Chronique de Jocelyn Girard

Pape et famille: trop tard pour le Québec?

Le pape François bénissant des jeunes mariés à Rome le 30 septembre 2015.
Le pape François bénissant des jeunes mariés à Rome le 30 septembre 2015.   (CNS photo/L'Osservatore Romano)
Jocelyn Girard | Chroniqueur
Chroniqueur
2016-04-11 15:07 || Vatican Vatican

En lisant La joie de l’amour, je me suis réjoui qu’un pape démontre une compréhension plus juste de l’amour conjugal. En effet, la parole magistérielle de l’Église sur la famille, l’amour et la sexualité s’est souvent placée à une hauteur doctrinale qui ne rend pas suffisamment compte de la vie des couples qui cherchent à simplement vivre leur amour. Mais le souffle arrive-t-il trop tard?

Dans Amoris laetitia publié vendredi, le pape François a choisi d’exposer l’amour comme un chemin avec sa dynamique propre, soumis à la réalité, vécu au sein de la condition humaine qui est elle-même une lutte incessante pour le bonheur au cœur de la fragilité et de la blessure… Cette vision de l’amour conjugal représente un changement significatif dans la posture de l’Église. Celle-ci ne devrait plus se contenter de plaquer une image idéalisée du couple et du sacrement en s’attendant à ce que les époux y correspondent dès que les consentements sont échangés!

Un chemin, c’est une distance à parcourir, une destination à atteindre. Le point de départ, c’est lorsque le couple évoque pour la première fois le projet de s’engager mutuellement. La ligne d’arrivée, ce n’est rien de moins que l’idéal d’une communion parfaite.

Marié depuis 32 ans, je doute sincèrement que cet idéal ne soit encore atteint, et c’est tant mieux! Car la dynamique interne de l’amour empêche qu’il devienne inerte, statique ou achevé.

L’amour, comme un voyage, rencontrera forcément toutes sortes de situations qui le mettront au défi de croître, que ce soit après le démarrage, les accélérations, les freinages, les virages, les distractions, les accidents, les pauses, les congestions, les contournements, les ravitaillements, les attraits désirables, les embarquements, les débarquements, ou parfois même les changements de copilote!

Parler de chemin pour illustrer la vie du couple, c’est se la représenter telle qu’elle est. Jusqu’à présent, l’Église a toujours insisté sur une doctrine et des normes qui paraissaient souvent inatteignables, au point de ne plus inspirer.

Voilà qu'au contraire, le ton de ce long document vient redonner un peu de souffle.

Trop peu, trop tard?

Ce message arrive-t-il trop tard au Québec? Contrairement à des évêques qui l’ont trouvé adapté à notre situation, je vois plutôt que l’Église d’ici a perdu le contact avec deux, voire trois générations de couples qui lui ont tourné le dos. Il est peu probable que ceux-ci reviennent soudainement vers leur paroisse avec l’espoir qu’ils seront considérés autrement. Ils sont désormais ailleurs.

Le document pontifical touchera davantage les pasteurs et acteurs et actrices de la pastorale du mariage. Il confirme l’importance d’une formation adéquate sur la famille. Le pape valorise même l’expérience des prêtres mariés (chez les orthodoxes). Peut-être faut-il y voir un clin d’œil pointant vers l’importance de se référer à une connaissance pratique des problèmes complexes auxquels sont confrontées les familles.

Les questions plus difficiles à traiter pour l’Église ne sont pas en reste. L’union de fait, le divorce, le réengagement et la recomposition familiale sont des situations très répandues au Québec. L’exhortation propose de les appréhender en cherchant à reconnaître les valeurs positives vécues plutôt que de les dénoncer expressément comme des voies interdites. Il invite à inclure plutôt qu’à exclure et va même, dans une note discrète, jusqu’à envisager l’aide des sacrements, dont l’eucharistie, dont l’accès pour les couples divorcés et remariés continuent d’alimenter les débats chez les catholiques.

Parmi les zones d’ombre, les personnes homosexuelles ne reçoivent aucun message adressé directement à elles. Au contraire, la clarté de la doctrine est ici rappelée avec force: il n’y a aucune analogie possible, «même lointaine», entre l’amour homosexuel et le mariage tel que vu par l’Église. Dans un document dont on a vanté les mérites pastoraux, il est regrettable qu’aucune parole de réconfort ou d’encouragement franche ne leur ait été réservée.

Cette exhortation ne change rien à la doctrine catholique sur le mariage. Ce n’est d’ailleurs jamais l’objectif d’une exhortation. Mais elle porte un changement de ton majeur. En bon jésuite, le pape sait qu’il doit compter sur le temps. Toutes les cultures évoluent, y compris la culture ecclésiale. Par une approche des situations complexes basée sur la bienveillance et l’accompagnement, sur l’inclusion et le discernement, la culture pastorale de l’Église ne pourra que s’en trouver profondément et positivement transformée, au grand dam des puristes qui voudraient qu’elle demeure à tout jamais figée comme une image.

Une image de famille parfaite.


6 Commentaire(s)

Alexandre David || 2016-04-28 19:05:35

L'Église du Québec peut revivre, mais je doute que des exhortations papales au sujet de la vie de famille y jouent un rôle quelconque. Pour les québécois, même baptisés, le pape est tout aussi pertinent pour leur vie quotidienne que l'ayatollah d'Iran. Il faudrait commencer par retrouver la crainte de Dieu (le début de la sagesse) qui pourrait amener les gens à se tourner de nouveau vers l'Église pour des réponses. En attendant, un peuple qui ne croit plus en un Dieu réel, au péché, en la repentance, etc. ne recherchera pas la salut et la miséricorde. Sans besoin de salut, pas besoin d'Église, de pape, ou de changement de vie... Il va falloir retourner aux sources si le Québec veut voir l'Église renaître de ses cendres.

Jocelyn Girard || 2016-05-23 00:00:00

Je trouve votre position assez intéressante. Pour éprouver de nouveau ce besoin de salut qui ferait resurgir le besoin d'une Église, il faudrait quoi alors, selon vous? Une invasion, des cataclysmes en chaîne? Est-il possible que le trop-plein de tout conduise aussi à éprouver un désir de libération de toutes ces entraves à la vraie liberté?

gilles truchon || 2016-04-15 16:05:58

Je pense que ce sont des pistes qui ont été prises, d'autres qui ne serons peux-être jamais prises, cependant, l'Esprit-Saint sait souvent nous réserver des surprises, si on se souviens dans l'Église, souvent ce sont les marginaux, les petits qui rencontre le ressuscité. Laissons un temps de prière et de réflexion après que le semeur a semé, comme il est dit, on sème dans les pleurs, et on récolte dans la joie. Courage et gardons notre foi en celui qui a vaincu la mort, il saura bien trouver un chemin dans tous ses cœurs qui n'ont pas rencontrés l'église dirigé par nos dirigeants. merci de vos commentaires, j'ai bien aimé vos commentaires. gilles

Jocelyn Girard || 2016-05-23 00:00:00

L'exhortation apostolique contient quelques invitations en ce sens, c'est-à-dire de prendre appui sur la réalité des gens simples. L'Église paraît cependant devoir traverser un passage encore plus aride en ce qui concerne sa pertinence. Le pape parle beaucoup dans les chapitres 6 e 7 du rôle de la communauté chrétienne pour la préparation, la formation et l'accompagnement. Je doute qu'il connaisse l'état réel de nos communautés du Québec pour exprimer une telle espérance en leur capacité de relever le défi.

Incarnare || 2016-04-12 15:40:59

"je doute sincèrement que cet idéal ne soit encore atteint, et c’est tant mieux! la dynamique interne de l’amour empêche qu’il devienne inerte" Vous opposez un amour en mouvement avec un idéal statique. Mais la "parfaite communion" est - elle-même - une dynamique, un acte et non un état inerte. C'est parce que vous le perdez de vue - et sans doute parce que cela ne vous a pas été bien annoncé - que l'enseignement de l'Eglise vous paraît sec. Il n'en est rien !

Jocelyn Girard || 2016-04-13 00:00:00

Merci d'avoir donné votre point de vue. Ce que je dis surtout, c'est que la "parfaite communion" n'est pas de ce monde. Si des moments de la vie du couple peuvent s'en approcher, c'est toujours extraordinaire et bien loin d'être statique. Pour pouvoir "consentir" à l'enseignement de l'Église, encore faut-il accepter qu'elle puisse avoir quelque chose de valable à nous dire. Ce n'est plus le cas d'une forte majorité de la population pourtant baptisée du Québec. La tonalité de cette exhortation est donc une très bonne nouvelle, non pas en ce qu'elle chante la teneur de l'enseignement magistériel, mais parce que son approche est plus ancrée dans la reconnaissance de ce qui est. Mais cet enseignement, une fois de plus, ne sera pas reçu par les baptisés d'ici, faute de relation constructive avec le clergé...

Jean-Luc Tremblay || 2016-04-11 22:55:48

Vous semblez très surpris du texte papal. Moi, non... Il redit en d'autres mots plus simples et accessibles ce que l'Église catholique a toujours dit dans ses documents du même type. À lire les textes de Jean-Paul II sur la famille, je trouve que ceux de François sont une mise à jour personnalisé de tous ces textes depuis le Concile Vatican II. Pour ce qui est de l'Église du Québec, il y a beaucoup de choses qui sont trop tard pour la sortir des soins palliatifs dans lesquels elle se trouve. L'Église du Québec n'a jamais cessée de se désagrégée depuis 50 ans; et tous les efforts déployés pour stopper l'érosion n'ont donné que peu de résultats prometteurs. L'Église du Québec n'a plus les ressources en personnel pour relever de défi familial du Pape François et la grande majorité des personnes du 3e âge qui participent aux rassemblements dominicaux ne sont plus dans la catégorie des couples à viser pour un cheminement quelconque. Je vais trouver désolant de voir que le texte papal ne trouvera que très peu d'échos dans l'Église du Québec comme tant d'autres documents venus du Magistère... Je ne suis pas défaitiste; mais, je suis loin d'être un jovialiste euphorique comme si je prenais pour un théologien en haut de sa tour d'ivoire, stérilisé du contact avec la réalité terre-à-terre de tous les jours vécus dans l'Église du Québec. Les résultats du texte au Québec ne seront certainement pas ce que pourrait en attendre François lui-même. Tous ceux que tente de rejoindre François ne sont plus participants de l'Église du Québec depuis des décennies. Une très infime minorité de personnes va lire le texte, et pour les applications, tout le monde va s'avouer ne plus avoir les ressources, la formation et le temps d'y parvenir.

Jocelyn Girard || 2016-04-13 00:00:00

Bonjour Jean-Luc. Non, je n'ai pas été surpris de cette exhortation apostolique. Ayant bien suivi les deux synodes sur la famille et tout ce qui les a entourés, je trouve au contraire que François a bien joué la collégialité avec ses frères évêques. Comme vous, je crois qu'il est trop tard pour que l'Église retrouve de la pertinence auprès des 35 ans et plus! Mais pour la minorité des couples qui se présenteront à l'Église pour un mariage religieux, il y a quelque à faire auprès des prêtres et agents de pastorale pour mieux les accueillir et les accompagner. L'Église d'ici ne mourra pas. Mais il faudra encore sans doute une ou deux générations avant qu'elle ne finisse son purgatoire!

Jacques Gauthier || 2016-04-11 18:08:28

Bon commentaire, Jocelyn, un peu différent du mien, paru sur mon blogue le 8 avril: http://www.jacquesgauthier.com/blog/entry/la-joie-de-l-amour-du-pape-francois.html Pour les personnes homosexuelles, je trouve que ce message est quand même positif, c'est au no 250. "Avec les Père synodaux, j’ai pris en considération la situation des familles qui vivent l’expérience d’avoir en leur sein des personnes manifestant une tendance homosexuelle, une expérience loin d’être facile tant pour les parents que pour les enfants. C’est pourquoi, nous désirons d’abord et avant tout réaffirmer que chaque personne, indépendamment de sa tendance sexuelle, doit être respectée dans sa dignité et accueillie avec respect, avec le soin d’éviter ‘‘toute marque de discrimination injuste » [276] et particulièrement toute forme d’agression et de violence. Il s’agit, au contraire, d’assurer un accompagnement respectueux des familles, afin que leurs membres qui manifestent une tendance homosexuelle puissent bénéficier de l’aide nécessaire pour comprendre et réaliser pleinement la volonté de Dieu dans leur vie.[277]

Jocelyn Girard || 2016-04-13 00:00:00

Bonjour Jacques. Merci. J'ai lu également ton commentaire sur l'exhortation et, comme à chaque fois, j'admire ta manière de faire sortir tout le positif! Mon propos sur les personnes homosexuelles veut exprimer une solidarité avec elles-mêmes, car leur condition c'est elles d'abord qui en vivent les conséquences. Lorsqu'il y a tant de suicides encore partout dans le monde et même ici au Québec à la suite de la découverte par un jeune qu'il doit assumer cette orientation dans la vie qu'il aura à mener, je pense que de dire que l'Église doit accueillir tout le monde inconditionnellement n'est pas suffisant. Mais le pape s'est arrêté là où le rapport final du dernier synode a mis la ligne, pas au-delà. Sur tant d'autres dimensions, il se permet d'éveiller la conscience des baptisés et des ministres ecclésiaux! Les personnes ont besoin de trouver des paroles qui leur sont adressées et non pas simplement de savoir que quelqu'un a dit quelque chose sur elles! Le pape a eu deux ou trois conversations privées avec des jeunes en tension entre leur orientation sexuelle et leur foi chrétienne. Ce que ces jeunes ont rapporté de leur conversation me paraît une application très juste de l'accueil à mettre en oeuvre. Le pape aurait pu, dans une petite phrase, leur dire quelque chose d'équivalent. Les ignorer, en tant que personnes me semble être une omission importante dans le contexte des ouvertures pastorales qu'il cherche à imprimer dans l'Église.

Jean-Francois Bouchard || 2016-04-11 16:57:10

Je souscris sans réserve à cette lecture de Jocelyn Girard. Comme pour tout ce pontificat, on se réjouit d'une approche réaliste de problèmes complexes. Mais, en Occident, le divorce consommé en 1968 par Humane Vitae entre le vrai monde et une morale idéaliste figée dans une idéologie fermée est irréversible. Il y a près de 50 ans que les gens, y compris les catholiques de bonne foi, ont pris en charge leur conscience. Le beau texte du Pape, c'est trop peu trop tard. Du moins dans le monde occidental.

Jocelyn Girard || 2016-04-13 00:00:00

Merci Jean-François! Trop tard, c'est le constat inévitable que nous pouvons faire pour "la masse". Il s'agit d'un rendez-vous manqué avec l'histoire, d'autant plus que l'Église disposait d'une crédibilité très élevée avant la rupture avec la culture d'ici. Mais les petites communautés qui demeurent vivantes vont certainement trouver du souffle dans ce document.

 

du même auteur

La Conférence des évêques catholiques des États-Unis a profité de son assemblée automnale pour adopter, le 12 novembre, un projet de lettre destinée aux catholiques en vue des prochaines élections.
2019-11-18 10:24 || Monde Monde || 8 Commentaire(s)

L’avortement, critère absolu pour les électeurs catholiques?

Greta Thunberg s'inscrit dans une longue tradition de prophètes qui exhortent à redécouvrir la centralité de l’amour dans l’expérience humaine, explique Jocelyn Girard.
2019-09-24 10:31 || Monde Monde || 6 Commentaire(s)

Sainte Greta du climat

«Ainsi la laïcité, plutôt que de nous rassembler dans un espace libre et ouvert à tous, deviendrait le motif de communautarisation à outrance. En combattant le multiculturalisme avec sa loi 21, le gouvernement du Québec pourrait nourrir la division par la religion.»
2019-06-17 10:15 || Québec Québec || 6 Commentaire(s)

Big Legault is watching you

articles récents

2019-11-19 19:29 || Québec Québec || Aucun commentaire

Mot de la présidente: félicitations aux journalistes de Présence

La Conférence des évêques catholiques des États-Unis a profité de son assemblée automnale pour adopter, le 12 novembre, un projet de lettre destinée aux catholiques en vue des prochaines élections.
2019-11-18 10:24 || Monde Monde || 8 Commentaire(s)

L’avortement, critère absolu pour les électeurs catholiques?

Le chœur de la cathédrale de Roseau, en Dominique, vers 1907. Le travail de décoration est attribué au frère rédemptoriste Ildephonse Lepas.
2019-11-14 10:22 || Monde Monde || 1 Commentaire(s)

Du Québec aux Antilles, que reste-t-il d'Ildephonse Lepas?