Chronique de Jocelyn Girard

Sacraliser nos valeurs, le jeu de Daech

Combattants de Daech photographiés à Mossoul (Irak) le 11 juin 2014.
Combattants de Daech photographiés à Mossoul (Irak) le 11 juin 2014.   (CNS photo/Reuters)
Jocelyn Girard | Chroniqueur
Chroniqueur
2015-11-30 10:58 || Monde Monde

Au Québec, nous avons un problème avec l’islam. Il faut le reconnaître. Il s’agit d’une religion que nous connaissons surtout à travers les médias, où l’on nous présente le plus souvent les aspects qui attisent nos peurs et nos jugements.

Islam. Ce mot signifie «soumission» (à Dieu), mais aussi «paix», «pureté». Pas surprenant alors que les musulmans donnent parfois l’impression d’être «intégristes», car un «bon musulman» se conduit de manière à obéir à la volonté divine, telle qu’exprimée dans le Coran et en prenant pour modèle le prophète Mahomet.

De mes amies musulmanes, j’ai appris que l’islam qu’elles confessent est d’abord une chose très personnelle qui se traduit souvent par «mon islam à moi, il est… un islam de paix ou un chemin intérieur». Elles se sentent invitées à toujours faire davantage pour plaire à Dieu, mais jamais plus que ce dont elles sont capables ou que ce qui est possible dans leur situation. C’est leur «djihad» (effort, devoir) personnel qui les incite à travailler à leur élévation spirituelle.

L’islam politique

Ce ne sont évidemment pas ces musulmans qui devraient nous faire peur, pourtant nous les associons de plus en plus spontanément aux autres, ceux qu’on appelle «djihadistes». Cet amalgame nous fait paraître bien ignares de ce qu’est l’islam. Jetez un œil à cette arborescence, vous verrez comme c’est compliqué !

L’islam politique, c’est-à-dire en tant que projet de société basé exclusivement sur les éléments propres à cette religion, comme la charia (loi islamique), est une doctrine qui a ses promoteurs au sein du monde musulman, en particulier chez les salafistes. S’il existe un salafisme «quiétiste» (tranquille), très majoritaire, qui ressemble à l’islam spirituel, il y a aussi un véritable salafisme politique dont une petite minorité a choisi le mode révolutionnaire, n’hésitant pas à transformer le djihad en «guerre sainte» incluant le recours au terrorisme.

Les diverses factions révolutionnaires combattent principalement en territoire musulman. Daech va plus loin avec son projet de restaurer le califat ou, si l’on veut, un État islamique. Pour ces islamistes, ne sont de bons musulmans que ceux qui se soumettent à la loi islamique. Les djihadistes se sentent donc encouragés à écraser toute résistance, y compris par les moyens les plus violents, et à exporter leur révolution jusqu’en Occident. C’est «leur islam à eux» !

Qui combattre?

«Notre guerre», déclarée par le président français, consisterait donc à combattre les djihadistes révolutionnaires partout en Occident comme au Moyen-Orient. L’ennemi, quoi qu’on en dise, est un être religieux fondamentaliste. Son éthique est celle de la conviction: cette forme de certitude le conduira à aller jusqu’au bout de ce en quoi il croit, y compris tuer et s’exploser s’il le faut, car sa propre vie est au service de la cause.

L’Occident court un danger plus grave que la menace djihadiste. C’est celui d’entrer nous-mêmes dans cette dynamique de conviction, par exemple en voulant nous battre pour nos valeurs attaquées et qui, soudainement, s’orneraient d’une dimension sacrée, comme en religion. En sacralisant nos valeurs et notre mode de vie, nous pourrions en venir à justifier le bombardement de régions entières, sous prétexte qu’il pourrait s’y trouver quelques combattants de l’ennemi, au risque d’étendre les dommages collatéraux. De là à devenir comme l’ennemi que nous voulons détruire, il n’y a qu’un pas.

Notre devoir (ou djihad!) ne devrait-il pas nous «prescrire», en conscience, d’éviter d’incarner le mal en nos propres rangs? Car c’est le mal que nous devons éradiquer, pas forcément les humains qui s’y adonnent, et encore moins ceux qui le subissent.

La violence n’a jamais supprimé la violence, sinon pour un temps. Seul l’amour le peut. Commençons donc par aimer concrètement et sans distinction toutes les victimes de cette guerre injuste. Cela pourrait faire exemple, même dans le camp ennemi…


1 Commentaire(s)

Mohammed Anour Roula || 2015-12-07 11:41:59

Les musulmans sont principalement visés par ces fous, et ils sont les boucs émissaires aux yeux des non-musulmans face à tous leurs problémes. La culture de la peur, arme ancestrale du pouvoir hégémonique de l'argent, a choisi l'Islam parmi les multiples peurs qui taraudent les individus ces temps-ci. L'Islam est très mal connu, Et surtout, paradoxalement, par ceux-là qui le '' pratiquent '': les anciens comme les nouveaux. Il a été clôturé et l'est resté pendant des siècles. Heureusement, nous assistons actuellement aux balbutiements d'une réforme, en profondeur . J'ai bon espoir qu'un jour l'orgeuil ( qui est l'autre nom de l'ignorance ) des pourfendeurs de l'Islam se soit dégonflé. Les médias, évidemment n'en font pas cas, car l'Islam interpelle vigoureusement le mode de vie actuel dans les pays nantis de biens matériels et où '' le jugement fout le camp ''

 

du même auteur

Le cardinal Robert Sarah photographié au Vatican en octobre 2019.
2020-01-21 14:07 || Monde Monde || 13 Commentaire(s)

Quels intérêts sert le cardinal Sarah?

«Pourquoi ne pas profiter de l’élan d’un François en se montrant plus prompte à communiquer avec plus de justesse, peut-être en commençant par l’expression d’une empathie bien sentie envers les victimes présumées?», demande Jocelyn Girard.
2019-12-19 12:07 || Québec Québec

Alors, transparence ou non?

La Conférence des évêques catholiques des États-Unis a profité de son assemblée automnale pour adopter, le 12 novembre, un projet de lettre destinée aux catholiques en vue des prochaines élections.
2019-11-18 10:24 || Monde Monde || 8 Commentaire(s)

L’avortement, critère absolu pour les électeurs catholiques?

articles récents

Le cardinal Robert Sarah photographié au Vatican en octobre 2019.
2020-01-21 14:07 || Monde Monde || 13 Commentaire(s)

Quels intérêts sert le cardinal Sarah?

«La morale de Jésus est à la fois simple et exigeante. Elle se résume au souci de l’autre, surtout s’il est dans le besoin, d’où la centralité de la justice sociale, et à la miséricorde, parce que toute personne peut évoluer», écrit Louis Cornellier.
2020-01-14 16:21 || Québec Québec || 3 Commentaire(s)

Morale de Jésus

À Téhéran, un homme se réjouit le 8 janvier 2020 des frappes iraniennes en riposte aux frappes américaines qui ont tué le général Qassem Soleimani le 3 janvier.
2020-01-09 10:15 || Monde Monde || 3 Commentaire(s)

Quelle apocalypse faudra-t-il pour secouer la conscience contemporaine?