Chronique de Jean-Claude Leclerc

Le virus mortel de l'antisémitisme

Un homme ému s'arrête devant un mémorial improvisé devant la synagogue Tree of Life de Pittsburgh le 29 octobre 2018.
Un homme ému s'arrête devant un mémorial improvisé devant la synagogue Tree of Life de Pittsburgh le 29 octobre 2018.   (CNS photo/Cathal McNaughton, Reuters)
Jean-Claude Leclerc | Chroniqueur
Chroniqueur
2018-11-06 10:04 || Monde Monde

Les actes de violence aux États-Unis sont si nombreux qu’on en oublie la plupart, sauf de spectaculaires attentats terroristes. Des fusillades dans les écoles jusqu’aux tirs de police contre d’innocents suspects, un même rituel revient dans les médias: enquêtes, procès, débats sur les armes à feu, dans un climat d’impuissance, de découragement et de cynisme. Et puis de fausses bombes secouent la classe politique ou une tuerie surprend des juifs en pleine synagogue. Que faut-il comprendre?

Les engins «explosifs» visaient des personnalités de tendance démocrate et des journalistes opposés au président Donald Trump. Quel motif déclenchait cette terreur? D’autres attentats plus ou moins anarchistes ont déjà défrayé la chronique. Mais autrement plus grave est le massacre de Pittsburg, survenant dans ce pays d’Amérique qui accueillit autrefois nombre de juifs persécutés et qui n’avait jamais connu une telle attaque antisémite.

De l’Antiquité préchrétienne jusqu’au XXe siècle, quel autre peuple a subi, d’un pays et d’une époque à l’autre la discrimination, l’exclusion, les massacres, les expulsions et l’extermination? Le conflit qui perdure en Palestine explique, il est vrai, certaines des attaques qui ensanglantent la Terre sainte. Mais une sourde menace comme celle qui pèse aujourd’hui sur les juifs ne tient pas à des antagonismes politiques. Elle provient surtout d’anciennes hostilités religieuses survivant encore dans les cultures contemporaines.

Ses voisins s’étonnent qu’un Robert Bowers, ce camionneur tranquille sans passé criminel ou psychiatrique, ait pu s’en prendre à des fidèles innocents en clamant qu’il faut «tuer tous les juifs». Quel est donc le crime qu’il reproche aux juifs de son pays? De faire venir des «envahisseurs» qui vont «massacrer son peuple». Lui-même ne serait en rien coupable; il se sacrifie pour son pays alors que personne n’empêche, écrit-il, une organisation juive (HIAS) d’ouvrir la frontière aux «envahisseurs».

Aux sources de la terreur

La police de Pittsburg et le FBI ont cherché quel groupuscule haineux (raciste, patriotique ou apocalyptique) a bien pu manipulé ou inspiré l’auteur du massacre. Pourtant les propos qu’il avait, peu avant, tenus sur internet permettent d’apprendre quelle menace il entendait conjurer et quelle solution radicale il fallait selon lui envisager.

La menace? Bowers vise la Hebrew Immigrant Aid Society (HIAS) qui ferait entrer des «envahisseurs» pour «tuer notre peuple».

La HIAS, cette ONG juive des États-Unis, fondée en 1881, fournit aide humanitaire et assistance aux réfugiés. D’abord établie pour accueillir des juifs alors persécutés en Europe, elle porte secours, depuis, à des réfugiés de toute origine ethnique, religieuse et nationale. On la retrouve sur d’autres continents. Plus de 4 millions de personnes ont été au fil des ans ainsi secourues par la HIAS.

La solution: un holocauste! Car celui des années 1939-1945 ne serait qu’un canular («hoax»). L’appel à «un nouvel Holocauste», Jésus lui-même en serait le premier auteur! Et notre camionneur de citer le prêcheur nazaréen: «Les juifs sont les enfants de Satan.» (Jews are the children of Satan.) On en aurait la preuve dans l’évangile selon Jean (8, 44). Vérification faite dans la Bible de Jérusalem (1956), un vif débat, en ce temps-là, opposait Jésus à des Pharisiens de stricte observance.

À ceux-là qui le disent «possédé du démon» et menaceraient de le lapider, Jésus rétorque: «Vous avez pour père le diable et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir.» Une récente traduction de la Bible (2001) confirme l’expression: «Votre père à vous est le diable et vous voulez accomplir les désirs de votre père.» Il aura cependant fallu deux millénaires pour que cette réprobation visant des adversaires théologiques ne soit plus appliquée, comme l’a fait, aux juifs dans leur ensemble.

Haine résiduelle

Des Pères de l’Église tels un Jean Chrysostome voyaient dans le juif et la synagogue l’antre de Satan. Que des juifs de l’époque s’en prennent ou non aux chrétiens ou qu’ils résistent à se convertir, l’Église les combattit. Il fallut attendre la seconde moitié du XXe siècle pour que soit supprimé de la liturgie catholique le stigmate imposé aux juifs. Toute une civilisation chrétienne les avait chargés d’un sort injuste. Fièvres nationalistes, crises économiques, conflits politiques, les juifs furent souvent les boucs émissaires.

De nos jours, la plupart des Églises se sont réconciliées avec les juifs. Elles ont expurgé discours et pratiques de leurs vieux préjugés antisémites. Elles aussi se portent au secours de populations en détresse. Par contre, des pays qu’elles ont contaminé autrefois portent encore dans leur culture ces virus parfois mortels. Même des sociétés démocratiques ou laïques ne sont pas immunisées contre ce péril.

***

Plus que jamais, Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.

Cliquez sur l'image de notre campagne de financement 2018 pour savoir comment votre don fait une différence.


Aucun commentaire
 

du même auteur

Le cardinal Reinhard Marx, de Munich, réagit le 25 septembre 2018 à la publication d'un rapport indiquant que 1670 clercs allemands ont agressé près de 3700 enfants entre 1946 et 2014.
2018-09-28 16:11 || Monde Monde || 5 Commentaire(s)

C’est la crise

Un homme prie à l'Oratoire Saint-Joseph le 2 octobre 2017.
2018-08-06 14:17 || Québec Québec || 3 Commentaire(s)

Des sanctuaires en attente de miracles

Le pape lors de sa visite au Chili, le 17 janvier 2018.
2018-06-04 11:28 || Monde Monde || 4 Commentaire(s)

Église et pédophilie: la vérité vous rendra libres

articles récents

Mgr Pierre-Olivier Tremblay est évêque auxiliaire du diocèse de Trois-Rivières et recteur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. Il compte parmi les lecteurs et ambassadeurs de Présence.
2018-11-09 00:00 || Québec Québec || Aucun commentaire

Mgr Pierre-Olivier Tremblay, lecteur et ambassadeur de Présence

«Le poème s’intitule Novembre. Après, viendra l’hiver, le pays de Vigneault, le mien, le vôtre.»
2018-11-01 11:10 || Québec Québec || 10 Commentaire(s)

Vers le haut, avec Vigneault

Dre Valérie Julie Brousseau est une laïque consacrée reliée au Carmel, oto-rhino-laryngologiste, chirurgienne cervico-faciale, rédactrice du Parcours d'oraison sur l'oraison au Carmel et avide motocycliste.
2018-10-30 16:41 || Québec Québec || Aucun commentaire

Dre Valérie Julie Brousseau, lectrice et ambassadrice de Présence