Billet de Jocelyn Girard

La Sainte Inquisition 2.0

Le jésuite James Martin.
Le jésuite James Martin.   (Par Kerry Weber (photosub 2015040610018739) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons)
Jocelyn Girard | Chroniqueur
Chroniqueur
2017-09-19 10:08 || Québec Québec

Les nouveaux inquisiteurs coulent des jours heureux dans l’Église d’aujourd’hui, pour le plus grand malheur de sa crédibilité, alors qu’un énième cas retient l’attention du Web catholique. Au banc des accusés? Le père James Martin, critiqué pour ses positions jugées trop conciliantes envers l’homosexualité.

Le livre Building a Bridge (« Construire un pont ») qu’il a publié à la fin de 2016 fait notamment la promotion de trois valeurs évangéliques à mettre de l’avant lorsqu’il est question de juger à partir de la morale biblique: le respect, la compassion et la sensibilité. En appliquant ces trois critères aux relations entre les catholiques et les LGBTQ, la position du père Martin peut se résumer ainsi: entre la conversion individuelle (exigée pour tous) et l’intégration à la communauté humaine, Jésus a toujours privilégié l’intégration, d’où les positions qualifiées de contraires à la morale de l’Église de la part de milieux conservateurs.

Le père Martin, nommé récemment conseiller auprès du Secrétariat pour les communications du Vatican, est considéré comme un proche du pape François. Cela n’a pas empêché le cardinal Robert Sarah de critiquer durement son approche il y a deux semaines.

Les nouveaux chiens de garde du dogme et de la morale n’en demandaient pas tant.

Voilà que la controverse s’est accentuée lorsque le jésuite s’est vu retirer plusieurs invitations à donner des conférences dont une à la Catholic University of America à la suite de nombreux commentaires négatifs et injurieux reçus par cette institution via les médias sociaux. On a préféré l’exclure afin de ne pas créer de tensions autour d’un événement festif, cédant ainsi aux pressions de cette nouvelle forme d’inquisition exercée non plus par des autorités, mais par la vindicte de certains baptisés.

Le poids des médias

Les réseaux sociaux sont devenus des lieux de partage d’informations à grand déploiement, mais le plus souvent partielles, partiales et parfois trompeuses. La libre-expression qui y est courante permet la diversité des commentaires, mais le caractère de nouveauté affecte peut-être encore l’esprit de discernement qui devrait se mettre en alerte devant les attaques personnelles.

À leurs yeux toutefois, les pourfendeurs ne font que défendre l’Église contre le laxisme perçu de ses clercs, auquel ils substituent une Sainte Inquisition 2.0.

On a pu le voir une fois encore aux USA lorsqu’un non-baptisé travaillant pour une agence de secours catholique fut poussé vers la sortie en raison des pressions du président d’un institut conservateur relayées sur les médias sociaux. Ici même au Québec, n’est-ce pas ce qui est arrivé à la suite d’une certaine fête de l’amour, quand des réseaux de catholiques intégristes se sont emparés de cette nouvelle allant jusqu’à obtenir une condamnation épiscopale en règle?

Même le pape n’est pas à l’abri de cette hargne. Les critiques à l’endroit du pape ainsi que de sa garde rapprochée sont formulées avec tellement d’acrimonie qu’elles s’apparentent à de l’intimidation et à du harcèlement. Le père Martin en reçoit plus que sa part depuis la sortie de son livre. Dès qu’il peut s’exprimer sur un sujet dont il est pourtant expert, on le disqualifie en raison de «son manquement» à véhiculer la morale traditionnelle telle que le Catéchisme l’enseigne, allant jusqu’à prétendre qu’il agit ainsi en raison de sa propre homosexualité qu’il garderait secrète...

Une telle homophobie n’est pas rare dans l’Église catholique. L’un de nos plus grands théologiens, Gregory Baum, en fit lui-même l’expérience. Dans son livre-testament, Et jamais l’huile ne tarit, Baum révèle son homosexualité. Pour certains, cette confession suffirait à discréditer toute son œuvre, incluant l’influence remarquable qu’il a eue sur Vatican II et son ouverture aux religions non-chrétiennes. Des sites intégristes comme Reinformation.tv et Lifesitenews.com s’en sont pris à lui, affirmant qu’il serait «la personne "qui a fait plus de mal que n’importe qui à l’Église au Canada"*».

Des relents d'extrémisme

Ce phénomène d’intimidation est-il si différent de ce qui se passe chez les jeunes et chez certains extrémistes? Est-il possible que des milieux chrétiens se soient laissés envahir par cette fausse liberté d’expression qui peut aller jusqu’à se permettre de juger au nom de Dieu lui-même?

Et qu’en est-il des communautés chrétiennes qui subsistent? Je suis loin d’imaginer que la majorité des fidèles encore actifs dans l’Église logent à la même enseigne que ces nouveaux croisés en quête de quelque hérétique à faire abjurer. La communauté des disciples a toujours cherché à adopter pour elle-même les attitudes de Jésus dans les évangiles. Et si lui n’a pas voulu juger ni condamner les personnes fragilisées par leur condition et encore moins ceux et celles qui prennent leur défense, comment des fidèles pourraient-ils s’arroger ce droit?

L’inquisition 2.0 ne doit pas prévaloir dans les couloirs de l’Église. L’institution s’est elle-même délestée d’une manière hargneuse d’exercer un tel pouvoir sur les consciences. Elle devrait inviter les nouveaux inquisiteurs de salon à travailler à leur propre conversion plutôt qu’à celle des «âmes vouées à la perdition», car, au bout du chemin, ils pourraient être surpris de découvrir qui a pris place avant eux auprès du Christ…

*Reprenant à leur compte une phrase qui serait attribuable à Mgr Vincent Foy.

Mis à jour à 17 h 22 le 26 septembre 2017.


3 Commentaire(s)

Michèle Lévesque || 2017-09-22 17:13:34

Je situe et comprends le propos, mais ce bout me fait tiquer (je cite) : "Voilà que la controverse s’est accentuée lorsque le jésuite s’est vu retirer plusieurs invitations à donner des conférences dont une à la Catholic University of America à la suite de nombreux commentaires négatifs et injurieux reçus par cette institution via les médias sociaux. On a préféré l’exclure afin de ne pas créer de tensions autour d’un événement festif, cédant ainsi aux pressions de cette nouvelle forme d’inquisition exercée non plus par des autorités, mais par la vindicte de certains baptisés." C'est peut-être la vindicte de certains baptisés et les faciles réseaux sociaux qui ont lancé le mouvement, mais on ne peut pas dire que la CUA, une institution et donc une "autorité", peut-être pas cléricale et romaine, mais une autorité néanmoins, a mis ses culottes dans ce dossier. La liberté d'expression est le nouveau loup-garou, je serais prudente quant à moi avant de pousser ce thème comme cause de ce mal de l'exclusion. Cela dit, je suis 100% d'accord avec le constat (je cite) : "L’inquisition 2.0 ne doit pas prévaloir dans les couloirs de l’Église." C'est le travail de tout le monde d'être vigilant(e)s... en étant vigilant aussi à ne pas créer d'autres types d'exclusions subtiles sous prétexte de les combattre. Signé : Michèle Lévesque

Jocelyn Girard || 2017-09-25 00:00:00

La CUA s'est en effet lavé les mains de cette situation en renvoyant la décision à son Collège Théologique. Quant à la liberté d'expression, même si elle comporte le mot "liberté", elle doit pouvoir se faire entendre et se défendre par des arguments, des confrontations d'idées, pas sur de simples calomnies. Elle perd de sa saveur et n'est plus digne d'intérêt lorsqu'elle se limite à des opinions sur la valeur d'une personne ou de ses caractéristiques... Et pourtant, c'est aussi bas qu'elle semble se complaire.

Serge Emond || 2017-09-20 17:55:12

Encore une fois, un retour en arrière ! C'est ce type de réaction, le retour au passé que plusieurs conservateurs veulent décréter, pour revenir non pas à la pureté du message évangélique mais au rigorisme de règles qu'on place au dessus de l'Évangile. Heureusement que notre François navigue bien dans ces flots agités de la haine pour se place sur le registre de l'amour. "Qui suis-je pour juger ? "

Jacinthe Lafrance || 2017-09-19 11:15:43

J'étais impatiente de lire quelque chose en français sur ce phénomène. Je suis une «follower» de Fr James Matin et c'est un véritable raz-de-marée cette campagne de haine qu'il affronte avec beaucoup de sérénité avec l'appui de ses supérieurs. Ce mouvement d'inquisition cause du tort à des œuvres véritablement évangéliques, comme on l'a vu avec Développement et Paix, il y a quelques années. Et la menace qu'il fait peser sur les institutions catholiques et leurs représentants sape la liberté de toute l'Église d'exercer un sain discernement avec l'Esprit saint. Il faudra apprendre à se mettre à l'abri de ces trolls.

Jocelyn Girard || 2017-09-19 00:00:00

En effet, ces mouvements inquisiteurs sont très organisés et puissants chez nos voisins américains et au Canada anglais. Développement et Paix a peut-être servi de base de lancement pour ces groupes qui ont pu ainsi mesurer à quel point des pressions populaires peuvent faire infléchir des soutiens épiscopaux à des oeuvres sociales et humanitaires qui rendent l'Église présente aux situations d'injustice. C'est une logique de peur qui prévaut...

 

du même auteur

Un enfant rohingya écoute des chants le 5 novembre 2017 dans un camp de réfugiés de Cox's Bazar, au Bangladesh.
2017-12-04 11:40 || Monde Monde || 2 Commentaire(s)

Les larmes des uns, le silence des autres

Église Saint-Charles-Borromée, à Québec. Photo de 2016.
2017-09-01 10:50 || Québec Québec || 20 Commentaire(s)

Sous respirateur, l’Église peut-elle renaître au Québec?

Les tensions étaient vives entre manifestants et contre-manifestants le 12 août 2017 à Charlottesville, en Virginie.
2017-08-14 10:42 || Monde Monde || Aucun commentaire

La haine érigée en liberté d’expression

articles récents

2017-12-08 20:53 || Québec Québec || 1 Commentaire(s)

Soutenir une information religieuse de qualité

Un enfant rohingya écoute des chants le 5 novembre 2017 dans un camp de réfugiés de Cox's Bazar, au Bangladesh.
2017-12-04 11:40 || Monde Monde || 2 Commentaire(s)

Les larmes des uns, le silence des autres

«Le rapport de la politique avec les citoyens doit aussi changer. Promettre n'est pas gérer, ni quémander, être libre», dit Jean-Claude Leclerc.
2017-11-01 13:14 || Québec Québec || 1 Commentaire(s)

La reconquête des villes par les citoyens ne fait que commencer