Chronique de Jocelyn Girard

Spiritualité: service non-essentiel au Québec?

«Si, en contexte de laïcité, il ne revient plus à l’État de favoriser cette «économie du sens», les organisations religieuses ou spirituelles doivent se dépasser en créativité pour ne pas se mettre elles-mêmes en pause en offrant à leurs membres des propositions virtuelles», écrit Jocelyn Girard.
«Si, en contexte de laïcité, il ne revient plus à l’État de favoriser cette «économie du sens», les organisations religieuses ou spirituelles doivent se dépasser en créativité pour ne pas se mettre elles-mêmes en pause en offrant à leurs membres des propositions virtuelles», écrit Jocelyn Girard.   (Pixabay)
Jocelyn Girard | Chroniqueur
Chroniqueur
2020-03-25 10:49 || Québec Québec

Le gouvernement décrète une pause à tous les secteurs économiques de la province afin de lutter contre la pandémie de la COVID-19 et ce, au moins jusqu’au 13 avril. Seuls les services essentiels sont maintenus. Et la spiritualité n’en fait pratiquement pas partie.

Dans la pyramide des besoins, ceux du loger, du nourrir et du vêtir sont à la base de tout. Les industries qui contribuent à répondre à ces besoins en priorité demeurent sur la liste des services essentiels. Même les notaires! La santé aussi est reconnue parmi ces besoins fondamentaux. Tout le dispositif est en place pour un maintien de ces services, y compris pour l’aide psychologique. Il y a également la sécurité publique, les centres de détention, la protection de la jeunesse. Tout le monde souscrit à cette priorisation des besoins.

Une priorisation qui, dans cette liste, laisse toutefois bien peu de place aux préoccupations de spiritualité et de sens.

La plus grande partie des services spirituels et religieux passe par les organisations charitables et religieuses. Celles-ci n’étant pas sur la liste des services essentiels, il deviendra fort difficile d’avoir accès à de tels services.

L’exception se trouve dans les milieux hospitaliers et carcéraux, les intervenants spirituels étant reconnus comme des professionnels de soins dans ces institutions publiques. C’est heureux, car la plupart des personnes qui ont bénéficié de soins spirituels dans le passé sauraient vous dire à quel point leur présence a pu être d’un vrai secours lorsque celle-ci fut demandée.

Pensons simplement aux funérailles. Si tout est reporté de quelques semaines, le deuil, quant à lui, n’attend pas! C’est souvent avec les mots de la foi des gens concernés, par le biais d’un accompagnement de qualité, que le sens vient peu à peu remplir le vide et permettre un retour à la sérénité malgré la séparation. Mais pensons aussi aux naissances, aux mariages ou encore aux situations tendues qui peuvent parfois se résoudre par un «complément» spirituel! N’est-ce pas ce qui risque d’être de plus en plus en demande par les temps qui courent?

Une société en manque de sens?

Il va de soi que le monde religieux n’est plus ce qu’il était au Québec. La rareté des pratiquants, du moins pour la religion catholique, encore fortement majoritaire, réduit la considération sociale accordée à ces services, même si ceux-ci n’ont jamais fait défaut pour les personnes et les familles qui en font encore usage. La figure du prêtre, symbole de cette présence spirituelle si essentielle dans un passé pas si lointain, ne fait même plus partie du décor.

Est-ce là le signe d’une société purement technocrate? N’y a-t-il que ce qui concerne le corps qui constitue une priorité? Est-ce le reflet de l’époque où les croyances sont renvoyées à la sphère privée et dans laquelle il revient à l’individu d’y pourvoir par lui-même?

Chaque fois qu’une catastrophe frappe une société, il s’y déploie une forte résurgence de la spiritualité.  Les premiers signes se manifestent dans la religiosité qui s’exprime spontanément vers les sites traditionnels de pèlerinage. Dans la situation actuelle, alors que les sanctuaires et les lieux de rassemblements sont fermés, cette religiosité est renvoyée à chaque maisonnée. Mais c’est pourtant dans la communauté rassemblée que le sens, partagé comme on distribue le pain, devient symbole, qu’il tisse les solidarités et qu’il ouvre de nouvelles brèches pour voir la lumière au bout du tunnel.

Si, en contexte de laïcité, il ne revient plus à l’État de favoriser cette «économie du sens», les organisations religieuses ou spirituelles doivent se dépasser en créativité pour ne pas se mettre elles-mêmes en pause en offrant à leurs membres des propositions virtuelles. Elles trouvent ainsi d’autres moyens pour se mettre en lien avec les gens qui cherchent.

Une chose est sûre: même si les besoins spirituels ne sont plus reconnus comme des services essentiels à maintenir lors d’une crise, cela ne les empêchera ni de se manifester, ni de devenir de plus en plus pressants.

Pourtant, le mot circule déjà: cette perturbation mondiale sera sans doute une occasion pour tous de revenir à «l’essentiel»! Même si cet essentiel n’est pas considéré comme tel par l’État québécois, il n’en est pas moins tout aussi vital que bien des produits et services de base. Parions que la laïcité stricte qui a cours au Québec trouvera à reconsidérer l’apport incontournable des valeurs spirituelles avec une plus grande ouverture lorsque la crise se résorbera... aussi grâce à elles.

***

 


5 Commentaire(s)

Denis Vallée || 2020-03-29 14:21:52

Quel excellent article, encore, Jocelyn! Pour ma part, je vois cette situation terrible comme une opportunité d'annoncer le Christ et travailler les questions de sens. Je fais de l'accompagnement spirituel individuel, des partages autour de la Bible, des catéchèses et des ateliers, tout cela en ligne. Je préfère les rencontres en personne mais ce que je vis présentement est passionnant. J'ai écrit un mot à ce sujet sur mon blogue.

Jacques Houle || 2020-03-27 20:56:26

Merci Jocelyn, Tu est toujours aussi pertinent dans tes propos et dans tes questionnements. Tu poses celui du sens et de notre lourd silence ... Ne sait-on plus parler ou n'avons-nous plus rien à dire? Et pourtant ...

Stéfan Thériault || 2020-03-27 15:12:31

Je suis directeur du Pèlerin qui est un centre d'accompagnement spirituel à Montréal. Je voulais simplement en réaction à votre article vous dire que notre préoccupation est la spiritualité. Je ne sais pas si cela vaudrait la peine que les gens sachent qu'il est possible d'avoir de l'accompagnement spirituel en ligne à travers le Centre le Pèlerin. Ils peuvent soumettre une demande en ligne à travers notre site (www.lepelerin.org). Je me permets aussi d'écrire un commentaire sur l'évangile du jour tous les jours à partir de notre infolettre. Celles qui ont déjà été publiées se trouvent sur notre site (https://www.lepelerin.org/portail/meditation/). Peut-être cela peut-il servir ?! En vous remerciant pour votre bon travail.

Guylaine Morin || 2020-03-26 09:52:27

Ces temps de crise sont souvent l'occasion de rétablir les priorités dans nos vies et d'y retrouver un sens. Depuis des décennies, les gens se plaignent de ne plus avoir le temps, aujourd'hui ils en ont. Qu'en feront-ils? Cette pause permettra certainement à certaines familles de se rapprocher, de s'intéresser à l'autre, de s'écouter, de s'amuser... D'autres vivront une solitude et un désir d'avoir quelqu'un à qui parler. Aujourd'hui, c'est une occasion de s'arrêter, obligatoirement vous me direz, pour réfléchir sur le sens à sa vie, de ses relations, de ses occupations. Le silence permettra ainsi à se retrouver et à retrouver Dieu comme présence soutenue. C'est dommage que les paroisses aient dû remercier leur personnel. C'était pourtant une occasion de réfléchir sur " Comment l'Église catholique peut être une Bonne Nouvelle pour aujourd'hui? " Elle est maintenant en pause, en retrait des gens qui souffrent et qui ont besoin d'espérance. Le Web est une belle occasion de proposer de nouvelles choses, mais vous avez possiblement remarqué comme moi que ce qui est offert, ce sont des messes quotidiennes. Alors, est-ce que les 98% de la population est rejointe ou seulement nos habitués? C'est là une grande des difficultés de l'Église, se faire proche et de répondre à la quête spirituelle de nos contemporains tout en tenant compte des différentes expressions de foi. Ayons le courage de prier l'Esprit Saint, afin qu'il renouvelle nos cœurs pour mieux travailler à sa mission.

Mario Bard || 2020-03-25 13:42:42

Bonjour Jocelyn, merci de poser cette question du sens. Les réseaux sociaux sont très intéressants à observer en cette période. Beaucoup d'amour et de mots d'encouragement circulent. Pour moi, c'est un des aspects inusités de cette crise. Je retiens aussi l'appel de Mgr Claude Hamelin (http://presence-info.ca/article/eglises/-quand-la-crise-sera-finie-que-dirons-nous-de-notre-eglise-diocesaine-). Bref, beaucoup à réfléchir sur notre vie sociale en ce moment.

 

du même auteur

Jean Vanier lors de son passage au Congrès eucharistique international de Québec en 2008.
2020-02-21 23:23 || Monde Monde || 29 Commentaire(s)

Jean Vanier, la grande déception

«Il est certainement plus probable que la désertion des baptisés se poursuive jusqu’à ce que cette Église finisse par s’étouffer dans l’entre-soi clérical», écrit Jocelyn Girard.
2020-02-13 10:34 || Monde Monde || 11 Commentaire(s)

Amazonie: les ouvertures attendues ne viendront pas

Le cardinal Robert Sarah photographié au Vatican en octobre 2019.
2020-01-21 14:07 || Monde Monde || 14 Commentaire(s)

Quels intérêts sert le cardinal Sarah?

articles récents

Une dame profite de la réouverture des églises à New York le 26 mai pour aller prier. «Un lieu de culte n’est pas qu’une salle de rassemblement», rappelle Sabrina Di Matteo dans sa chronique.
2020-05-26 17:31 || Québec Québec || 6 Commentaire(s)

Lieux de culte: les marchands ou les temples?

Vos dons sont précieux: ils constituent la principale source de revenus pour Présence - information religieuse.
2020-05-22 14:42 || Québec Québec || 1 Commentaire(s)

Donner pour assurer l'avenir de Présence

Un missile intercontinental chinois Dongfeng-41 est exhibé à Pékin en novembre 2019. Jean-Claude Leclerc s'inquiète de la militarisation de l'espace.
2020-05-06 16:41 || Monde Monde || 1 Commentaire(s)

L’équilibre de la terreur se met en orbite