québécois pourraient juger ce phénomène de haut et se croire à l’abri en pensant tout simplement que leur culture occidentale et leur éducation les prémuniront de tout joug religieux.

En réalité, même dans une société québécoise postmoderne dominée par les valeurs individuelles, le retour du religieux se présente par une diversification des allégeances. Les chrétiens font de la place à d’autres religions et à un grand nombre de spiritualités qui essaiment.

Jean-François Mayer affirme que les nouvelles technologies de l’information ont décuplé les moyens de diffusion des idées religieuses. L’hindouisme, le bouddhisme, l’islam, l’évangélisme se transmettent également grâce à l’individualisme plutôt qu’aux approches communautaristes.

Depuis plusieurs années déjà, les études et les projections dégagent trois grandes tendances dans la composition religieuse des sociétés occidentales : la diversification des appartenances religieuses, la montée de l’islam et la croissance du pourcentage de personnes qui ne revendiquent aucune affiliation religieuse, ce qui ne signifie pas nécessairement qu’elles n’ont pas de croyances religieuses.

Vivre dans un monde pluraliste

Les Québécois doivent donc s’attendre à ce que le monde religieux continue de croître. Faut-il alors persister dans la haine des religions? À quoi nous préparons-nous si le sentiment antireligieux demeure aussi élevé, voire en hausse?

La question du vivre-ensemble se pose de manière très claire.

En effet, comment pourrons-nous élaborer des programmes politiques qui tiendront compte des éléments individuels comme l’adhésion à une religion dans la composante identitaire nationale?  Comment sera-t-il possible de nous côtoyer au jour le jour si le seul fait de voir un signe religieux engendre une réaction de gêne ou de rejet, quand ce n’est pas carrément de la violence verbale ou autre?

Il est plus que temps de réaliser que notre société évoluera très mal si la moitié de la population continue de «croire» que les religions sont dangereuses pour nos enfants et qu’il faut leur dire «ça suffit», comme vient de le faire l’ex-candidat à la chefferie du Parti québécois, Jean-François Lisée.

Une responsabilité partagée

Mais les religions doivent de leur côté savoir tenir compte de cette opinion négative.

Affirmer qu’elle n’est que le fruit d’esprits mécréants et ignares ne suffit plus.

Il est temps qu’à l’intérieur de chaque horizon religieux les croyants se mettent à chercher ce qui irrite tant les non-croyants, en s’attardant à leurs propres attitudes et comportements.

Si ces croyants sont véritablement en phase avec leur propre religion, ne serait-il pas alors conséquent de voir apparaître des hommes et des femmes plus sereins devant les tourmentes, plus accomplis dans leur humanité, et donc plus aimants des autres, y compris de ceux et celles qui leur sont différents? Comme le dit le dalaï-lama: «La meilleure des religions, c’est celle qui fait de toi un meilleur humain».

Je suis loin d’être assuré que c’est l’effet produit pour tous les croyants qui vivent ici.

«Religion» signifie «relier», rassembler. Face à un fort sentiment antireligieux et face aux crises impliquant les religions au Québec ces dernières années, rien n’indique que les tensions s’apaiseront. Le défi du vivre ensemble, qui est sémantiquement constitutif de l’expérience religieuse, reste entier.

Le temps est venu que les religions se mettent au défi de ce qu’elles prétendent être.


8 Commentaire(s)

jy chart || 2016-10-07 13:39:48

Les religions ont été inventés pour contraindre les peuples faibles il y a belle lurette!!

Jocelyn Girard || 2016-10-10 00:00:00

Il y a une part de vrai dans ce que vous affirmez, je ne peux le nier... Mais au-delà de leur "invention" humaine, les religions cherchent à refléter la dimension spirituelle qui est innée chez les humains. Dans le christianisme, celle-ci s'exprime par la conviction que le divin - Dieu - s'auto-révèle, se donne à connaître aux femmes et aux hommes de toutes les époques.

Daniel Forest || 2015-11-09 08:55:24

Aujourd'hui beaucoup de personnes refusent de croire en une structure qui représente l'autorité. Il y a cependant une spiritualité présente chez ces personnes. Il s'agit simplement de les accompagner avec respect et amour où les gens se sentiront libres. Après tout il ne faut pas oublier que Jésus est venu pour libérer les gens de la peur ... Daniel Forest

Caroline Boily || 2015-11-06 21:03:57

Très beau texte Jocelyn qui mérite réflexion. Bravo!

Christian Bélanger || 2015-11-06 08:54:47

Excellente chronique :)

Jocelyn Girard || 2015-11-06 00:00:00

Merci!

Mélanie Poisson || 2015-11-05 08:34:38

le temps est venu aussi pour les "religieux" de quitter leurs zones de conforts, quitter leurs cloîtres pour aller aux périphéries du monde ré-évangéliser en donnant Un Dieu d'amour, un Jésus à l'écoute à ces Autres, qui sont si éloignés de nous... et pour donner ce même Jésus aux autres, rien de mieux que de d'abord savoir ÉCOUTER cet autre être humain dans ses besoins, dans ses souffrances, dans ses désirs et ses joies intimes et personnelles... Écouter au lieu de parler, de jacter, de moraliser... Écouter, le verbe le plus présent dans la bible... Écouter à la manière de Jésus, qui quand on venait à lui, avant de faire quoi que ce soit demandait ainsi: "Que veux-tu? Parle, je t'écoute..." Voilà ce que c,est vraiment que d'évangéliser; faire connaitre et aimer Jésus d'abord et avant tout PAR ses commandements et en donnant son exemple. S'isoler dans notre coin, en remettant l'Autre qui ne pense et ne vit pas comme nous, et en restant cachés dans nos églises qui tombent en ruine, ce n'est pas être un bon disciple de Jésus, car Jésus nous a demandé d'aller aux extrémités du monde, et donc de se faire présent pour le marginaux et ces personnes qu'en bons sépulcres blanchis, nous traitons trop souvent de mécréants... C,est pourquoi je trouve tellement que tu as raison, d'écrire ce que tu écris dans ce billet, Jocelyn! Si seulement nous avions plus de gens comme toi dans l'Église, le Québec s'en porterait beaucoup mieux!

Guy Ulric Wilson || 2015-11-04 16:50:00

Une seule remarque, lorsqu'on écrit que "45 % des Québécois disent avoir une perception négative de la religion" on ne dit que c'est une perception, rien d'autre et, ceux-ci, ont sûrement la "Foi" mais ne s'associent plus à une église en particulier.On peut être chrétien, non chrétien, musulman... sans s'identifier à une église qui, trop souvent, crée des limites arbitraires, établies par l'homme et l'homme seul...

Jocelyn Girard || 2015-11-06 00:00:00

Vous avez raison de faire la distinction entre "religion" et "foi" ou "croyances". Les gens croient encore beaucoup si on en croit d'autres sondages. Mais l'affiliation à une Église ou à une grande religion ne transforme pas ces mêmes croyants en zombies qui accompliraient mécaniquement toutes les ordonnances de leur religion! La très vaste (et j'insiste sur le "vaste") majorité des catholiques, des musulmans et des juifs qui affirment leur appartenance religieuse ne présentent aucun risque pour la société, ni ne seraient contagieux par le seul fait d'être identifiables par un signe quelconque. Notre peur collective réfère à un passé qui a été vécu comme un lourd fardeau par une bonne portion de la population catholique et cette peur s'est transmise de génération en génération. Aujourd'hui, elle semble s'étendre aux autres religions.

Christian || 2015-11-04 14:27:40

En gros, les religions seraient plus crédibles si les croyants qui y adhèrent se limitent à une pratique religieuse privée et spirituelle et ne devrait pas essayer de changer la société dans laquelle ils vivent.

Jocelyn Girard || 2015-11-06 00:00:00

Oui, c'est ainsi que la plupart des Québécois comprennent "la laïcité"... Chacun dans sa maison privée ou dans son temple et la société s'en porterait mieux ainsi. Un signe religieux dans l'espace public, celui où tous les citoyens peuvent circuler librement, serait perçu comme menaçant. Est-ce le cas, réellement? Quand des femmes portant un simple voile se font agresser au centre commercial ou quand des chrétiens s'offrent comme bénévoles dans une bibliothèque et que la planète médias s'indignent d'une telle générosité, c'est qu'il y a vraiment quelque chose qui ne va plus dans l'ouverture.

francine gilbert || 2015-11-04 13:55:46

1 ment je crois plus de divorce a tous les ages et le manque de pretres en services ecoutent et religions autres moi a longueuil 4000 personnes evangelistes chretiens ramassent autres catholiques et autres religions francine gilbert

 

du même auteur

«Ainsi la laïcité, plutôt que de nous rassembler dans un espace libre et ouvert à tous, deviendrait le motif de communautarisation à outrance. En combattant le multiculturalisme avec sa loi 21, le gouvernement du Québec pourrait nourrir la division par la religion.»
2019-06-17 10:15 || Québec Québec || 5 Commentaire(s)

Big Legault is watching you

Des soldats américains prennent d'assaut la plage d'Omaha le 6 juin 1944. Cette année marque le 75e anniversaire du débarquement en Normandie.
2019-06-05 14:16 || Monde Monde || Aucun commentaire

Retrouver l'espérance aujourd'hui

Jean Vanier, fondateur de L'Arche, est décédé le 7 mai 2019. Image tirée du documentaire 'Summer in the Forest'.
2019-05-07 07:23 || Monde Monde || 8 Commentaire(s)

Jean Vanier dans ma vie

articles récents

«C’est justement ce qui fait l’originalité et la force du christianisme: quand il parle de sa vie à son Dieu, le chrétien sait qu’il ne s’adresse pas à un Père Fouettard évanescent, mais à un ami qui est passé par là», écrit Louis Cornellier.
2019-06-19 10:00 || Monde Monde || 1 Commentaire(s)

Parler au Jésus de l'histoire

«Ainsi la laïcité, plutôt que de nous rassembler dans un espace libre et ouvert à tous, deviendrait le motif de communautarisation à outrance. En combattant le multiculturalisme avec sa loi 21, le gouvernement du Québec pourrait nourrir la division par la religion.»
2019-06-17 10:15 || Québec Québec || 5 Commentaire(s)

Big Legault is watching you

Des soldats américains prennent d'assaut la plage d'Omaha le 6 juin 1944. Cette année marque le 75e anniversaire du débarquement en Normandie.
2019-06-05 14:16 || Monde Monde || Aucun commentaire

Retrouver l'espérance aujourd'hui