Lettre ouverte

Irais-je à l’église à Pâques?

Intérieur de la basilique Notre-Dame, à Montréal.
Intérieur de la basilique Notre-Dame, à Montréal.   (Pixabay)
2018-03-26 11:48 || Québec Québec

Jusqu’au milieu du XXe siècle, les Québécois et Québécoises s’identifiaient en disant: «je suis de telle paroisse…» De nos jours, on dit j’habite le Plateau, Rosemont, HoMa, le Vieux-Québec…Il faut dire que jusqu’aux années 1960, l’Église catholique est très présente, omniprésente diront certains, dans la société québécoise.

En 2018, l’Église est malmenée et mal aimée. Bien sûr, des scandales sexuels ont fait grand bruit et contribué à noircir sa réputation, c’est indéniable. Plus largement, on constate un malaise certain à son évocation, à un point tel que de nombreux jeunes ont peur de dire publiquement qu’ils sont croyants et qu’ils pratiquent leur religion.

On pourrait s’étonner que le pape François bénéficie d’un très large capital de sympathie, voire de l’admiration de très nombreux Québécois, alors que son église est au banc des punitions…

On a célébré l’histoire de Montréal au cours des derniers mois, mais sans s’attarder trop sur le caractère quasiment mystique de cette réalisation et la contribution des religieux et religieuses. Pourquoi avoir honte et oublier notre histoire ? Nos racines et nos origines sont si importantes.

De nombreux commentateurs, notamment parmi les médias, ont vite fait de déclarer que l’Église catholique est moribonde. C’est un jugement à l’emporte-pièce qui ne reflète pas la réalité. L’institution que l’on a connue avant la révolution tranquille n’existe plus, c’est un fait. L’Église d’aujourd’hui travaille à se redéfinir, elle se réorganise différemment, pour répondre aux besoins d’aujourd’hui.

Au Québec, comme dans la plupart des pays occidentaux, il y a une grande soif de spiritualité. Notre société a connu des changements extrêmement rapides pendant plusieurs décennies ; elle doit s’y adapter. Ce n’est pas un hasard si, depuis quelques années, les hôtelleries des monastères peinent à suffire à la demande de plus en plus forte. Les gens aspirent à trouver, dans leur vie, des espaces de calme et de sérénité; ils sont tout autant à la recherche de sens et d’absolu.

Quel rôle pour l’Église dans tout ça? Notre monde va à toute vitesse, au détriment souvent des relations humaines et des vraies rencontres. En 2018, les gens vont voir les prêtres non pas pour se faire pardonner leurs péchés mais pour se confier à une personne qui est à leur écoute. Personnellement, je suis toujours surpris de voir les gens qui entrent dans les églises. Tous ne sont pas croyants, mais ils cherchent un lieu paisible pour méditer, ou simplement se détendre un moment. Nombreux sont ceux qui cherchent un espace pour rencontrer Dieu et lui confier leur vie, dans une démarche plus individuelle. Enfin, d’autres cherchent toujours à briser l’isolement et souhaitent être accompagnés pour vivre une célébration, une expérience de foi partagée, Ils sont plus nombreux qu’on ne le pense.

Oui en 2018, il y a encore des gens pour qui l’Église a un sens, pour qui elle répond à un réel besoin et d’autres qui choisissent de s’y engager. Au Grand Séminaire de Montréal, il y a présentement 17 futurs prêtres en formation, alors que le Grand Séminaire de Québec en accueille quatre (4) cette année.

Le dimanche 1er avril prochain, à l’occasion des festivités de Pâques, beaucoup de Québécois et Québécoises se rendront dans une église. Alors qu’on fêtera le jour de la Résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ, ils y viendront pour se confier à Dieu, et pour célébrer nos traditions familiales dans lesquelles l’Église a toujours sa place.

Mon souhait pour cette fête de Pâques 2018, c’est que nous puissions faire la paix avec notre histoire et prendre conscience de l’importance de nos traditions. Surtout, je souhaite que nous puissions prendre le temps d’aller à la rencontre de ceux et celles qui sont importants et importantes dans nos vies. C’est aussi le moment de tendre la main vers ceux et celles qui vivent des moments difficiles et de les réconforter par un sourire, une poignée de main. C’est prendre le temps de rencontrer l’autre, et de rencontrer Dieu, pourquoi pas?

Sébastien Froidevaux
Directeur général
Fondation du Grand Séminaire de Montréal


3 Commentaire(s)

Joanne Mineault || 2018-03-29 07:42:24

Pour faire la paix avec le passé, il faut d'abord que les témoignages d'abus de l'Église sortemt au grand jour et que les maitres de les prêtres avouent leurs crimes. Le pape ne demandera même pas pardon aux Autochtones parmi bien d'autres crimes contre l'humanité.

MICHELLE-ANGE || 2018-03-28 09:55:32

Le plus beau cadeau que nous recevons gratuitement c'est la foi et le témoignage de nos ancêtres qui ont bâti le pays....la civilisation dans toutes ses joies et difficultés remarquables....voire mémorables...Tout comme à l'époque de Jésus, les mêmes catégories de personnes le suivent , le condamnent, collaborent à son invitation de vivre et de propager son message d'Amour comme de sa Présence de ressuscité dans le monde et ce qui fait et est toute la différence...Les humains condamnent....Jésus-Christ nous apporte toujours l'Amour du Père qui pardonne, réconcilie, nous relève et nous invite à être de Lui de la sorte...Il nous laisse libres d'adhérer à son programme de rendre le monde meilleur «par Lui, avec Lui, en Lui ...et pour Lui» à sa grâce. Lui, Jésus-Chris nous invite toujours à accueillir et à composer avec chaque aujourd'hui de Dieu pour mieux aller de l'avant de son Esprit-Saint... en regardant de qui est...ce qui va plutôt que ce qui manque...C'est le même message qui s'applique...«prendre les 5 pains et les 2 poissons en leur donnant nous- mêmes à manger...» C'est toujours l'Esprit-Saint qui nous anime, nous dynamise...nous maintient en mouvement...Joyeuses Pâques en Celui qui ne cesse de venir nous exprimer comment aimer et demeurer en relation avec son Père, Notre-Père...en ce monde où les personnes humaines se plaisent à affirmer...souvent ce « je crois mais je ne pratique pas»....

Lorraine Hnatiuk Hétu || 2018-03-27 08:45:27

J'ai bien aimé lire vos réflections dans cette lettre et je l'ai partagée! Joyeuse Pâques!

 

du même auteur

Le mariage du prince Harry et de Meghan Markle a été célébré le 19 mai 2018 à la chapelle Saint-Georges du château de Windsor, en Angleterre.
2018-05-22 10:12 || Monde Monde

Photo du jour - 22 mai 2018

Des Palestiniens portent le corps de la petite Laila al-Ghandour, qui était âgée de 8 mois. La petite est décédée après avoir respiré du gaz lacrymogène à la frontière entre Israël et Gaza le 15 mai.
2018-05-17 09:26 || Monde Monde

Photo du jour - 17 mai 2018

Un officier israélien se tient à proximité de la frontière syrienne près du mont Bental, le 10 mai 2018.
2018-05-14 19:21 || Monde Monde

Photo du jour - 14 mai 2018

articles récents

Un homme porte un portrait de Mgr Oscar Romero dans le cadre d'une procession à San Salvador le 18 mars 2018. Mgr Romero, qui sera canonisé plus tard cette année, a été assassiné en 1980.
2018-05-14 19:44 || Monde Monde || 5 Commentaire(s)

50 ans de foi engagée

Un récent sondage commandé par les Chevaliers de Colomb du Canada révèle entre autres que 53% des catholiques canadiens se disent «pro-choix» contre 26% qui s’affirment «pro-vie».
2018-05-14 09:31 || Canada Canada || 4 Commentaire(s)

Avortement: dialoguer vers l'équilibre moral

La campagne électorale s’annonce serrée au Québec. Y aurait-il lieu de craindre, comme autrefois, le recours aux grandes peurs collectives?
2018-05-08 08:28 || Québec Québec || Aucun commentaire

L’éthique en campagne électorale: l’arme des peurs collectives